Celtics

Marcus Morris défonce le Thunder en interview : le dernier tir de Damian Lillard n’aurait jamais dû exister, point barre

Marcus Morris Celtics

Avec Markieff sur le parquet, les choses auraient pu être différentes.

Source image : YouTube

Le tir gagnant de Damian Lillard n’a pas fini de faire causer et cette fois c’est Marcus Morris qui a pris la parole pour venir prendre la défense de son frère en détruisant au passage le staff du Thunder. La famille c’est sacré.

Chaque angle de caméra est un délice qui nous permet d’apprécier encore un peu plus ce geste incroyable de Dame Dolla. Auteur de 50 points et du buzzer-beater pour qualifier les Blazers en demi-finale de Conférence, le numéro 0 était en feu dans la nuit de mardi à mercredi et ceux qui étaient là pour assister à ce shoot en live s’en souviendront pendant longtemps. Mais aussi impressionnant soit-il, ce tir auquel il va peut-être falloir trouver un surnom soulève aussi quelques questions autour de la stratégie d’OKC. Selon Marcus Morris qui a suivi attentivement cette série entre ses déplacements à Indianapolis et les matchs au TD Garden, Billy Donovan n’avait tout simplement aucun plan et c’est ce qui a coûté la victoire à son équipe. Le jumeau de Markieff a décidé de prendre la parole auprès de Jay King de The Athletic pour témoigner de l’incompétence du staff de l’Oklahoma.

« C’était incroyable. Mais d’un autre côté ils n’ont rien fait pour l’arrêter, ils ne l’ont pas trappé et l’ont laissé jouer librement. C’est l’un des meilleurs joueurs de la ligue. Pourquoi ne pas faire une trap sur lui ? Pourquoi ne pas essayer de lui enlever la balle des mains ?

Je ne suis pas coach et je n’essaye pas de diminuer ce qu’a réalisé Lillard. Mais 50 points ? Sérieusement ? Et vous ne faites rien pour le bloquer à la fin du match ? Je me fous de savoir s’il est loin, il shootait à près de 60% donc je ne suis pas surpris que ce soit rentré. Il tourne à ces pourcentages derrière la ligne alors vous pouvez appeler ça un mauvais tir ou comme vous voulez mais moi j’appelle ça ‘pas de tir’. Je ne te laisserai pas prendre ce tir. »

Les excuses trouvées par Paul George n’ont pas convaincu M-double, loin de là même. Depuis quelques années, de nombreux spécialistes ont montré qu’ils pouvaient largement tourner à plus de 50% d’adresse aux alentours de la ligne médiane, surtout sans opposition pour leur contester le shoot. Et sachant que ce bon vieux Dame était justement à 16/32 avant ce tir dont 9/17 du parking, rien n’excuse l’écart laissé entre le meneur et son défenseur qui n’était autre que… PG13, l’un des favoris pour le titre de DPOY cette saison. Une défense collée voire même une prise à deux auraient été plus efficaces pour bloquer le produit de Weber State dans la zone ce soir-là, quitte à libérer un autre joueur pour le forcer à prendre un tir compliqué. Ça ne se serait en tout cas pas passé comme ça avec Markieff sur les planches selon son bro car la D et la gnaque sont une histoire de famille chez les Morris. Au-delà de cette action isolée, Marcus regrette que Billy Donovan n’ait pas plus fait confiance à son banc durant la série, et notamment à son fraternel qui pensait fiter avec l’état d’esprit local en signant le 20 février après avoir été coupé par les Pelicans suite au trade avec Washington.

« Il n’a joué que quatre minutes dans le Game 5, c’était une vraie gifle. Et pourquoi ? Parce qu’il a raté deux tirs ? J’ai vu Paul George manquer 17 tentatives de suite… J’aurais aimé qu’il n’aille jamais là-bas parce que je sais qu’il aurait pu aider une autre équipe juste avec l’effet qu’il fait lorsqu’il est sur le terrain. Je ne suis pas coach mais j’ai l’impression qu’ils ne comptent pas assez sur leur banc. Je me dis que mon frère est allé là-bas pour rien. Il n’a jamais eu l’opportunité de vraiment jouer. Je pensais qu’il allait vraiment les aider en Playoffs mais de ce que je vu il aurait dû aller ailleurs pour montrer son leadership et son expérience en tant que vétéran. C’est une chose qu’il n’a pas pu faire à OKC et je pense que c’est une autre raison pour laquelle ils ont perdu. Je n’ai pas eu l’impression qu’ils utilisaient tous les joueurs qu’ils avaient, pas du tout. Je ne ferais même pas attention à eux si mon frère n’était pas dans l’équipe. »

Les frères jumeaux seront toujours là pour se soutenir l’un et l’autre mais le message du joueur des Celtics est plutôt clair. Il ne devrait pas y avoir de Morris à Oklahoma City la saison prochaine. Ni Marcus, ni Markieff. Du moins pas tant que Billy Donovan sera sur le banc, ce qui pourrait ne plus être d’actualité pour très longtemps après cette nouvelle élimination au premier tour.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top