Thunder

Le Thunder vient à bout de Portland en prolongations : ça fait sweep sur la saison… mais on veut bien une série de Playoffs

Merci la NBA, notre toute petite nuit de deux matchs a finalement accouché d’un énorme game, terminé alors que le soleil se levait sur nos terrasses. Blazers, Thunder, deux équipes qui se la donnaient au classement avant la rencontre de la nuit, deux équipes qui continueront d’ailleurs de se la donner jusqu’au 10 avril, mais l’une des deux a cette nuit adressé un message à l’autre. Cette équipe c’est le Thunder, qui affiche désormais un immaculé 4-0 face à Portland cette saison. Mais vu la physionomie des rencontres entre les deux franchises cette saison, bah nous on accepte volontiers une série de Playoffs en avril. Deal ?

Lors de l’acte I au mois de janvier, le duo Russell Westbrook – Paul George était venu traumatiser une première fois le Moda Center. Deux semaines plus tard rebelote, et même si le trio Lillard – McCollum – Nurkic répondait présent c’est une nouvelle fois Russell George et Paul Westbrook qui repartaient avec la feuille, avant que Paul George toujours lui n’exécute cette fois-ci à lui tout seul les Blazers le 12 février avec le plus gros match (47-12-10) d’une saison pourtant blindée de soirées fastes. C’était donc l’acte IV de la série de régulière entre Portland et Oklahoma City qui nous attendait ce soir, avec la triple ambition pour Portland de 1) rester à la quatrième place de l’Ouest, de 2) ne pas subir ce fameux sweep et de 3) offrir à son bouillant public un bel aperçu des prochaines soirées printanières. L’aperçu le public l’aura eu, pas de souci, mais alors pour les deux premiers points on repassera. Car c’est bel et bien le Thunder qui est reparti, une nouvelle fois, vainqueur de l’Oregon, et Russell Cartoon Westbrook peut ce matin s’adonner à l’un des hobbies préférés, narguer le public d’un Moda Center victimisé.

Le pire dans tout ça c’est que ce match, les Blazers avaient tout pour le prendre. Un Jusuf Nurkic intraitable en début de match, et un Damian Lillard qui chauffe tranquillement en attendant son heure, la fameuse « heure des Dames ». Les changements de leader se font incessants, les stars répondent présents malgré des pourcentages pas toujours au rendez-vous (coucou Paul George) mais l’essentiel est ailleurs puisque l’on se dirige tout droit vers une nouvelle fin de match tendue. Tendue d’ailleurs à tous les niveaux puisque si au panneau d’affichage Damian Lillard prend un énorme coup de chaud et le duo PG-RW lui répond du tac-o-tac, sur le terrain les hugs bien virils commencent à faire leur apparition. Jusuf Nurkic et Russell Westbrook ouvrent les débats (qui d’autre ?) et si le meneur du Thunder écope d’une flagrante, le pivot bosnien s’en sort avec une faute technique qui aura son importance quelques minutes plus tard. Rois du teasing ici mais ne vous faisons pas languir de trop et avançons rapidement jusqu’à la toute fin de match. Dame Lillard s’est alors rapproché des 50 points (qu’il atteindra finalement pour la cinquième fois de sa carrière), Paul George a planté sa tente sur la ligne des lancers, Russell Westbrook s’est transformé de nouveau en franchise player, alors que sur les bancs Dennis Schroder y est allé de ses quelques floaters pompés à Tony Parker tandis que Rodney Hood est sorti de son wood pour envoyer quelques flèches bien utiles. Bref nous voici dans le money time, il reste une petite vingtaine de secondes alors sit down et be humble.

Premier tournant de ce match, ce drive de Paul George qui utilise la technique dite de raffut pour écarter Jusuf Nurkic avant d’aller au cercle. Un bon gros coude dans la gueule à la Ibanez, Nurkic qui explose au sol mais Paul George qui rate son tir, pas de coup de sifflet et… Terrance Ferguson qui ramasse les miettes et qui donne deux points d’avance au Thunder. Terry Stotts est fou, le public hurle, le Thunder se marre. 113-111 et treize secondes à jouer. Mais c’est sur l’action suivante que le match va basculer définitivement. Jumper raté par Lillard, cette bonne brute de Nurkic a ressuscité et arrache un rebond offensif et se fait arracher tous les membres par la défense d’OKC. Ah tiens, Paul George passait par là et les deux mâles alpha vont y aller de leur petit face to face. Forcément, ça part en double-technique et oups, c’est la deuxième pour un Youssouphe secoué, plein de circonstances atténuantes mais qui aurait du tourner son front sept fois dans sa bouche (essayez, tiens) avant de se l’essuyer sur celui de cette fouine de Paul George. Meilleur blague de la soirée, c’est donc ce pauvre Skal Labissière qui est appelé pour remplacer Nurkic et tirer ses lancers. Aussi frais qu’un matin breton, le pauvre garçon va évidemment les louper mais Markieff Morris, lui aussi rentré pour les lancers, va nous offrir le combo de l’horreur en 1) poussant bêtement Aminu et 2) subissant le coup de sifflet de compensation qui va bien. Deux lancers pour le chaton endormi des Blazers, 113 partout entre Mokobé et Rim-K.

On passe rapidement sur l’overtime car le tournant du match a déjà eu lieu et si Damian Lillard tentera en vain de sauver son armée c’est plutôt Russell Westbrook qui se chargera d’achever un Portland perdu sans son phare, sans oublier de faire plein de coucous au public après être arrivé à la salle, on le rappelle, avec une veste M&M’s. Bref, voilà qui fait donc 4-0 Thunder sur la régulière, un Thunder qui passe d’ailleurs devant les Blazers au classement, mais un match qui nous donne de franches envies de Portland-OKC au premier tour des Playoffs. Des stars de partout, des mecs qui ne peuvent pas se piffrer et deux publics parmi les plus chauds de la Ligue, franchement c’est où qu’on signe.

stats Blazers

stats Thunder

1 Comment

1 Comment

  1. Al

    9 mars 2019 à 7 h 51 min at 7 h 51 min

    « Paul George a planté sa tante sur la ligne des lancers-francs »
    Ça veut bien dire qu’il en a loupé un wagon?

    A moins que sa tante soit douée…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top