Grizzlies

Grizzlies – Blazers, débrief du Game 5 : C.J. McCollum se révèle un peu plus mais les Oursons passent !

Cette nuit, c’était vaincre ou mourir pour les Trail Blazers. Après une victoire surprise en fin de match au Moda Center obtenue grâce à un Damian Lillard on fire, les joueurs de Terry Stotts se devaient de remporter le match 5 dans l’antre de la bête pour accrocher un Game 6.

Mike Conley est toujours absent et Nick Calathes reprend le poste de titulaire. Pas grave : Zach Randolph sort un gros début de match avec un 3/3 qui donne 6 points d’avance à Memphis et Courtney Lee enfonce le clou avec deux tirs : 10-0 en seulement 3 minutes de jeu. Ça fait plaisir à Mike Conley que l’on aperçoit rapidement en tribune : le pauvre semble avoir pris très cher et son visage semble plus enflé que les fesses de Kim Kardashian. Il faudra attendre une faute sur Nicolas Batum pour voir le Français offrir le premier point à son équipe sur lancer franc. Puis petit à petit, l’écart se réduit à 5 points sur un drive avec la faute de Damian Lillard. Le match s’emballe en fin de quart-temps même si au niveau scoring, on ne part pas sur de grosses bases. C.J. McCollum, qui semble passer un cap sur ces derniers matches, ramène les Blazers à égalité à la fin du premier quart-temps. On pensait être parti pour une purge et finalement, ça ne sera peut-être pas le cas ! 20-20, égalité. Ah oui, LaMarcus Aldridge en est à 0/2, un rebond et une passe en neuf minutes.

Sur une pénétration de C.J. McCollum, Tony Allen commet une faute flagrante. Mieux, les Blazers défendent et créent leur premier écart du match sur un tir à 3 points du même joueur, qui en est déjà à 11 points à 4/5. Dave Joerger et ses Grizzlies semblent avoir du mal à le contenir depuis le match 3, et ce facteur X ne joue pas en leur faveur. D’ailleurs, son copain Meyers Leonard continue son boulot de stretch et étire le jeu en jouant bien au large et en rentrant un tir à 3 points. Deux joueurs qu’on ne pensait pas si importants sont en train de jouer le rôle de poil à gratter pour Memphis, et c’est un peu surprenant. Vince Carter en fait de même pour les locaux, et on assiste presque à un changement de leader à chaque possession. Ce n’est pas du beau basketball offensif, mais on a droit à un match plutôt serré, et ça fait plaisir !

Feu Air Canada récidive avec deux dunks, signe de la grosse défense de Portland. Après un tir de Courtney Lee ainsi que deux lancers francs de Marc Gasol, Memphis repart aux vestiaires avec une avance de 7 points. 39-46, Grizzlies. Un point LaMarcus Aldridge ? Il en est à 4 points (2/8) et 4 rebonds. Nicolas Batum met 6 points à 2/7, et ce sont Damian Lillard (13 points à 5/9) et C.J. McCollum (11 points à 4/5) qui permettent à l’Oregon d’y croire. De l’autre côté, Marc Gasol assure (8 points, 5 rebonds, 2 assists), Zach Randolph est là (11 points à 5/12 et 5 rebonds) et Courtney Lee brille (10 points à 5/7).

En début de troisième quart-temps, les esprits s’échauffent quelque peu : Damian Lillard prend un coup et nous fait des frayeurs. L’écart grimpe à 13 points sur un spin move de Marc Gasol et le duel annoncé dans la preview entre Zach Randolph et LaMarcus Aldridge fait rage : au poste, ça se tabasse. Grâce à quatre tirs à trois points de C.J. McCollum, les Blazers prennent l’avantage. Et pour le moment, c’est ce mec impassible qui permet à son équipe de respirer, en étant de loin le meilleur marqueur et le joueur le plus efficace de son équipe. Parce que sans faire injure à quiconque, que ce soit Batum, Aldridge ou Lillard, on n’y est pas vraiment. Pendant ce temps là, Zach Randolph se prend pour l’Undertaker et semble sortir de son match. Pas vraiment le meilleur moyen de clore une série, non ? Avec quatre fautes, Papa Ours va se rassoir sur le banc. Sur un crossover de Courtney Lee, « Dame » nous montre une nouvelle fois ses qualités défensives.

Pour continuer sur les mêmes bases, le héros du soir chez les Blazers score 4 nouveaux points pour espérer. Alors qu’on entre dans le dernier quart-temps, il en est déjà à 27 points (record en carrière) et fait mieux que LaMarcus Aldridge et Damian Lillard en combiné. 66-68, Grizzlies. Le match reste serré et à 5 minutes du terme, Memphis mène de 5 points grâce à un jumper de Jeff Green. L’ancien Celtic récidive peu après avec un drive plus la faute qui fait bondir de joie Tony Allen.

L’écart grimpe donc à 8 points, puis à 10 sur un tir de Z-Bo qui chambre le banc de Portland ! Quelques secondes plus tard, Nick Calathes rentre un jumper qui semble sceller la victoire des Oursons avant de voir C.J. McCollum rentrer un tir du parking. Rien n’est encore fait, mais Nicolas Batum envoie un sous-marin. Le reste n’est qu’une série de fautes et de lancers-francs dont on vous épargnera les détails. Sachez simplement que le score final est 93-99 et que les Grizzlies remportent le droit d’aller défier les Warriors au second tour !

C’est une défaite logique pour des Blazers qui n’ont pas été au niveau. On a bien senti que LaMarcus Aldridge n’était plus le même qu’en début de saison et sa blessure l’a grandement affaibli. Son pourcentage de réussite lors de ce cinquième match l’a confirmé : seulement 14 points à 5/18, dans ce qui était peut-être son dernier match sous les couleurs de Portland. Nicolas Batum a assumé son rôle de couteau suisse avec une belle performance dans le match 3, mais a été moyen ce soir. Damian Lillard a déçu, et sans son tir, le meneur de Portland a été plus que limite. Pas vraiment playmaker, piètre défenseur, il n’a pas su donner l’impulsion nécessaire à son équipe. Points positifs : C.J. McCollum a été très bon, et Meyers Leonard prend petit à petit la confiance. Et vu le nombre de joueurs susceptibles de devenir agents libres (LaMarcus Aldridge, Wes Matthews, Robin Lopez, Arron Afflalo, Steve Blake, Dorell Wright), on a peut être assisté à la dernière danse de cette équipe.

Du côté de Memphis, l’histoire est loin d’être finie et la série face à Golden State risque d’être palpitante à suivre vu l’opposition de styles. Et à ceux qui pensent déjà que les Warriors s’en sortiront aisément, on a envie de leur dire de se méfier de Grit City. 

Stats Memphis Portland

Stats Memphis Portland

Source image : TNT

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top