Heat

[Preview] Game 3 : Les Spurs veulent retrouver leur souffle

Étouffés par la défense collective du Heat lors du Game 2, les Spurs n’ont rien pu faire pour empêcher leurs adversaires de revenir à  hauteur. Au contraire de la première rencontre, les joueurs de Gregg Popovich ont multiplié les erreurs, perdant de nombreux ballons (16 au Game 2 contre 4 au Game 1). D’autant plus que le « Big Three » a réalisé un non-match complet avec un 10/33 cumulé aux tirs pour Manu Ginobili (2/6), Tony Parker (5/13) et Tim Duncan (3/13). Comme en demi-finale, puis en finale de conférence, le Heat n’a pas mis longtemps à trouver une réponse au problème posé par son adversaire. Les Bulls n’avaient fait long feu derrière, tandis que les Pacers avaient su relever la tête. Qu’en sera t-il des Spurs ? Réponse ce soir, dès 3h (heure française) à l’AT&T Center. 

Changement de défense en vue pour les Spurs

Les Spurs ont comme stratégie depuis le début de ces finales de se focaliser sur LeBron James pour limiter son impact au scoring. Une stratégie payante lors de la première rencontre, ou « The Chosen One » n’avait inscrit que 18 points, malgré un énorme triple-double.

Grâce à cette tactique, les coéquipiers de Tony Parker s’étaient imposé de 4 points. Seulement, lors du match 2, les « roles players » du Heat se sont montrés adroits (au contraire de la première rencontre) et c’est toute la stratégie des Texans qui a volé en éclat avec une défaite de 19 points grâce aux performances notables de Mario Chalmers (19 points), Mike Miller (9 points) ou encore Ray Allen (13 points). C’est Manu Ginobili qui en parle le mieux, il va falloir s’occuper des autres menaces offensives, notamment les tirs à 3 points. Les joueurs d’Eric Spoelstra shootent en effet à 52,6 % à longue distance.

« Ce n’est pas juste LeBron qui nous a attaqué. C’est toute l’équipe de Miami qui nous a tué. Nous n’arrivions plus à rien faire en attaque, ils ont pris confiance, ils ont commencé à faire tourner la balle et nos rotations étaient en retard. Ce n’est pas juste lui qui s’est remis en route, c’est toute l’équipe de Miami » déclarait l’Argentin à l’issue du Game 2. 

 

Mario Chalmers, facteur X à la régularité fragile

Tony Parker évoquait un « match sans » pour toute son équipe (hormis Danny Green). Malgré tout, le Français ne veut pas paniquer et garde confiance en son lui et ses coéquipiers.

« Il faut qu’on essaie de revenir avec plus d’énergie et plus de concentration. En général, on réagit bien après les défaites ».

Un jour sans, ou une défense adverse trop forte ? Du côté du Heat, on félicite Mario Chalmers pour sa remarquable performance. LeBron James en personne lui rend hommage… tout en lui rappelant ce qu’il doit faire pour aider l’équipe à gagner.

« Rio a été énorme. Surtout défensivement, il défend sur ce qui est peut être le meilleur meneur de la ligue, mais il a aussi fait travailler Tony en défense. Il ne peut pas être passif, il doit prendre les shoots. »

Irrégulier au possible, Mario Chalmers a été déterminant dans la victoire de son équipe, dimanche dernier. Sa performance offensive (19 points, 0 balle perdue) a fait mal aux Spurs, d’autant plus qu’il a su contenir un pâle Tony Parker (13 points à 5/14, 5 passes, 5 balles perdues)…

« Il a une incroyable confiance en lui, depuis l’université » explique Erik Spoelstra.« Son agressivité a aidé notre équipe. »

Ginobili attendu au tournant

En difficulté lors du Game 2, Tony Parker et Tim Duncan n’ont pu mener leur équipe vers la victoire. Dans une période délicate comme celle-ci, les Spurs n’attendent par que leur salut vienne de Danny Green (excellent au passage avec un 6/6 aux tirs dont 5/5 à 3 points) mais bien de leur magicien argentin : Manu Ginobili.

Avec seulement 9 points à 35,3%, l’arrière de 35 ans semble en délicatesse avec son shoot. Une faiblesse qu’il avait su pallier durant ces playoffs en distribuant par deux fois 11 passes face aux Warriors.  Irrégulier durant cette compagne 2012/2013, l’Argentin doit passer la vitesse supérieure pour que les Spurs aient une chance de l’emporter dans cette finale. Tim Duncan en parlait d’ailleurs avant même que le début de cette série.

« Lorsqu’il est sur le parquet, la différence est énorme pour nous », explique t-il. « S’il rentre ses tirs, ça change tout. Il apporte du scoring. »

 Le chiffre : 92%

Depuis 1985, et l’apparition du format 2-3-2, 92% des équipes qui ont remporté le troisième match d’une Finale NBA à égalité jusqu’alors ont remporté le titre par la suite. Parmi 13 équipes, seul Miami a échoué après avoir remporté ce Game 3, c’était en 2011 face à Dallas.

Pronostic

Cette fois, nous rentrons dans le vif du sujet. Après deux matches où chaque équipe a pris l’avantage sur l’autre, cette troisième manche apparaît comme un tournant. Les Spurs débutent une série de trois rencontres à domicile. L’équation est simple, s’ils gardent leur avantage du terrain glané grâce à leur victoire initiale, ils seront champion. Sauf qu’en face, ils affrontent la meilleure équipe des play-offs à l’extérieur (seulement 2 défaites face aux Pacers). D’autant plus que les joueurs d’Eric Spoelstra sont bien décidés à reprendre l’avantage du terrain dès ce soir.

Qui va remporter cette rencontre qui ressemble à un moment-clé de la série ? Le Heat semble favori mais les Spurs et Popovich ne vont rien lâcher. Victoire des Spurs d’une courte tête. Réponse cette nuit à 3 heures du matin !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top