Warriors

La blessure de Kevin Durant n’a pas refroidi ses prétendants : même sur une jambe, l’ailier continue de faire rêver

Kevin Durant

Dis nous, vers où tu regardes comme ça Kevinou ?

Source image : NBA League Pass

La Free Agency s’annonce complètement folle cette année. Mais s’il y a bien un gros poisson qui fait particulièrement rêver toutes les franchises NBA, c’est Kevin Durant. Oui, mais ça c’était avant la vilaine blessure du MVP 2014, pas vrai ? Visiblement, l’état de santé de l’ailier n’a pas l’air d’inquiéter plus que ça les Warriors mais aussi les Clippers, les Knicks, les Nets et les Lakers qui seraient tous déterminés à lui offrir un joli contrat cet été. 

Les questions autour de l’avenir de Kevin Durant sont revenues au centre des débats un nombre incalculable de fois ces derniers mois. Bon, en même temps, on parle de l’un des tous meilleurs joueurs de la planète basket. Alors forcément, dès qu’il a été question qu’il n’active pas sa player option pour aller tester le marché dès le 30 juin, tout le monde s’est emballé. Ce que l’on n’avait pas vraiment prévu en revanche, c’est que la fin de saison de l’ailier des Warriors n’allait pas se dérouler de la manière dont on l’imaginait. Un Durantula qui roule sur toute la concurrence une fois la postseason arrivée ? C’est bien à cela que l’on avait pensé. C’est d’ailleurs de cette manière dont ça s’est justement passé dans un premier temps. Mais ça s’est malheureusement trop vite arrêté. Sorti sur blessure lors du Game 5 des demi-finales de Conférence face aux Rockets, les Playoffs de KD prenaient déjà un tournant pas très marrant, mais tout cela n’a fait qu’empirer une fois le comeback amorcé à l’occasion du cinquième match des Finales NBA. En effet, le retour du Snake sur les parquets aura malheureusement été de courte durée. Le tendon d’Achille de Durant semble avoir lâché dès le début du deuxième quart-temps face aux Raptors et si la gravité de la blessure venait à être confirmée par l’IRM qu’il a passée à New York, c’est tout un avenir qui pourrait en être impacté. Bien sûr, blessé ou non, personne ne doutera du talent de Durant, il faudrait être fou pour ça. Cependant, offrir un contrat max à un joueur qui risque de squatter l’infirmerie pendant un bon moment, c’est susceptible de faire peur à plus d’un management.

Le risque peut sembler élevé, c’est indéniable. Mais si l’on en croit les informations de David Aldridge de The Athletic, la blessure de Kevin Durant n’a absolument pas refroidi les franchises qui s’intéressaient à lui depuis un bon moment. En effet, les Warriors sont bien évidemment toujours intéressés à l’idée de prolonger l’aventure avec KD, mais leurs concurrents sont loin d’avoir lâché le morceau pour autant. Les Clippers, les Knicks, les Nets mais aussi les Lakers sont eux aussi encore bien chauds pour récupérer Durantula cet été. Certes, le gars est blessé et on ne sait absolument pas quand ni comment il reviendra sur les parquets, mais il est juste trop talentueux pour qu’aucun de ces front offices ne lui propose une blinde dès que la Free Agency aura débuté. Oui, qu’il soit sur ses deux jambes ou non, le double MVP des Finales devrait bien se voir proposer cinq contrats max différents, au minimum. Bon, avant de pouvoir signer un nouveau contrat, Durant devra dans un premier temps décliner sa player option à 31 millions de dollars qui le lie à Golden State jusqu’en 2020. Mais si toutes les franchises que l’on vient de citer lui font comprendre qu’elles sont prêtes à prendre le risque de lui proposer le deal qu’il espère tant malgré sa blessure, on voit mal comment il pourrait refuser. Même blessé, le gars continue donc de faire rêver et d’être au centre de toutes les convoitises, c’est fort.

La bataille pour attirer Kevin Durant dans ses filets s’annoncent sans pitié. Oui, le Snake s’est gravement blessé, mais ça n’a clairement pas refroidi les franchises qui avaient fait de lui l’une de leurs cibles principales lors de la future Free Agency. Clippers, Knicks, Lakers Nets et Warriors espèrent tous récupérer KD cet été. Alors que le meilleur gagne.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top