Heat

Udonis Haslem va raccrocher à la fin de la saison : encore un symbole du Heat qui s’en va

udonis haslem miami vice

D’abord Dwyane Wade, et maintenant UD. Un chapitre va se fermer à Miami dans quelques mois…

Source image : NBA League Pass

Fans de Miami, préparez vos mouchoirs. Après Dwyane Wade en septembre dernier, c’est Udonis Haslem qui vient d’annoncer qu’il prendra sa retraite à la fin de la saison. Deux symboles du Heat qui raccrochent en même temps, c’est dur pour les fans floridiens.

D-Wade d’abord, UD ensuite. Les deux vétérans du Heat, qui symbolisent la réussite et la culture de la franchise de Miami, vont prendre leur retraite ensemble à la fin de la saison, eux qui ont tous les deux débarqué dans la ligue en 2003. On le savait déjà pour Wade, on vient de l’apprendre pour Haslem. L’intérieur de 38 ans a en effet annoncé tout récemment sur Basketball Insiders sa volonté de mettre fin à sa belle carrière de 16 saisons, afin de pouvoir se consacrer à sa famille. Une décision pas vraiment surprenante étant donné qu’il n’a joué que 33 matchs au cours des trois dernières années, dont seulement trois cette saison.

« Je vais aussi m’arrêter. Il ne me reste plus rien à faire sur un terrain de basket. Mes enfants grandissent, mon fils joue au football américain à l’Université de Toledo, mon autre fils de 11 ans joue au baseball mais je ne le vois jamais car il est toujours à l’extérieur. Celui de huit ans joue au basket. J’ai tellement d’autres choses dans lesquelles j’ai envie de m’investir à présent. »

Udonis Haslem va ainsi finir sa carrière avec près de 900 matchs au compteur en saison régulière et environ 150 en Playoffs, tous joués sous les couleurs de sa ville natale. Parce qu’il ne faut pas oublier qu’Haslem est né et a grandi à Miami, avant d’aller rejoindre l’université de Floride. Un pur produit floridien. Le fait d’être resté chez lui à South Beach durant toute sa carrière NBA est sans doute ce qui le rend le plus fier.

« C’est rare. C’est quelque chose qui sera toujours avec moi. Beaucoup de gars ne peuvent pas dire ça. De nos jours, les joueurs changent de villes, d’équipes, la loyauté est un peu oubliée. Je peux dire que j’ai joué pour ma franchise durant toute ma carrière, tout en combinant le succès individuel et le succès collectif. »

Si Dwyane Wade est considéré à juste titre comme le plus grand joueur de l’histoire du Heat, UD reste donc l’enfant du pays.  Non drafté en 2002 mais signé par Miami en août 2003 après un passage du côté de Chalon-Sur-Saône (si, si), il a incontestablement réussi à laisser son empreinte au sein de la franchise qui a tout le temps chaud au cours de ses 16 saisons avec le maillot de Miami. Non pas par les stats, lui qui tourne à 7,7 points et 6,7 rebonds en carrière, mais par sa hargne, son leadership, sa combativité. Haslem, c’est le genre de joueur que n’importe quelle équipe aimerait avoir dans son effectif. Le professionnel ultime, le joueur de l’ombre par excellence, celui qui s’occupe des tâches pas forcément bling bling. De la défense, du rebond, du hustle, le tout au service du collectif. Il a certes réussi quelques saisons à plus de dix points de moyenne grâce notamment à un shoot mi-distance fiable, mais Udonis ne sera jamais reconnu comme un grand attaquant. Par contre, il sera toujours considéré comme un véritable champion, lui qui a remporté trois bagues avec le Heat en 2006, 2012 et 2013. On se souvient notamment de ce fameux Game 6 à Dallas en 2006, quand il a inscrit 17 points avec 10 rebonds pour aider Dwyane Wade à finir son chef-d’oeuvre. Enfin, n’oublions pas non plus que Udonis Haslem possède quand même plusieurs records de franchise. Il est celui qui a pris le plus de rebonds dans l’histoire du Heat (5 716 à l’heure où ces lignes sont écrites), devant le grand Alonzo Mourning. Il possède aussi le record du nombre de rebonds offensifs (1 604) et défensifs (4 112).

Dans quelques mois, ce n’est pas simplement une page de l’histoire du Heat qui va se tourner, c’est carrément un chapitre qui va se fermer. Comme Dwyane Wade, Udonis Haslem a marqué la franchise floridienne de son empreinte, et à sa manière. Bye bye UD !

Source texte : Basketball Insiders

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top