Rockets

Daryl Morey souhaite garder Mike D’Antoni « aussi longtemps qu’il le voudra » : c’est beau un palmarès qui rapproche

Mike D'Antoni

Toutes ces séries perdues, ça donne envie de continuer l’histoire.

Source image : montage Bleacher Report

L’info était passé subrepticement il y a quelques jours, et ça c’était juste pour placer un mot complètement ouf en intro, Daryl Morey a donc vu son contrat prolongé de cinq ans à Houston. Le GM des Rockets peut désormais s’attacher à un objectif clair : continuer de poser les briques d’un projet qui devra porter la franchise texane jusqu’au titre de champion NBA. Et pour cela ? Rien de mieux que de se mettre au chaud celui par qui tout commence : le coach.

Si les Rockets montent en puissance à trois semaines de la fin de la régulière au point de – peut-être – s’afficher aujourd’hui comme les vrais challengers des Warriors à l’Ouest, il n’empêche qu’il ne faut pas oublier non plus de regarder un peu à l’horizon. Daryl Morey semble enclin à le faire, et si le roster de Houston sera avant tout articulé la saison prochaine par un Big Three à 100 millions de dollars, la question du coach se pose également. En place depuis maintenant trois saisons après des passages déjà offensifs à Denver, Phoenix et New York, Mike D’Antoni peut se targuer d’avoir remis les Rockets sur la carte NBA au-delà du mois d’avril, même si pour le moment les dernières marches ont toujours été garnies de peaux de bananes bien glissantes. Ce bilan plutôt positif, Daryl Morey en a bien conscience, et ce dernier a donc déclaré hier à Jonathan Feigen du Houston Chronicle tout le bien qu’il pensait de l’ex Mr Pringles :

Il est tellement déterminant. Ce que j’en pense personnellement, c’est que j’aimerais qu’il soit ici aussi longtemps qu’il le voudra. Il est tellement déterminant dans tout ce que nous faisons ici. C’est quelque chose dont nous pourrons nous occuper en temps voulu, et je pense que la meilleure chose à faire pour tout le monde sera de gérer ça (prolonger Mike D’Antoni, ndlr) cet été.

55 victoires pour sa première saison à Houston mais un Manu Ginobili sauvage venu briser les rêves de grandeur de James Harden, un opus 2017-2018 historique pour la franchise (meilleur bilan all-time avec 65 victoires) et une défaite les armes et les béquilles à la main en finale de conférence face à l’ogre Warriors, une troisième saison qui devrait aller chercher là encore la barre des 50 victoires, on est donc sur un bilan chiffré plutôt positif à Houston, même si les running gags préfèrent s’attarder sur le contrat donné à Chris Paul ou sur la propension des Texans à choker quand la température monte. Ce bilan, Daryl Morey l’a évidemment en tête et le doit en partie à son MDA chéri, ce qui nous donne donc ce genre de déclaration enamourée et bien stratégique à l’aube de Playoffs pour lesquels tout surplus de motivation est toujours le bienvenu que l’on soit coach ou joueur.

Moment idoine pour déclarer publiquement sa confiance au coach, même si le roi de l’attaque en moins de sept secondes devait bien être au courant en off des intentions de son GM. A voir désormais si MDA saura se montrer digne de cette confiance en emmenant une nouvelle fois les Fusées au sommet de l’Ouest. Un sommet qu’il faudra cette fois-ci gravir, même si ce n’est – évidemment – pas la marche la plus simple au monde…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top