Nets

Brook Lopez refuse son gros chèque : ce qu’il veut, c’est qu’on l’aime… longtemps

Cet été, Brook Lopez dispose d’une option lui permettant de rempiler aux Nets pour un salaire de 16,7 millions de dollars. Une sacré somme que le pivot a décidé d’occulter afin d’aller tâter le marché des agents libres.

Alors qu’il avait commencé par subir le courroux de Lionel Hollins en début d’exercice, Brook Lopez a plutôt effectué un bon exercice. Prévoyant sans doute depuis un moment de ne pas rempiler, il a pris soin de bien faire monter sa côte en enchaînant les bonnes performances en fin de saison. Sur les 72 rencontres qu’il a disputées, il a tout simplement posé 17.2 points, 7.4 rebonds et 1.8 contre, le tout en moins de trente minutes. Des performances qui auront permis à sa franchise d’accrocher les 38 victoires, synonymes de Playoffs dans une très faible conférence Est.

Le soucis, c’est que son équipe est peut-être la plus mal gérée de la ligue en termes de salaires et que le comptable semble avoir foutu le camp. Entre Joe Johnson et ses 23 millions (lauréat du trophée de l’escroc de l’année) et son coéquipier de backcourt Deron Williams sur-côté à presque 20 millions, la marge est inexistante. Malgré tout, la franchise reste favorite pour récupérer l’intérieur selon Adrian Wojnarowski, puisqu’elle est celle pouvant lui proposer le plus de billets verts, si Prokhorov accepte de faire fonctionner la planche à billets.

Brook Lopez dispose donc d’une option, supérieure à 16 millions de dollars, qu’il ne devrait pas activer. Une décision originale quand on sait que le salary cap augmentera fortement lors de l’été 2016 et qu’il pourra obtenir un chèque bien plus important à ce moment là. Il aurait donc pu se contenter de palper tranquillement le tout en attendant. Mais en grand habitué des blessures chroniques, le frère de Robin cherche l’assurance d’être rémunéré quoi qu’il arrive les prochaines années. Un choix difficilement contestable quand on sait à quel point il a pris l’habitude de fréquenter les urgences et qu’il serait capable de se fouler la mâchoire en mangeant une chips. Du coup, tant que sa cote est aussi haute, il en profitera pour signer un nouveau contrat. A Brooklyn ou ailleurs.

Car on avait également mentionné comme candidats à son arrivée les Milwaukee Bucks qui, après un renouvellement de garde-robe et un petit lifting, deviennent petit à petit l’une des franchises les plus sexys de la ligue. Toujours est-il que Brook Lopez ne manquera sûrement pas de prétendants, et qu’il acceptera sans doute les avances de celle qui pourra lui permettre de maintenir son train de vie. Vous avez dit Gold Digger ?

On peut ainsi mettre dans le panier Knicks, Lakers ou encore Blazers, en clair tout ce qui a un peu de thune combiné à un manque cruel de viande dans la peinture. Oui, ça fait un paquet d’équipes. 

Source article : Pro Basketball Talk

Source image : http://standingosports.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top