Thunder

Le Thunder est toujours en vie : victoire 120-108 contre Portland au Game 3, préparez-vous parce que ça va aller en sept

Menés 2-0 et donc dos au mur avant leur premier match de la série à domicile, les joueurs de Billy Donovan (ou plutôt ses collègues) avaient tout intérêt à se sortir les mains des poches faute de quoi le fantôme d’une élimination précoce aurait fait plus que pointer le bout de son nez. Russell Westbrook et Damian Lillard s’étaient une fois de plus donné rendez-vous pour un nouveau combat de ienchs, et dans l’octogone c’est finalement le Brodie qui a cette fois-ci eu le dernier mot…

Pour ceux qui avaient eu la belle idée de mettre le réveil ou de veiller tard (Jean-Jacques Goldman, 1982) pour assister à ce Game 3 entre Portland et OKC, vous aurez en fait eu la chance de voir… deux matchs. Deux en un tel un Gillette des années 90, avec une première mi-temps également so nineties faisant la part belle à la défense et une deuxième laissant place au duel de meneurs alphas que tout le monde attendait. La mi-temps ? Elle était atteinte sur le score de 49-39 en faveur du Thunder grâce à un gros run des locaux dans les deux dernières minutes, ponctuant 24 minutes sans oxygène, devant un public aussi orange que les bords du Tourmalet au mois de juillet. Référence cycliste, mais ce sont bien des basketteurs qui étaient en short cette nuit à la Chesapeake Arena, et pas n’importe quels basketteurs. La deuxième mi-temps sera ainsi autrement plus rythmée, avec notamment un Damian Lillard à 4 point à la mi-temps et… 29 à la fin du troisième quart, on vous laisse faire le calcul et caler ça à la page indécent du petit Larousse. 25 pions au troisième quart et des Blazers évidemment revenus dans le game grâce également à un C.J. McCollum aussi soyeux dans le périmètre que son nez est cornu, alors que côté Thunder Russell Westbrook commençait à chauffer, alors que Dennis Schroder commençait à se chauffer avec tout le monde, alors que Paul George donnait son corps à la science mais faisait saigner les statisticiens de l’Oklahoma, alors que Jerami Grant se prenait pour un espèce de croisons-les entre Giannis Antetokounmpo et Kyle Korver.

Tout pour nous offrir un dernier quart de très haut niveau et surtout d’une tension rarissime, notamment entre les deux franchise players. Chaque action ou presque est le théâtre d’une opposition entre Russell Westbrook et Damian Lillard, chaque panier marqué ou chaque grosse défense est paraphée par du gros trashtalking, et au jeu de celui qui a bu le plus de Red Bull c’est cette fois-ci le MVP 2017 qui va le mieux s’en sortir… Vas-y que ça mime le bébé après un gros tir, vas-y que ça jacte sur le banc de touche, vas-y que ça envoie le padawan Schroder prendre le relai de la langue pendue, et pendant que Russ West s’en va fignoler un énorme match (33 points, 5 rebonds et 11 passes), c’est le soldat Kanter qui tient Portland en vie à base de rebonds offensifs grattés et de petits buckets sous le cercle. Les minutes s’égrènent et le Thunder va aller chercher à l’envie sa première victoire dans la série avant un Game 4 dimanche qui s’annonce encore bien sale, pour peu que les Blazers décident de frapper un grand coup à l’extérieur avant de revenir finir le taf à la maison deux jours plus tard. Mais vous savez quoi ? Si une série de ce premier tour doit aller en sept… on mettrait bien une petite pièce sur ce Blazers-Thunder. Et vous savez quoi bis ? Et bien ce serait plutôt une bonne chose.

Blazers 2, Thunder 1, la série est bel et bien lancée, hashtag duel de All-Stars, hashtag série excitante. Suite des évènements dans la nuit de dimanche à lundi, et on espère que vous avez compris qu’il ne faudra rater ça sous aucun prétexte.

stats Blazers stats Thunder

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top