Spurs

Les Spurs cherchent à recruter un ailier : et si Stanley Johnson était la piste du mercato ?

Stanley Johnson
Source image : NBA League Pass

Actuellement dans le Top 8 de la Conférence Ouest et déterminés à y rester, les Spurs pourraient se renforcer avant la trade deadline. Stanley Johnson ? Un garçon sur le viseur du management de San Antonio.

C’est à la fois le genre, et pas du tout le genre de la maison. De quoi parle-t-on ? De deux choses à la fois. D’abord, le fait de récupérer un ailier sous-utilisé, et d’en faire une pépite dans l’environnement ultra-saint des Spurs. Ensuite, le fait de réaliser des transferts en cours de saison. Commençons par ce dernier points, qui devrait nous donner un peu plus une idée de ce que R.C. Buford et ses collègues pourraient faire dans les deux prochaines semaines. Celles et ceux qui suivent la franchise texane depuis des années savent une chose mieux que quiconque, à San Antonio, la trade deadline, c’est surfait. Chaque année, le mois de février démarre avec un énorme silence dans les rumeurs noires et blanches, Gregg Popovich étant plutôt du genre à vouloir toucher le potentiel max de l’effectif construit en début de saison, plutôt que de vouloir tout bazarder en plein hiver. Et il faut dire que la logique du coach légendaire est compréhensible. Lorsque les pierres fondatrices de ta philosophie sont le partage de balle, la cohésion d’équipe et la mise en place de vrais automatismes, chambouler un vestiaire n’est pas la meilleure des idées. On est donc en droit d’affirmer, une fois de plus, que les Spurs vont passer la deadline du 7 février en gardant les mains dans leurs poches. Pas pour faire chier, mais plutôt par principe. Maintenant, la différence avec les années précédentes, c’est qu’à San Antonio une transition a bien lieu qu’on le veuille ou non, et il faut trouver les jeunes joueurs qui feront le succès des Spurs de demain. Des joueurs qui, parfois, ne sont disponibles qu’en février, et pas via la Draft de juin ou la free agency de juillet.

D’où la rumeur Stanley Johnson, relayée par Jabari Young de The Athletic et qui pourrait gagner en volume dans les jours à venir. Actuellement sous les couleurs des Pistons, qui l’ont drafté dès sa sortie de l’université d’Arizona, Johnson est un ailier qui semble avoir atteint une sorte de plafond dans le Michigan, après avoir pourtant montré un beau potentiel dès sa saison rookie. Quand on voit les récents résultats à Detroit et les difficultés rencontrées par Dwane Casey, on peut penser que ça va bouger d’ici deux semaines côté Pistons. Et quand on sait que l’entraîneur local n’a pas énormément responsabilisé le jeune ailier, on peut également penser que son avenir ne se fera pas dans sa franchise de toujours. Avec seulement 20 minutes de jeu par soir et une grande majorité de matchs démarrés en sortie de banc, Stanley a forcément envie d’ailleurs. Un nouveau toit, sous lequel progresser et être mis en avant, du genre… San Antonio ? C’est là que les Spurs vont devoir être malins. Car l’ami Johnson sera agent-libre restreint cet été, et peut-être que plusieurs équipes voudront proposer un solide contrat à un joueur physique et talentueux, qui n’a pas pu évoluer dans un cadre stable. Il faut donc le verrouiller dès aujourd’hui, en le récupérant avant la deadline, afin d’avoir la possibilité de matcher n’importe quelle offre qui sera faite en juillet, si le management de San Antonio est satisfait de l’intégration du joueur. Sachant qu’actuellement, les ailes ne sont pas follement garnies sur le banc de Pop, un jeune talent comme SJ pourrait fleurir sous le coach à barbe blanche, et enfin atteindre le grand potentiel qu’on lui prête depuis ses années lycéennes.

Attendu comme un crack en NBA, Stanley Johnson n’a pas pu encore s’éclater chez les Pistons, et le staff de Detroit n’a plus trop l’air de vouloir croire en lui. Typiquement le genre de dossier sur lequel les Spurs vont se jeter… mais seront-ils les seuls ? Pas sûr. Affaire à suivre dans les prochains jours.

Source : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top