News NBA

La NBA va prendre de nouvelles mesures concernant la santé mentale des joueurs : la dépression existe, et c’est de moins en moins tabou

DeMar DeRozan

Et c’est tant mieux.

Source image : YouTube

Voilà maintenant quelques années que le sujet de la dépression a été mis sur la table en NBA. C’est alors Kevin Love et DeMar Derozan, notamment, qui avaient cassé le tabou en abordant le sujet les premiers. Aujourd’hui, la NBA semble avoir pris conscience de cette réalité puisqu’elle annonce des nouvelles mesures afin d’améliorer le suivi de la santé mentale des joueurs. Les équipes pourront par exemple s’entourer, à la demande des joueurs ou du staff, de professionnels de la santé mentale (psychiatre, psychologue). Ça paraît simple mais c’est déjà beaucoup.

La vie d’un joueur NBA : toucher des millions pour jouer au basket, se déplacer en jet privé, faire le tour des USA et du monde pour certains. On ne va pas se mentir, on en a tous rêvé. On se dit que ça doit claquer d’être privilégié juste parce que tu assouvis ta passion… Seulement on oublie bien trop souvent la partie cachée de l’iceberg. On oublie que les joueurs ne voient que très peu leur famille pendant six mois parce que quand tu es sur la route la moitié du temps, forcément c’est plus difficile de voir tes gosses, tes parents et même ta belle-mère. On oublie qu’ils se retrouvent souvent seuls dans leur chambre d’hôtel avec du temps libre dans des villes pas toujours hyper glamour (genre Milwaukee). Alors non, en NBA, l’argent et la passion font très souvent le bonheur, mais la dépression c’est plutôt tabou d’en parler. Enfin ça, c’était avant. En 2017, les premiers à avoir brisé la glace sur ce sujet sont Kevin Love et DeMar DeRozan en parlant de certains épisodes dépressifs au cours de leur carrière NBA. Suite à quoi la NBA s’est dit « hey mais si ça se trouve ils ne sont pas les seuls dans cette situation ». Cette année la Grande Ligue a enfin pris le temps de se pencher sérieusement sur la question. Selon Sam Amick de The Athletic, la NBA va donc prendre dès la saison prochaine de nouvelles mesures concernant la santé mentale des joueurs.

Elle mettra à disposition des franchises des professionnels de la santé mentale consultables à la demande de l’un des joueurs ou d’un membre du staff qui constaterait une situation alarmante. Chaque staff bénéficiera de l’aide d’un psychiatre pour gérer l’aspect psychologique de la vie de l’équipe. Enfin, joueurs et staffs pourront assister à un séminaire « santé et bien-être » organisé par la NBA le 12 septembre à Chicago pour parler de ces nouveautés. Ce sont donc de grandes avancées pour une Ligue qui se bat pour améliorer la santé mentale de ses joueurs depuis 2015. Nul doute que les témoignages de Love, DeRozan et Royce White, entre autres, ont fait accélérer considérablement les choses.

La santé mentale de ses joueurs devient une priorité de plus en plus présente pour la NBA. La saison prochaine elle prendra de nouvelles mesures afin que l’environnement de travail des superstars soit le plus sain possible et que personne ne soit laissé sur le coté sous prétexte « qu’ils touchent des millions pour jouer au ballon, de quoi ils se plaignent ? ». Parce que c’est un peu vrai mais pas que, vraiment pas que.

Source: The Athletic          

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top