Hawks

Le Bilan Caterpillar des Hawks : un bon coach, des joueurs solides, et du temps pour construire !

Danny Ferry avait annoncé son plan de reconstruction, et le General Manager des Hawks s’y tenait particulièrement bien jusqu’ici : après avoir transféré Joe Johnson et Josh Smith hors d’Atlanta, c’est Mike Budenholzer qui venait cocher cet été la case ‘entraineur de qualité’ tout en ajoutant une pépite pour trois francs, Paul Millsap. Première saison en poche, quelles leçons retirer ?

Ce que TrashTalk avait annoncé :

Il y a quelques mois, lors de la Preview de la Division Sud-Est (ici) dans laquelle les Hawks avaient été jugé par Madame Irma, il était annoncé qu’une possible qualification en PlayOffs était envisageable, mais qu’il ne fallait pas non plus attendre des miracles. Encore un tour de manège pour cette franchise habituée à se qualifier au mois d’Avril, sans pour autant aller plus loin que les demi-finales : derrière les Spurs, dont ils ont tenté de reprendre le modèle, c’est l’équipe qui restait sur le plus grand nombre de qualifications consécutives aux phases finales. Avec les arrivées de Paul Millsap et d’un nouveau coach, on attendait surtout la création d’une identité et l’éclosion de certains éléments. Le reste, bonus complet.

Ce qui s’est vraiment passé :

Pas vraiment de surprise quand on regarde la saison, si ce n’est un ou deux moments forts qui ont fait basculer leur campagne. En début d’année, Al Horford est en pleine forme et ces Hawks surprennent leur monde en se calant derrière Miami et Indiana à l’Est. Une place de troisième bien confortable, mais qui sera impossible à conserver avec la blessure de leur intérieur à Cleveland autour de Noël : rotation trop courte, absences à répétition avec Pero Antic, Jeff Teague et même Kyle Korver, seul Paul Millsap se retrousse vraiment les manches et parvient même à s’offrir une place très méritée au All Star Game. Seulement, le bilan d’Atlanta continue à chuter après la pause de Février, on pense même que les Knicks vont leur passer devant au finish, mais les hommes de Mike Budenholzer tiennent et s’offrent les Pacers au premier tour. Second moment fort, cette série qui aurait pu basculer en leur faveur : trop d’inexpérience et l’absence prolongée d’Horford, Atlanta pousse le géant Indiana à un 7ème match, perdu presque d’avance. La franchise termine sa saison au premier tour, avec le sourire mais quelques regrets quand même.

L’image de la saison :

Joueur de l'ombre pendant des années à Utah, Paul Millsap débarque à Atlanta et devient enfin All Star : mérité !

Joueur de l’ombre pendant des années à Utah, Paul Millsap débarque à Atlanta et devient enfin All Star : mérité !

On ne l’attendait pas, il a cartonné :

Jeff Teague. Meneur fantôme sous Mike Woodson (sans blague) puis solide sous Larry Drew, le produit de Wake Forest possédait tout le talent du monde pour exploser sur la scène des leaders balle en main, en plus de qualités athlétiques tout bonnement hallucinantes. Seul un problème de confiance en soi, un tir moyen et une irrégularité dans l’agressivité l’empêchaient de passer au niveau supérieur. L’arrivée de Mike Budenholzer à Atlanta a changé sa carrière, puisque le coach des Hawks a repris de nombreux systèmes des Spurs créés pour Tony Parker afin de les implanter pour son meneur à lui. Résultat ? Une hausse notable dans tous les compartiments du jeu, un rôle de leader vocal mieux assumé, des paniers très clutch tout au long de la saison et une série exemplaire face aux Pacers. A quelques minutes près, Atlanta faisait chuter Indiana. Mais pas grâce à Paul Millsap, grâce à Jeff Teague et son évolution surprenante cette saison.

On l’attendait au taquet, et il a abusé :

Lou Williams. Blessé au genou la saison passée, on attendait quand même son retour à son rythme, c’est-à-dire celui d’un koala, pour venir booster le banc des Hawks qui manquait cruellement d’un leader balle en main. Avant l’explosion de ses ligaments croisés, Lou faisait déjà un beau bordel à Atlanta puisqu’il faisait partie du cinq finissant les matchs et l’arrière gardait la balle la majeure partie du temps pour créer dans les moments chauds. Sauf que cette saison, le rythme n’a pas été repris, les performances ont été assez faibles, et c’est Shelvin Mack qui est devenu le lieutenant du second squad. Quand on sait que Sweet Lou était une des belles acquisitions des Hawks il y a deux ans, on se demande si ce dernier ne finirait pas dans un petit transfert cet été…

La vidéo de la saison :

Ce qui va bientôt se passer :

A vrai dire ? Pas grand chose. Les Hawks possèdent tout ce dont ils ont déjà besoin pour refaire du bruit l’an prochain à l’Est. En récupérant Al Hoford, la franchise pourra se préparer comme il faut en Septembre prochain pour retrouver le Top 5 de sa Conférence, et si les dieux de la santé les laissent tranquille, ils devraient y arriver sans soucis. Mike Budenholzer a montré qu’il avait tout ce qu’il qu’il faut lui aussi pour être un grand coach, on espère simplement que le Père Noël passera en Juillet pour lui filer un vrai ailier ainsi qu’un pivot, pour que son équipe regarde les autres grosses cylindrés les yeux dans les yeux…

Source image : DeserteNews

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top