Cavaliers

Pire qu’en feu, J.R. Smith carbonise la défense des Hawks : 28 points à 8/12 du parking !

Il y a des soirs comme ça où le sieur J.R. Smith, « Gérard » pour les intimes, marque littéralement une rencontre de son empreinte jusqu’à nous faire jouir hurler de bonheur devant tant d’insolence…

En l’occurrence, l’ancien trublion de Gotham City, tout heureux d’avoir retrouvé le goût de la gagne à Cleveland ainsi que la possibilité de se faire « zizir » quand son état de santé le lui permet, a illuminé ce Game 1 des Finales de la Conférence Est grâce à une adresse au tir inégalée dans l’histoire de sa nouvelle franchise d’accueil en Playoffs, à la lisière entre le génie et la folie la plus démesurée. Sur un nuage durant les 36 minutes au cours desquelles il a fait voler en éclats les ajustements défensifs des locaux sur sa personne, Smith a tout bonnement réalisé le meilleur match de sa carrière en post-season avec – écoutez attentivement ce qui va suivre pour ne jamais l’effacer de votre mémoire – 28 points à 10/16 au shoot dont un divin 8/12 longue distance, 8 rebonds et 3 passes décisives. Le tout en sortie de banc hein, s’il vous plaît…!

Derrière la performance solide de son leader LeBron James (31 pions, 8 prises et 6 offrandes pour le « King »), « Gérard » a magistralement assuré le spectacle dans une Philips Arena victime de nausées, ce dernier réduisant des Hawks écœurés de Mike Budenholzer à l’impuissance à mesure que ses ogives lointaines venaient claquer le filet des différents paniers de la salle. En l’absence de LBJ sur le terrain, David Blatt n’a pas hésité à rappeler ses meneurs à l’ordre afin qu’il appelle des systèmes destinés à libérer tout spécialement la véritable vedette de la soirée, métamorphosée en go-to-guy impassible et on fire comme pas permis. Isolations, step-backs, tirs en déséquilibre avec une belle main dans la face, bisous à Lou Williams : rien n’a semblé freiner J.R. Smith dans son entreprise de démolition méthodique des adversaires de Georgie !

Champagne shower ? Déluge de swag ? Douche d’aliénation ? Surnommez cet état de transe comme vous le sentez, l’enfant du New Jersey de 29 berges a sorti l’artillerie lourde cette nuit pour le plus grand plaisir de ses sponsors, à savoir les magnums de vodka Ciroc et les préservatifs Durex. C’est bien simple : personne n’a été capable de l’arrêter. PERSONNE.

Source image : The Score

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top