Hawks

John Collins et Trae Young ont encore été énormes dans la défaite : dans le jargon on appelle ça faire d’une pierre deux coups

On le répète bien assez souvent, la NBA se scinde chaque saison en trois espèces de divisions pourtant non-répertoriées. La première comporte les équipes qui jouent leur place en Playoffs, la seconde réunit toutes les franchises ni trop bonnes ni pas assez, qui galèrent à trouver un but dans la vie, et la dernière, celle qui nous concerne ici, fait la part belle aux franchises dont le but est de développer leurs jeunes tout en préparant la Draft. Donc en perdant le plus de matchs possibles.

Les Hawks font partie de cette catégorie et ils en sont probablement les leaders. Pas ceux qui perdent le plus de rencontres non, les Knicks et les Suns notamment paraissent intouchables, mais ceux qui le font de la plus belle des manières. A Atlanta ça fait déjà quelques années que ça dure, ce beau jeu, puisque si la franchise de Georgie ne verra pas les Playoffs cette année et ce pour la seconde saison consécutive, les fans des Hawks peuvent se targuer d’avoir vu le printemps lors des dix exercices précédents, avec un sacré pic de forme sous le règne de Mike Budenholzer. Depuis ? Al Horford, Demarre Carroll, Paul Millsap, Jeff Tuche et Kyle Korver sont partis, adios les héros de 2015, et le board s’est mis en tête de reconstruire un groupe capable de dominer dans quelques années. Pour cela ? Deux hommes sont au centre du projet, John Collins et Luka Doncic Trae Young, et le moins que l’on puisse dire c’est que Starsky et Hutch donnent – déjà – entière satisfaction. Nouvel exemple cette nuit face aux Nets, avec une énième masterclass des deux gamins, ponctuée donc par une défaite qui vient mettre le couvercle sur une soirée parfaite.

  • John Collins : 33 points à 13/20 au tir et 7/9 aux lancers, 20 rebonds et 1 contre en… 30 minutes
  • Trae Young : 23 points à 4/14 au tir dont 2/4 du parking et 13/16 aux lancers, 10 rebonds et 11 passes en… 29 minutes

John Collins ? Intraitable sur pick and roll, le plus souvent servi par son moustachu de meneur, cannibale au rebond et second joueur depuis 1984 avec Zo Mourning à lâcher un 30/20 en moins de trente minutes. Merci, au revoir. 26ème double-double de la saison, career high au rebond, on en oublierait presque ce triste soir de février lors duquel il se prit pour Louis Blériot. 19,4 puntos et 9,6 prises de moyenne pour sa saison sophomore, ne cherchez plus le prochain freak en ville vous l’avez sous les yeux… Son collègue de la mène ? Premier triple-double en carrière et la confirmation d’une forme étincelante depuis un bon moment et davantage depuis la coupure du All-Star Weekend. Plus de 23 points et 9 passes de moyenne en février, à peu près 26/5/8 en mars, heureusement que tout le monde se foutait de la gueule des Hawks lorsque l’homme à la tronche de narco-trafiquant porto-ricain fût échangé contre Luka Doncic au soir de la Draft…

Deux hommes, deux raisons d’y croire à Atlanta, et même trois si l’on prend en considération le fait que malgré le talent des deux jeunes hommes… les défaites s’enchaînent en Géorgie. On vous l’a dit, dans le jargon on appelle ça faire d’une pierre deux coups. Pas tout le monde qui réussit à perdre avec panache, alors vivement que ça gagne, y’en a plus d’un qui pourraient être surpris.

1 Comment

1 Comment

  1. Antoni

    10 mars 2019 à 23 h 22 min at 23 h 22 min

    Atlanta a réussi à trouver deux joueurs sur lequels construire l’avenir. Vu les résultats, ils vont avoir une position sympa à la prochaine draft qui, même si elle ne s’annonce pas très prometteuse hormis 2/3 joueurs sur le papier, peut leur permettre de récupérer un nouveau jeune intéressant. La prochaine saison d’Atlanta va être sympa à voir je pense…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top