Magic

Drogué : les rosters du Magic et des Bulls se valent pour Van Gundy

Avec le troisième pire bilan de la ligue, le Magic d’Orlando semble être à sa place. Avant le début de la saison, les observateurs voyaient la franchise lutter pour un top pick à la draft. Stan Van Gundy n’est pas de cet avis et pour lui l’équipe tanke, et son effectif aurait dû lui permettre de se qualifier en PlayOffs.

Il va même plus loin en comparant le roster d’Orlando à celui de Chicago. Selon lui, les deux sont aussi talentueux, la seule différence étant à la limite au niveau de l’expérience.

« Je dirais que les Bulls ont plus d’expérience dans les grands matchs, mais en terme de talent, il n’y a certainement pas beaucoup de différence. » – Stan Van Gundy.

Sérieusement? Si les jeunes du Magic ont certes du potentiel, ils n’ont encore rien prouvé dans la ligue. Les Olapido, Vucevic ou Tobias Harris sont encore vierges de saisons positives, et ce n’est pas Jameer Nelson ou Glen Davis (avant qu’il soit coupé) qui pouvaient être des leaders tirant l’équipe vers le haut. Donc de l’expérience, du leadership, sans oublier de l’abnégation et une haine de la défaite, voici une liste non exhaustive des différences entre les deux équipes. Même si la culture de la gagne est peut être absente pour une raison évoquée par Stan Van Gundy: le tanking d’Orlando. On peut également ajouter à la liste des atouts des Bulls l’un des meilleurs coachs de la ligue, même si l’ancien entraineur du Magic ne doit pas le prendre en compte dans sa comparaison, en se limitant aux effectifs. Bref, il y a encore un monde entre les deux franchises.

L’effet de la drogue diminuant sans doute, sa comparaison suivante est plus réaliste, puisqu’il se contente des Bobcats.

« Charlotte a 37 victoires et va aller en PlayOffs, et ils n’ont même pas d’expérience en plus par rapport au Magic. Je prendrais l’effectif d’Orlando avant celui de Charlotte n’importe quand. » –  Stan Van Gundy.

Sauf que là encore, force est de constater qu’il doit encore « under the influence » comme disent les Américains. Si le roster des Bobcats ne fait pas forcément rêver, ils possèdent en Al Jefferson un véritable franchise player expérimenté et qui tire son équipe vers le haut. Le genre de joueur inexistant à Orlando.

Mauvaise fois? Incompétence? Simple volonté de faire parler de lui? Espérons pour Stan Van Gundy qu’il s’agisse de la dernière proposition. Car si le Magic ne joue clairement pas la gagne et a probablement laissé filer des matchs, l’équipe n’avait pas le niveau pour atteindre les PlayOffs cette saison, même au sein de la pitoyable conférence Est. C’est dire. Oui, Orlando tanke. Non, ils n’ont pas le niveau des Bulls, même en étant à fond. Come on Stan!

Source: Orlando Sentinel

Source image couverture: Christian Petersen – Getty Images

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top