Dossiers NBA

[Draft] Alex Len : le Grand Bœuf ou le Grand Bluff ?

Alex Len est un pivot ukrainien de 2m16 pour 116 kilos, cela en dit long sur le potentiel physique du bonhomme. Alors qu’on ne l’attendait pas à jouer les premiers rôles, sa cote monte en flèche depuis quelques semaines. A tel point certains spécialistes le voient atterrir à Cleveland devant Nerlens Noel, Ben McLemore ou encore Otto Porter. On pourrait se dire alors que le joueur a été impressionnant durant les workouts pré-draft… Impossible, l’ex sophomore de Maryland est blessé à la cheville gauche, et ne peut que visiter les installations des franchises qui le convoitent. Alors pourquoi sa cote monte ? Est-ce le jeu des dirigeants NBA qui cherchent à brouiller les pistes ou tenons-nous là vraiment une belle surprise ? Présentation complète du géant ukrainien. 

Son profil

Alex Len, Ukrainien, né le 16 juin 1993 (20 ans), 2,16m, 116 kilos.
Ses statistiques à Maryland : 11,9 points, 53,2% à deux points, 7,8 rebonds, 2,1 contres, 4,1 fautes.
Comparaison : Jonas Valenciunas

Ses qualités

Sa principale qualité est bien entendu son physique de déménageur. A l’inverse de Nerlens Noel pour qui la confrontation avec les mastodontes de la NBA est crainte, Alex Len est armé pour affronter le défi physique imposé par la Grande Ligue. De par son physique, il intimide les attaquants et leur empêche l’accès au cercle. Très bon contreur, et honnête rebondeur, le natif d’Antratsyst régnera en maître dans la raquette. Offensivement, il a peiné lorsqu’il était freshmen mais s’est révélé être plutôt habile durant son année sophomore. L’Ukrainien n’a pas des mains en or, mais il tourne tout de même à 65,4% aux tirs près du cercle. De plus, ses rebonds offensifs offriront de nombreuses secondes chances à sa future franchise, et sa maîtrise du pick’n roll est un atout de plus, rendu possible grâce à une surprenante mobilité pour un joueur de cette dimension physique.

Ses défauts

Alex Len a beau être un obstacle au jeu en pénétration pour ses adversaires, il a pour autant de sérieuses lacunes à gommer dans son jeu défensif. Ses nombreuses fautes (4,1 par match) vont le contraindre à trouver des solutions en 1 vs 1 face à des joueurs plus rapides et plus physiques qu’en NCAA. Offensivement, l’Ukrainien ne dispose pas de suffisamment de mouvements pour peser réellement. Ne vous attendez pas à le voir dominer poste bas dès ses débuts en NBA. Il a tout de même développé un shoot plutôt fiable à mi-distance, qui pourrait devenir une de ses grandes forces à l’avenir. Le plus sensible reste sa cheville gauche : victime d’une fracture de fatigue, il dit à qui veut l’entendre qu’il sera prêt à temps, mais cette fragilité pourrait faire naître quelques doutes dans la tête de certains dirigeants NBA…

Le pronostic de TrashTalk

A deux jours de la draft, il semblerait que Cleveland soit totalement perdu. Les Cavaliers hésitent entre Alex Len et Nerlens Noel pour leur first pick… Ils sont si indécis qu’ils tentent même de trader leur premier choix. Une offre a été refusée par les Timberwolves dans laquelle Kevin Love, Dion Waiters et Tristan Thompson étaient impliqués.

Ensuite, Orlando, Washington, Charlotte et Phoenix qui disposent respectivement des 2ème, 3ème, 4ème et 5ème choix de draft ne seraient pas disposés à accueillir le pivot de Maryland. Ces franchises préfèrent miser sur Nerlens Noel si Alex Len lui est préféré à Cleveland ou sur Olapido, Otto Porter, Anthony Benett ou encore Ben McLemore. L’Ukrainien pourrait alors rebondir à New Orleans ou Sacremento, deux franchises qui hésitent entre Trey Burke et lui. 

Chez TrashTalk, on le voit bien à New Orleans, son arrivée pourrait permettre à Anthony Davis de se décaler au poste 4, une position plus à même de lui convenir. 

Vidéo de présentation de Draft Express

[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »Fbn5U7aI2Ng »]

1 Comment

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top