Hawks

Magnifique symbole : Vince Carter dépasse les 25 000 points en carrière, contre Toronto… sur un dunk !

Vince Carter
Source image : NBA League Pass

Que pouvait-il y avoir de plus symbolique, pour celui que nombreux considèrent comme le meilleur dunkeur de tous les temps ? Cette nuit, Vince Carter a rejoint un club VIP du scoring, et de la plus belle des façons.

Symbolique dans le geste, symbolique dans l’équipe adverse, symbolique dans la défaite aussi. Et on ne dit pas ça pour tacler Vinsanity à la gorge, tout ce qu’il mérite aujourd’hui c’est une standing ovation de la part de l’intégralité de la planète basket. Mais quitte à être honnête jusqu’au bout, autant affirmer qu’un dunk au buzzer d’une défaite est une assez belle image pour résumer le palmarès collectif de l’ailier des Hawks. Cette nuit, à Atlanta, ce sont donc les Raptors qui étaient de visite, sans Kawhi Leonard mais avec un Kyle Lowry chaud-bouillant. Bien accompagné par Pascal Siakam, Serge Ibaka et compagnie, le meneur donnait le ton et la victoire semblait actée pour les visiteurs. Non pas qu’on veuille enterrer les potes de Trae Young avant même que l’entre-deux ne soit joué, mais les affaires des deux équipes étaient connues bien avant l’arrivée des Canadiens dans la région. Pour Atlanta, il est question de reconstruction donc de doux tanking dès l’automne. Pour Toronto, il est question de leadership tout en haut de la Conférence Est donc de victoires aisées à prendre dès que possible. Cependant, au milieu de ce bordel sportif un peu malsain, un homme avait une tâche à accomplir. Vince Carter avait besoin de 13 points pour atteindre la barre des 25 000 unités en carrière, celle des plus grands de l’histoire. Et dans une fin de parcours qui voit peu de milestones passer, le vétéran savait ce qu’il désirait le plus. C’était de boucler la boucle, de mettre aux Raptors les points de la fin après avoir mis ceux du début sous leur maillot.

C’est donc largement au-delà du jeu en lui-même et du résultat final que l’accomplissement a eu lieu. Pour dire les choses clairement, on était davantage dans de la parodie de basket qu’autre chose dans le dernier quart, mais l’issue était déjà connue. Il fallait donc nourrir Carter et le laisser se faire plaisir, ce qu’il réalisait en plantant shoot après shoot, pénétration après pénétration. Séquence après séquence, Vince se rapprochait des 25 000 points, mais il lui restait tout de même un dernier panier à mettre. Et avec l’horloge qui s’écoulait, ça sentait le fail à plein nez. C’est donc dans le plus grand des garbage time que l’ailier prendra un dernier shoot, raté devant un banc de Toronto qui supportait lui aussi la légende vivante, balle qui retombe dans les mains de Kevin Huerter, et le rookie trouve son copain tout seul en plein trafic. Vince Carter s’élève alors appel deux pieds, direction l’arceau pour un dunk à deux mains plein de puissance. Un dunk, pour passer la barre des 25K. Que demander de plus ? Quel meilleur scénario individuel, lorsqu’on enlève toute notion de victoire collective ? Âgé d’environ 5000 ans, le joueur formé à North Carolina montrait qu’il en avait encore dans les jambes, mais jusqu’à quand ? Et est-ce que les cannes allaient répondre au moment ultime, un moment comme celui-ci ? Oui. Ovationné par les fans d’Atlanta, embrassé par ses coéquipiers comme tous les joueurs de Toronto, Carter aura même droit à une vidéo en hommage à sa carrière, une larmichette en interview de sortie de match et la plus belle des fins à quelques mois de la retraite. Il le disait lui-même, le Hall of Fame on verra, mais atteindre les 25 000 points ainsi, quel rêve.

Il est impossible de faire plus symbolique. Vince Carter qui monte au dunk pour rentrer dans la légende des scoreurs, c’est presque trop beau pour être vrai. Le score final, on s’en foutra d’ici peu, mais la carrière de Vinsanity, jamais. Et c’est en partie pour ce genre de moment, à l’arceau, à plus de 40 ans.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top