Thunder

Dennis Schroder est satisfait d’avoir quitté les Hawks pour OKC : le meneur en a gros, mais c’était peut-être lui le problème

Kaamelott

On en a gros.

Source Image : Youtube

Depuis le 25 juillet dernier, Dennis Schroder a quitté Atlanta et sa trap pour l’air frais et la campagne de l’Oklahoma. Un net changement d’ambiance pour le jeune meneur que ce soit au niveau de son rôle dans l’équipe mais aussi et surtout dans les ambitions de sa franchise et ça, Dennis a l’air d’apprécier.

Drafté en 2013 en dix-septième position par la franchise de Georgie, le meneur allemand va connaître durant ses cinq premières années dans la Grande Ligue une progression linéaire. Cinq saisons qui le verront passer de meneur back-up de Jeff Teague dans la meilleure franchise de l’Est à franchise-player des derniers de cette même conférence. Une ascension au niveau individuel mais la descente aux enfers d’un point de vue collectif. Sauf qu’entre temps Dennis n’est pas irréprochable chez les Aigles. De graves problèmes avec la justice et un comportement parfois douteux ne plaident pas en sa faveur et plus le temps passe, plus Schroder devient un énorme boulet en Georgie. Malgré sa saison satisfaisante le divorce semble acté entre la franchise et le joueur. D’autant plus que le soir de la Draft 2018 c’est un autre meneur qui vient remplir le roster de Travis Schlenk en la personne de Trae Young ! Et tout le monde le sait, le feu follet n’est pas là pour cirer le banc derrière l’Allemand, d’autant plus que les ambitions des Hawks pour la saison actuelle sont très clairement proches du néant si ce n’est que les jeunes pousses doivent jouer pour s’aguerrir. Un trade semble inévitable alors qu’il reste 3 saisons à 15 millions de dollars sur le contrat de Schroder. Et les Oisillons vont finalement trouver preneur avec Sam Presti et le Thunder qui vont, en gros, échanger Melo contre le meneur. L’histoire aurait pu en rester là mais le compatriote de Dirk est une grande gueule, on le sait, du coup il se sent encore obligé de tacler son ancienne franchise, six mois plus tard, au micro d’Erik Horne de The Oklahoman.

« Je voulais faire partie d’une organisation avec une mentalité de gagnant. Tu ne peux pas jouer et essayer de perdre. Je suis un compétiteur et j’essaie de tout donner. Je veux que mon équipe soit sur la même longueur d’onde. À l’heure actuelle, avec notre organisation, tous les joueurs dans les vestiaires, tous les entraîneurs, ils ont une mentalité de gagnants. C’est ce qui rend les choses amusantes, quand tu vas à la guerre avec tes frères. Il n’y a rien de mieux que ça. »

On a donc bien compris le message : l’Allemand n’a pas trop apprécié le tanking mis en place par son ex-franchise et la volonté de se reconstruire après le départ de nombreux cadres. En même temps il faut le comprendre : perdre n’est pas ancré dans la culture allemande, c’est une honte là-bas, même si c’est difficile à comprendre pour nous, Français, habitué de la lose (tellement habitués qu’on en a même une fédération). Mais si on peut comprendre le joueur et être de son côté sur certains points, il ne faut pas non plus oublier à quel point il est un cas extrêmement difficile à gérer. Tout le mérite revient donc à Billy Donovan qui a pour le moment réussi à canaliser son jeune chien fou et à le faire accepter son rôle en sortie de banc. En même temps quoi de plus normal qu’il accepte une telle situation quand il débarque dans un vestiaire avec Russell Westbrook : il savait qu’il n’avait aucun argument valable pour être titulaire et s’est donc mis au diapason. Ce qu’il a fait de manière plus que correcte puisqu’il est aujourd’hui l’un des favoris dans la course au sixième homme de l’année et qu’il participe grandement à la réussite des siens qui s’accrochent au podium de la Conférence Ouest. Schroder doit continuer sur ce rythme et profiter de la mentalité de son équipe pour évoluer et progresser encore à maintenant 25 ans.

Allez Dennis, arrête d’essayer de prouver à ton ex que ta nouvelle franchise est mieux qu’elle sinon on va finir par comprendre que tu l’aimes encore. Concentre-toi sur ton jeu et la bonne mentalité dont tu fais preuve depuis le début de la saison et va chercher le 6MOY.

Source : The Oklahoman

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top