Hawks

Hawks – Cavaliers, débrief du Game 1 : Cleveland fêtait la Saint Gérard à la Philips Arena

Que de rebondissements dans ce Game 1 des Finales de Conférence finalement empoché par les Cavaliers (97-89). La sortie de DeMarre Carroll sur blessure dans le quatrième quart-temps aura eu le don de climatiser un peu plus la Philips Arena déjà hypnotisée par l’irremplaçable « Gérard ».

Malmené physiquement depuis le début de ces Playoffs, Kyrie Irving s’est blindé de cortisone ces derniers jours mais est bel et bien présent à Atlanta pour l’entre-deux initial de cette première manche de Finale de Conférence. Dès la première offense des Cavaliers, DeMarre Carroll se menotte au poignet de LeBron James pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à ce que mort s’en suive. Cleveland effectue une belle entrée en matière par l’intermédiaire de ses deux intérieurs, Timofey Mozgov fructifiant ses deux premières tentatives alors que Tristan Thompson fait du placement de produit pour les aspirateurs Dyson (6 prises dans ce quart-temps dont 4 sous le panier adverse). Puis, le collectif bien huilé d’Atlanta prend peu à peu la main sur le tempo de la rencontre. Jeff Teague (9 points à 4/5) n’a pas de pitié pour les articulations fatiguées de son vis-à-vis et coule un peu plus Kyrie Irving à chacun changement de rythme. Le « King » tente de gêner la montée de balle des Hawks mais est jugé trop agressif par les arbitres qui l’obligent à sortir pour deux fautes après 9 minutes de jeu. C’est le moment que choisit « Uncle Drew » pour se désinhiber un petit peu mais les appuis ne sont pas assez marqués et le meneur se heurte à un mur dans la raquette sur ses pénétrations. Après un quart-temps agréable et bien rythmé, Atlanta mène 26 à 20.

Rapidement, les Hawks gaspillent leur légère avance en attaque. En face, J.R. Smith fait chauffer le moteur et envoie trois triples d’affilée sur la truffe d’un Kyle Korver, toujours fanny dans son jardin. LeBron James active le mode beast et remet les deux équipes à égalité (33-33). Le temps-mort de Mike Budenholzer est fructueux et Jeff Teague (27 points, 4 assists et 3 rebonds cette nuit) s’occupe de remettre Matthew Dellavedova sur terre après un Game 6 stratosphérique à Chicago. Comme prévu, Al Horford (16 points et 7 rebonds) impose sa grosse carcasse dans la raquette des Cavaliers qui n’ont pas les armes pour lutter mais c’est bien le quadruple MVP qui termine fort en décidant de se rapprocher du panier. LBJ augmente rapidement son compteur avant la mi-temps avec 16 pions dont 14 uniquement lors de cette période. Sur une dernière passe de Dennis Schröder, Kent ‘Chance The Rapper’ Bazemore égalise juste avant la pause. 51 partout.

Le jeu devient plus haché au retour des vestiaires et on se croirait au Carnaval de Rio tant les arbitres abusent des coups de sifflets. Alors qu’Atlanta cherche à installer sa domination à l’intérieur, LeBron James recule sur un caméraman posté au bord du terrain et se fait une cheville. Il faudra 136 secondes au cyborg pour s’en remettre. Suffisamment pour permettre à Kyle Korver d’allumer sa première mèche de la série à 7m23. Mais J.R. « Swish » n’est pas décidé à laisser la vedette à son homologue des Hawks et lui rend la pareille avec deux nouveaux tirs primés en quelques secondes pour donner 8 points d’avance à Cleveland (71-63). Kent Bazemore s’offre le poster du match dans la foulée, mais le momentum est clairement pour les pensionnaires de l’Ohio qui limitent les Faucons à 16 points à 24% au tir dans cette période. 74-67, l’écart se creuse un peu en faveur des Cavs.

Toujours au four et au moulin, « Gérard » (28 points, 8 rebonds et 3 assists) continue son festival et établit un nouveau record de franchise en Playoffs avec 8 tirs primés sur 12 tentatives du parking. Kyle Korver et Jeff Teague tentent de remettre Atlanta sur le droit chemin tandis que « Youssoupha » glisse sur J.R. en défense pour s’adapter au small ball proposé par David Blatt. Malheureusement, cette match-up sera de courte durée puisqu’à cinq minutes de la dernière sirène, DeMarre Carroll s’effondre sur une pénétration. Les images sont douloureuses et le timing est affreux pour Atlanta mais également le joueur qui sera agent libre cet été. Il faudra donc rester attentifs aux évolutions de cette blessure dans les jours qui suivent, le sort de la série en dépendant en partie, surtout en l’absence de Thabo Sefolosha pour éventuellement succéder à DMC pour garder le franchise player des Cavs. Encouragés par la foule, les Hawks ne s’avouent pas vaincu pour autant et Kent Bazemore entretient l’espoir pour Atlanta et permet à son équipe de recoller à -8 à 3 minutes du terme (91-83). En face, LeBron James multiplie les isolations et parvient finalement à mettre les Cleveland à l’abris en allant transperçant la raquette d’Atlanta pour finir au cercle. Les dés sont jetés, les Cavaliers reprennent immédiatement l’avantage du terrain (97-89).

Auteur de 31 points, 8 rebonds et 6 passes, « The Chosen One » dépasse Michael Jordan au nombre de matches de Playoffs à plus de 30/5/5 avec 52 fiches répondant à ces critères. Un chiffre qui risque d’augmenter rapidement si DeMarre Carroll ne peut assurer le reste de la série pour les Hawks, d’autant que tout ce petit monde remettra le couvert dès vendredi soir, toujours à Atlanta.

Highlights

Boxscores

Boxscores

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.
Source : NBA.com

Calendrier

Game 1 : 97-89 pour Cleveland

Game 2 : Vendredi 22 @ Atlanta (2h30)

Game 3 : Dimanche 24 @ Cleveland (2h30)

Game 4 : Mardi 26 @ Cleveland (2h30)

Game 5* : Jeudi 28 @ Atlanta (2h30)

Game 6* : Samedi 30 @ Cleveland (2h30)

Game 7* : Lundi 1er juin @ Atlanta (2h30)

* : Si nécessaire

Source vidéo : Youtube

Source image : Twitter @SLAMonline

1 Comment

1 Comment

  1. thependontlie

    21 mai 2015 à 11 h 38 min at 11 h 38 min

    "Lebron James multiplie les isolations" c'est le moins que l'on puisse dire !!!

    J'espère pour les Hawks que DeMarre va revenir vite, sans cela c'est foutu.

    En tout cas, contrairement à ce beaucoup pensaient, les matchs seront serrés.

    Pas trop aimé l'arbitrage mais cette année c'est presque une constante sur beaucoup de matchs en PO.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top