Los Angeles Clippers

Preview Clippers – Warriors, Game 6 : c’est l’histoire d’un ultra-favori qui joue à se faire peur, et qui…

Stephen Curry Golden State Warriors

Vous la connaissez la fin vous ?

Source image : YouTube

Sixième manche cette nuit dans la série entre les Warriors, double-champions en titre, et les Clippers, octuples champions du district de Los Angeles. Peu d’entre-nous pensions il y a quinze jours que cette série durerait plus de quatre matchs… et pourtant, le squad de Doc Rivers donne bien du fil à retordre aux Dubs. Jusqu’à créer l’impossible exploit ? Non… quand même… ils ne vont pas nous faire ça si ?

Incroyable. La série des Clippers est jusqu’ici absolument incroyable puisque le groupe à qui l’on prédisait l’enfer a déjà remporté deux matchs, dont l’un gagné après avoir remonté un débours de… 31 points (record all-time) et l’autre braqué en plein cœur de l’Oracle derrière un duo Montrezl Harrell – Lou Williams tout bonnement phénoménal. Doit-on pour autant croire à un upset qui serait probablement le plus grand de l’histoire ? Et bien… peut-être. Les Warriors ont perdu DeMarcus Cousins sur blessure en tout début de série, les All-Stars font le taf mais un peu chacun leur tour alors que côté L.A. c’est carrément la cour des miracles, avec des Pat Beverley ou des Shai Gilgeous-Alexander qui claquent chacun à leur tour des perfs hallucinantes, en attendant pourquoi pas de voir Ivica Zubac poser son 35/17 sur la raquette de GS. Difficile cependant de savoir si ces Warriors pêchent simplement par orgueil ou si quelque chose est réellement cassé dans la dynamique, difficile également d’imaginer le pallier d’une équipe des Clippers qui semble déjà tellement à 180% de ses capacités.

Quoiqu’il en soit et après toutes les analyses du monde, il y aura bien un Game 6 ce soir, au Staples Center, et pour le coup il n’y a rien de plus concret. Curry, Durant, Green, Thompson, les quatre mousquetaires sont là, les soutiers Iguodala et Livingston aussi, et ils ont même été rejoints par Andrew Bogut aka l’un des artisans du titre de 2015. En face ? On l’a dit, Lou Williams est une putain de torche humaine, Montrezl Harrell est un chien de la casse lorsqu’il s’agit d’aller gratter des rebonds et des paniers faciles dessous, et les deux gaillards sont fréquemment épaulés dans cette série par Danilo la louche Gallinari, Pat le doberman Beverley et même le rookie Shai Gilgeous-Alexander, alors que le petit Landry Shamet ou Ivica Zubac sont tout heureux d’avoir été transféré en cours d’année pour vivre ce genre d’expérience unique… Qu’on soit clair, ces Warriors-là sont encore et toujours capables d’en coller 30 à absolument tout le monde, en tout cas à ces Clippers tellement plus faibles sur le papier. Mais on l’a vu avec les Blazers par exemple, le papier n’est pas en short et la réalité du terrain vient de ce qu’il y a dans la tête, dans le cœur et dans le slip. A ce petit jeu-là les Voiliers sont impressionnants depuis deux semaines, et réussir à pousser une telle armada à un Game 6 ne rimerait à rien si c’était pour baisser les bras si « près » du but.

Alors… peuvent-ils le faire ? Ou bien les Dubs vont-ils remettre les choses à leur place dès ce soir à base de non mais oh c’est qui le patron ? Réponse demain matin très tôt, à 4h pétantes, pour voir si le joli conte de fées de ce premier tour peut se poursuivre, ou bien si l’ogre finit une fois de plus par dévorer tous les gamins ayant osé s’aventurer trop près de sa maison…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top