Raptors

Preview Raptors – Warriors, Game 5 : explosion canadienne attendue aux alentours de six heures du matin, à moins que…

Céline Dion

Franchement, ça change de Drake.

Source image : YouTube

Dans quelques heures le Canada sera peut-être au centre de la planète orange. Le Canada et ses Raptors, champions les doigts dans le nez de la National Basketball Association ? L’année de leurs 25 ans d’existence ? La première franchise hors-US à aller chercher une bague ? Face à une armada rarement vue depuis les Monstars ? Le tremblement de terre est proche, et il faut s’y préparer.

C’est à 3h du matin cette nuit que la Scotiabank Arena de Toronto sera l’écrin le plus bruyant au monde, ou plutôt le deuxième juste derrière mes put**ns de voisins du deuxième, pour qui c’est un Game 7 six jours par semaine et toute l’année. Bref. 3h du matin donc et 40 000 poumons qui fonctionneront à l’unisson, avec un Drake en chef d’orchestre sur le bord du parquet, qui doit à l’heure actuelle tourner comme un lion en cage en attendant l’heure H. Jusque-là ? Les Finales de Toronto sont tout simplement parfaites, au détail près d’un shoot plutôt clutch d’un chauve californien, et rien n’indique pour l’instant que les hommes de Nick Nurse ne finiront pas le travail ce soir. Le tout petit changement qui pourrait malgré tout donner une autre saveur à cette série ? Un changement de 2m13, initiales KD… Pas n’importe quel ajout si toutefois le double-MVP des Finales en titre devait être en tenue ce soir, mais rien qui nous prouve non plus que ces Raptors-là ne sont pas capables de taper une équipe qui sera donc – peut-être – au complet pour la première fois depuis l’Antiquité.

A l’instant T Kawhi Leonard et ses ouailles (plus communément appelés les gars-ouailles Leonard) restent sur un sans-faute, tant en attaque qu’en défense, et plus encore que le talent sur le terrain c’est la sérénité de ces mecs qui nous frappe match après match. Tout est en effet en place pour un sacre aussi inédit qu’historique au Canada, et le nouveau Roi Leonard a réussi a faire transpirer son immense sérieux sur le reste de son équipe, faisant de cet état d’esprit l’une des composantes essentielles de la domination des Dinos sur ces Finals, quand leur adversaire a, inconsciemment, connu déjà tellement d’aventures qu’il en parait parfois presque blasé. La fraîcheur, le sérieux et le talent d’un côté, l’expérience, le talent mais moins de surprises de l’autre, et voilà comment on se retrouve à 3-1 pour « le challenger », même si tout ce qui ressemble de près ou de loin à un Canadien préfèrera vous dire que, oui, les Raptors sont de toute manière meilleurs que Golden State à tous les niveaux.

Les Warriors veulent revoir une dernière fois leur belle Oracle ? Messieurs vous savez ce qu’il vous reste à faire. Jusqu’à preuve du contraire les boss sont des T-Rex rouges et blancs et Jurassik Park prévoit un séisme de magnitude 4-1 aux alentours mais attention aux Guerriers blessés, car en cas de victoire de GS ce soir en terre hostile, la pression ne mettra pas longtemps à changer de camp…

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top