One-on-One

Red Head Redemption : Kevin Huerter, le futur sniper le plus redouté de toute la Géorgie ?

hawks john collins kevin huerter
Source image : NBA League Pass

Si Trae Young et John Collins occupent la majeure partie de l’espace médiatique dans le cadre de la reconstruction d’Atlanta, un autre garçon commence à montrer tout son talent et espère squatter l’affiche avec ses deux spectaculaires coéquipiers : Kevin Huerter, c’est de la bonne.

Tout le problème, lorsqu’on est en pleine reconstruction, c’est de savoir qui est vraiment fiable. Qui va profiter de la situation pour exceller, mais qui peut le faire pendant que l’équipe monte les marches, une par une. Qui va claquer de grosses statistiques, mais qui va s’effondrer lorsque le tanking va laisser place à la vraie compétition régulière. C’est toute la question que se posent les équipes de bas de tableau, des équipes comme celle des Hawks aujourd’hui reconstruits par Travis Schlenk et Lloyd Pierce. En duo depuis quelques mois, les deux décisionnaires majoritaires avaient leurs yeux sur pas mal de joueur concernant la Draft 2018. Qui prendre au premier tour ? Amoureux de Young, le duo voulait miser à tout prix sur le kid de Norman dans l’Oklahoma, mais il lui fallait un partenaire de choc. Un gars qui complète son jeu, et qui puisse proposer un potentiel tout aussi étonnant sur les lignes extérieurs. Et après John Collins, choisi en 19ème place de la Draft 2017, c’est Kevin Huerter qui va être pris, en 19ème place de la Draft 2018. Un lancer de dés sur la table, les fans d’Atlanta croisant les doigts pour qu’un double-six se dévoile. Compliqué de l’affirmer aujourd’hui, mais quand on voit les récentes performances du sniper et sa douce évolution dans le système des Hawks, il y a de quoi avoir le sourire en Géorgie.

Cet été, ça tirait très sérieusement la gueule lorsque Huerter était mentionné, car à cause d’une blessure à la main le joueur formé à Maryland ne pouvait participer à la Summer League. De quoi garder le mystère auprès des fans, de quoi maintenir la frustration, aussi, après avoir tant bossé pour en arriver là. Puis, intégré rapidement dans la rotation, Kevin va avoir droit au petit shift qu’il fallait, pour un rookie considéré comme une pièce importante de la reconstruction. En effet, dès le 25 novembre, Huerter va être intégré au cinq majeur des Hawks, dont il n’est plus sorti depuis. Coup de chance des dieux de la santé, ce sont Taurean Prince et Kent Bazemore qui sont obligés de rester en costard sur le côté, les deux ailiers étant blessés actuellement. Mais malgré son jeune âge et sa bouille de collégien qui se fait jeter des cartables à la gueule, le roux réduit de plus en plus au silence la discussion concernant le comeback des deux joueurs. Faut-il vraiment le remettre sur le banc, quand on voit la cohésion qu’il développe avec Trae Young et John Collins ? N’est-ce pas là un très bon test pour ce jeune trio, envisagé pour représenter l’avenir à Atlanta, de prendre des matchs et du temps ensemble afin de construire une vraie cohésion d’équipe ? Les résultats, en tout cas, sont séduisants. Collectivement, depuis l’intégration de Kev dans le starting lineup, les Hawks ont un bilan quasiment équilibré (10 victoires, 13 défaites). Et si la plupart des succès ont eu lieu contre des équipes de bas de tableau, il y a eu des soirées compétitives durant lesquelles les darons comme Toronto ont dû batailler jusqu’au finish pour finir par écarter Atlanta. Et Huerter y est pour beaucoup. S’il n’a pas d’âmes pour certains, le sniper est avant tout un joueur intelligent, qui connaît ses limites et sait sur quoi se reposer.

« Quand vous êtes en rencard, vous montrez vos points forts. Et si vous avez un point faible, vous ne le montrez pas tout de suite. Donc quand j’aborde un match, il est évident qu’une de mes plus grandes forces est mon shoot, du coup je fais en sorte que ce soit ma force principale. Mais je veille aussi à ne pas montrer les parties plus faibles de mon jeu. Au lieu de montrer votre troisième téton à votre rencard et en parler immédiatement, laissez-la le trouver. »

Poétique, n’est-ce pas ? Plus sérieusement, pour souligner les propos donnés par le joueur à CBS Sports, les Sixers ont notamment vu hier soir ce que le gamin pouvait donner. Et les Wizards avant eux. Et les Nets. Et le Heat. Et les Pacers aussi. Shooteur au fouetté impeccable (38% du parking cette saison), Huerter sait qu’il est attendu dans ce registre précis tous les soirs, mais l’ailier prend personnellement la moindre remarque faite sur une sorte d’unilatéralité dans son jeu. Kevin n’est pas unidimensionnel, et il est en train de le montrer en ayant carte blanche de la part de son coach. Distribution, création, main droite comme main gauche, jeu au poste ou à mi-distance, de la défense, des finitions autoritaires à l’arceau, tout cela s’articule autour d’un poignet remarquable et permet donc à Huerter de faire de plus en plus de bruit dans les coulisses de la Ligue. Au point d’entendre certains parler d’une bénédiction sur ce pick 19, John Collins étant suivi par le Terrapin de Maryland. Qu’en sera-t-il cette année, lors de la Draft 2019 ? C’est le soupir qui domine aujourd’hui chez les fans d’Atlanta, eux qui se régalent devant les progrès des petits mais voient aussi le podium de la Lottery s’éloigner au fur et à mesure. Peut-être qu’un tanking massif sera orchestré en deuxième partie de saison, après le All-Star Weekend. Ou peut-être que Lloyd Pierce, comme il l’a souvent dit cette année, devra maximiser le potentiel de ses jeunes et vivre avec les résultats. Concernant Kevin Huerter, en tout cas, ils sont déjà prometteurs.

Vrai bon joueur de basket, au potentiel intéressant et au dôme orangé, Kevin Huerter est un nom qui commence à être entouré en rouge sur pas mal de scouting reports d’avant match. L’ailier des Hawks, s’il continue ainsi, pourrait confirmer qu’il existe bien un truc mystique avec le pick 19 d’Atlanta.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top