Mavericks

Luka Doncic termine sa pré-saison en beauté : maintenant, va falloir rayonner pendant 82 matchs

Luka Doncic
Source image : NBA League Pass

Quatre petits matchs de pré-saison, autant d’occasions de le voir prendre ses marques, Luka Doncic a tapé sa première sortie d’écurie en NBA et le voilà désormais prêt pour le plat principal : que la saison régulière commence.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant que le train européen ne trouve plusieurs stations chaleureuses du côté de chez l’Oncle Sam. Irrités par le manque de scouting réalisé sur Luka, un poil douteux concernant le véritable potentiel du phénomène, la plupart des observateurs américains se demandaient pourquoi y avait-il un tel rayonnement autour de Doncic sur le vieux continent. Est-ce la science du jeu ? Le culot ? La technique ? Les fondamentaux ? Face à ces questions, et dans un contexte extrêmement light compte tenu de l’opposition, la nouvelle perle des Mavs n’a fait que ce qu’elle devait faire : s’amuser sur le terrain, créer en abondance et confirmer la hype autour de lui. Doncic, comme on l’a si souvent vu du côté de chez nous, a totalement assumé son statut et n’a pas hésité à envoyer un message fort, bien à lui. Oui, je vais dégainer sans la moindre hésitation, et humilier les défenseurs qui me pensent trop lent. Alors évidemment, quand tu joues les Beijing Ducks, puis deux fois les Sixers en Chine avec le décalage horaire dans la gueule, et enfin les Hornets pour conclure le tout, difficile de se faire un jugement. Mais justement, la pré-saison n’est pas faite pour juger, elle est faite pour ressentir, pour aiguiser nos récepteurs sensoriels. Et à ce jeu là, Luka sait comment s’y prendre.

Les statistiques sont là (quasiment 15 points, 5 rebonds et 4 passes de moyenne), le temps de jeu aussi (30 minutes à quasi-chaque rencontre), et le feu vert en bonus (23 tirs tentés à trois-points en quatre matchs). Et en régulière, lorsqu’elle commencera dans quelques jours, on pourra se retrouver sur quelque chose d’assez similaire voire de plus généreux, sachant que Rick Carlisle va beaucoup compter sur Doncic cette saison. L’important sur ces premiers matchs d’échauffement était donc d’attirer les regards et ne donner aucune torche aux mauvaises langues souhaitant descendre le phénomène. Un bon test ? Probablement la défense de Ben Simmons, qui en pression individuelle a montré au Slovène qu’il passerait certaines soirées bien chiantes avec un freak collé au froc. Mais un bon résultat ? Globalement, oui. Car à Dallas comme ailleurs, on est intrigué par la saison du joueur. La question n’est plus de savoir, pour ceux qui doutaient encore, si Luka va être bon, mais plutôt de savoir à quel point Luka va être bon. Vu la liberté d’expression donnée par son coach, cela pourrait être assez fabuleux à suivre au quotidien. Mais il faudra accepter les challenges soir après soir, les difficultés, les défaites, après avoir roulé sur quasiment tout le monde depuis des mois. Doncic, mine de rien, est un winner de formation. Et si la saison de Dallas pourrait en surprendre plus d’un, il faudra faire avec les hauts et les bas de la NBA. Vu comment le garçon semble prendre chaque défi comme un Twix sur un transat, on a juste hâte d’une chose : que la saison commence.

Existe-t-il encore des personnes doutant du niveau de jeu de Luka Doncic ? Si c’est le cas, il va falloir vite régler ça la semaine prochaine. On y est, les choses sérieuses vont enfin pouvoir commencer : l’ère du phénomène démarre à Dallas. Can’t wait.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top