Bucks

Giannis Antetokounmpo n’est pas venu au workout entre superstars : on ne fait pas ami-ami avant de casser des gueules en saison

Giannis Antetokounmpo

Vu le physique du grec, il avait mieux à faire qu’aller voir Melo cet été…

Source Image : NBA League Pass

Les joueurs NBA ont l’habitude de profiter de l’été pour travailler leur corps et leur jeu. Et comme vous, ils aiment se motiver en bossant entre potes. Sauf que, même si on ne doute pas des qualités de vos gars, le niveau est légèrement différent là-bas : cet été, c’est Carmelo Anthony qui a convié Giannis Antetokounmpo à un pickup game en compagnie de James Harden, Kevin Durant et Lebron James. Beaucoup auraient accepté sans la moindre hésitation de se frotter aux trois MVP et à… Melo. Mais pas le Greek Freak.

Petite question rapide : combien de jeunes joueurs de 24 ans, à peine, peuvent se permettre de lâcher un « Lu » à Carmelo Anthony avant de décliner poliment une telle invitation ? Réponse : un seul, il se prénomme Giannis et s’impose déjà comme un des mutants de la grande Ligue avec les Milwaukee Bucks. Pourtant, que ce soit au niveau du challenge ou sur le plan médiatique, l’événement organisé à New-York par l’entraîneur Chris Brickley intéresse de nombreux joueurs. Mais du point de vue du Grec, on ne fait pas copain-copain avec les gars que l’on a prévu de démonter toute l’année suivante. Une philosophie qui peut paraître un peu vieux jeu pour certains, notamment pour Kevin Durant qui avouait « n’avoir jamais compris », mais que Giannis Antetokounmpo détaille dans un papier de Eric Nehm pour The Athletic :

« Ils voulaient que je vienne, me montre et joue mais je leur ai dit ‘Non merci, ça va’. […] Je ne peux pas m’entraîner avec toi pendant l’été, puis te jouer quelques mois après. C’est étrange, ça me met mal à l’aise. C’est bien pour d’autres joueurs mais pas pour moi, je ne veux pas le faire. […] Je déteste ça, je ne veux pas faire ami-ami avec mes adversaires.

[Sur un possible workout avec LBJ] « Oui, si c’est seulement lui et moi, juste nous deux. Mais je ne peux pas faire de pickup games ou des choses comme cela. »

Car si Giannis Antetokounmpo a refusé ce rendez-vous de superstars, il a bien bossé avec un certain Kobe Bryant cet été. Des leçons particulières de luxe avec une légende, ça a une autre gueule que des matchs de gala ou des suicides avec Coach Francis au milieu du mois d’août. Au final, on ne peut pas vraiment lui donner tort puisque c’est peut-être grâce à sa méthode de solitaire qu’il a commencé cette saison sur un rythme de MVP. Oui, avec ses moyennes individuelles de 26,8 points, 13 rebonds et 6 assists, un bilan collectif de 16 victoires pour 8 défaites (2ème à l’Est) et son statut de leader de l’attaque la plus prolifique de la Ligue, Giannis Antetokounmpo a accepté une autre invitation, celle pour la course au titre de Joueur de l’Année. Ceci dit, pour cet événement-là, pas sûr que ce soit Carmelo Anthony qui ait géré l’envoi des messages, lui qui galère déjà à retrouver une place en NBA…

Chaque joueur possède une éthique et une méthode de travail qui lui est propre. Et si certains se plaisent dans les salles les plus hype du pays, d’autres préfèrent le travail de l’ombre et ne jamais vraiment sortir de l’esprit de compétition. Pour Giannis Antetokounmpo, pas question de se faire pote avec les autres superstars NBA. Sinon, comment les martyriser sur 82 matchs et en Playoffs par la suite ? 

Source : The Athletic

1 Comment

1 Comment

  1. Bozoc

    14 décembre 2018 à 11 h 32 min at 11 h 32 min

    Article mal écrit – comme souvent – sur un sujet qui ne méritait pas un tel parti pris. Je ne comprends pas la méchanceté gratuite sur Carmelo. Il est devenu nul ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top