Nuggets

Mike Malone veut voir Jamal Murray jouer plus physique : se faire rouler dessus par Derrick White, c’est plus possible

Mike Malone

Mike Malone a grandi avec un père assistant coach chez les Bad Boys. Forcément, ça donne des idées.

Source image : NBA League Pass

L’heure est grave à Denver. Menés 2-1 dans la série face aux Spurs, les Nuggets se font notamment dominer par Derrick White, auteur de 36 points dans le Game 3. Pour Mike Malone, la mascarade a assez duré, et il veut voir ses joueurs se montrer un peu plus présents physiquement.

Aucun disrespect pour Derrick White, pur produit de l’école Spurs, qui réalise une série absolument fantastique, avec 23 points par matchs à 69% au tir, mais quand on imaginait les Nuggets galérer contre San Antonio, on pensait plutôt à des masterclass de LaMarcus Aldridge ou DeMar DeRozan. Du coup, à Denver, on commence à l’avoir mauvaise que le sophomore s’amuse dans la peinture. Surtout Mike Malone, qui réclame à ses joueurs, et notamment Jamal Murray, de faire les efforts nécessaires pour arrêter l’ancien de la fac du Colorado. Le Canadien a été transparent pendant la majorité de la série, ne surgissant que dans le dernier acte du Game 2 pour forcer la décision et arracher la victoire. C’est bien urbain de sa part, mais son coach en attend plus, comme il l’explique à ESPN :

« J’espère que Jamal va avoir la même réaction que Derrick White. Il a subi la grande performance de Jamal dans le quatrième quart-temps du Game 2, et il est arrivé pour le Game 3 très motivé et en mode agressif. Et on doit faire jouer Jamal à un plus haut niveau. En 12 quart-temps, Jamal a eu un impact sur le jeu à haut niveau dans un seul d’entre eux. Pendant ce temps, Derrick White est à 23 points par matchs et 69% au tir. Jamal doit prendre ça personnellement et je m’attends à ce que ça arrive demain après-midi [ce soir à 23h30]. »

Encore très absent dans le Game 3, avec seulement 6 points à 2/6 au tir, Murray est également submergé en défense. À sa décharge, ses intérieurs ne rendent pas non plus la tâche très difficile à White, qui a inscrit 24 de ses 36 dans la peinture, à très haut pourcentage (12/14). La réponse doit donc venir à la fois individuellement et collectivement pour les Nuggets, qui devront absolument remporter le Game 4 ce soir pour ne pas rentrer à Denver le couteau sous la gorge. Pour Mike Malone, il s’agira également de faire comprendre à ses hommes qu’ils ne doivent pas avoir peur de faire faute.

« Il faut avoir la volonté de faire une grosse faute parfois, parce que quand un mec est dans sa zone de confort, ça fait 36 points, dont 24 dans notre peinture, à un moment c’est ridicule. C’est la faute de nos arrières car il ne nous a pas senti. C’est la faute de nos grands. C’est la faute de quiconque est près du panier, envoyez un message, mettez-le sur la ligne et faites-lui gagner ses points. Je ne dis pas qu’il faut jouer sale, mais en Playoffs, on doit jouer un basket physique, on doit forcer l’autre équipe à gagner tous ses points et là c’était trop facile pour eux. »

Les Nuggets sont-ils trop softs ? C’est ce que Malone semble dire. Pourtant, depuis le début de la série, les coéquipiers de Nikola Jokic commettent en moyenne vingt fautes par matchs, et permettent aux Spurs de tirer 25,6 lancers. Soit un plus gros volume qu’en saison régulière pour les Texans (21 tentatives de moyenne), et donc une très mauvaise nouvelle pour les Pépites, puisque la bande à Coach Pop affiche le meilleur pourcentage de la Ligue sur la ligne (81,9%).

Il va tout de même falloir trouver des solutions, non seulement face à Derrick White, mais aussi contre le reste de cette équipe de San Antonio qui fait tant galérer Denver. La quatrième manche est prévue ce soir, et ce sera encore un must-win pour Jokic et ses copains. À voir si Derrick White continuera de son côté à mettre la misère à tous ses vis-à-vis.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top