L'analyse du Docteur Q

Kevin Durant – Rupture du tendon d’Achille : l’analyse du docteur Q

Kevin Durant

On n’est pas près de revoir KD sur un parquet.

Source image : Youtube

Stars, highlights et stats nous font rêver au quotidien en NBA. Mais si tous ces athlètes performent chaque soir sur les parquets, c’est aussi parce que leurs corps si exceptionnels sont surveillés, massés et examinés en permanence. Ainsi, le Dr. Q, étudiant en médecine le jour et supporter NBA la nuit, a installé son cabinet chez TrashTalk pour décrypter et analyser tous les bobos de nos stars de la balle orange. Entorse, déchirure, fracture, luxation… la visite médicale nous permettra de comprendre toutes les blessures de la grande ligue. Aujourd’hui, c’est Kevin Durant qui passe sur la table du doc, suite à une rupture du tendon d’Achille.

  • Professeur-étudiant en première année de médecine, le Dr. Q est un grand passionné du corps humain, qui a lui-même pu tester de nombreuses blessures en étant victime de ce qu’on appelle la malchance sportive. Fasciné par l’anatomie et déterminé à exceller en tant que futur médecin du sport, il a déjà participé à des démonstrations en milieu hospitalier à l’âge de 10 ans et a observé en bloc opératoire à partir de ses 13 ans. Le Dr. Q partagera ainsi son savoir et ses recherches sur TrashTalk, pour en connaître toujours plus sur les blessures du monde du basket.

Le Game 5 de ces Finales était attendu par toute la planète basket : au-delà du possible couronnement des Raptors qui menaient 3-1, il représentait surtout le retour à la compétition de KD. L’ailier était absent depuis plus d’un mois après s’être blessé au mollet droit lors du Game 5 contre les Rockets. D’abord annoncé out pour 1 ou 2 semaines, sa durée d’indisponibilité n’a fait que s’allonger. Peu de nouvelles des Warriors, pas de retour à l’entraînement, KD inquiétait. Tout s’est accéléré ensuite : reprise de l’entraînement, Durant annoncé en game time decision pour le Game 5, voilà qu’on le voyait finalement de retour. Le numéro 35 démarre bien son match mais alors que les Warriors menaient de 5 points, KD s’écroule sur un départ en dribble, en se tenant le bas de la jambe. 48 longues heures de doute plus tard, et alors qu’on attendait un diagnostic, on apprend que l’ailier des Dubs s’est déjà fait opérer, pour ce qui aura été confirmé comme une rupture totale du tendon d’Achille.

Qu’est-ce que le tendon d’Achille ? Aussi appelé tendon calcanéen, c’est le plus grand et le plus fort des tendons du corps. C’est une bande de tissu fibreux qui relie les muscles du mollet – les muscles gastrocnémiens et soléaire – à l’os du talon – le calcanéum. Lorsque les muscles du mollet fléchissent, le tendon d’Achille tire sur le talon et permet la flexion plantaire, qui consiste à passer sur la pointe des pieds. Ce mouvement nous permet de marcher, courir et sauter. Malgré sa force, le tendon d’Achille est vulnérable aux blessures car il est faiblement vascularisé et des tensions élevées s’exercent sur lui.

Comment se rompt-on le tendon d’Achille ? Cette blessure se produit généralement sur un effort brutal : un départ de course, un changement brusque de direction ou un saut. Un facteur de risque important pour les ruptures de tendon d’Achille est la perte de flexibilité du mollet. Or, la récente blessure au mollet de KD a sans doute rendu son tendon plus vulnérable, la pression exercée étant plus forte.

tendon d'achille

Rupture du tendon d’Achille

Pourquoi une rupture du tendon d’Achille est-elle si dévastatrice pour un joueur NBA ? Il a un rôle essentiel dans le sprint et le saut, deux composantes majeures du basket, d’autant plus pour une ballerine telle que KD. C’est pourquoi chez les sportifs de haut niveau, l’intervention est quasi-systématique : les chirurgiens recousent le tendon grâce à de petites incisions. Il faudra ensuite un programme complet de physiothérapie pour remettre l’ailier sur pied.

Plusieurs joueurs NBA sont revenus après une rupture totale du tendon d’Achille, avec des retours plus ou moins réussis. Alors que cette blessure entraîne une diminution des temps de jeu et des performances chez certains, voire des fins de carrière, d’autres arrivent à revenir à 100% ou se réinventent pour rester dans la Grande Ligue. Dominique Wilkins reste l’exemple absolu d’un retour au meilleur niveau. Blessé à 32 ans en 1992, il reviendra après neuf mois de rééducation. Le Human Highlight Film sera encore deux fois All-Star et tournera à 30 points par match. A l’inverse, Anderson Varejao, blessé en 2014, ne jouera que 67 matches sur les deux saisons suivantes avant de prendre sa retraite.

Kevin Durant doit se préparer à 9 à 12 mois de rééducation. On ne le verra sûrement pas sur le parquet la saison prochaine. Cette blessure tombe au plus mal, en pleines Finales et à l’aube d’une Free Agency où KD était le plus gros poisson disponible. Cette blessure est d’autant plus déchirante qu’elle est directement liée à son élongation au mollet. Il est trop tard pour remettre en question ce retour, Les Warriors ont un titre à aller chercher et KD du travail devant lui pour revenir au meilleur niveau.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top