Grizzlies

[Débrief] Game 2 : Victoire au forceps pour les Spurs, voir à l’épuisement

Pas de vol cette fois-ci. Après avoir dérobé le Game 2 à Oklahoma City, les Grizzlies ont caressé l’exploit du bout des doigts à San Antonio avant de s’incliner sous les assauts d’un Tim Duncan en mode clutch. Un match horrible, une bataille sans merci, mais un vainqueur à l’envie et aussi à l’expérience.

Ce qu’il s’est passé

De la même façon qu’au Game 1 de cette série Dimanche dernier, les hommes de Lionel Hollins ont d’abord subi une leçon particulière par le Professeur Popovich avant de revenir peu à peu dans le match grâce à leur mode de jeu ‘Grit and Grind’. Incapables d’arrêter un Tony Parker soudainement transformé en Steve Nash (15 points et 18 passes), les Grizzlies se retrouvaient du coup à 18 unités des Spurs avec 15 minutes à jouer dans le match. C’est alors que le run le plus improbable de ces PlayOffs arriva : en effet, qui peut oser parier contre San Antonio à la maison avec 12 points d’avance en début de quatrième quart ? Vidant l’AT&T Center de la moindre once d’ambiance, Memphis respectait son plan de jeu à la perfection en s’accrochant coûte que coûte, comme une vieille femme mourante à son héritage. Tony Allen qui se prend pour Daniel Day Lewis, Manu Ginobili qui arrive à réaliser une faute aussi bête que celle de 2006 sur Nowitzki, le match filait tout droit en prolongation pour 5 minutes de bonheur supplémentaire, ou plutôt de torture visuelle vu les sous-marins et autres airballs que la partie nous avait offert jusque là.

Ce qui aurait dû se passer

Une prolongation dominée par Tim Duncan, qui n’avait pas vraiment dominé offensivement dans cette série avant de mettre la totale à Marc Gasol. L’espagnol aura néanmoins de quoi sourire en voyant le retour de Zach Randolph (15 points et 18 rebonds), un réveil tardif après un nouveau début de match timide mais une agressivité retrouvée face à Matt Bonner et Boris Diaw : il devra porter son équipe sur ses robustes épaules lors du Game 3 ce Samedi à Memphis. Mike Conley a également beaucoup souffert de l’expérience de Parker, le poussant régulièrement à la faute pour lui imposer un temps de jeu réduit, certainement la clé de cette victoire texane (34 minutes). Pour San Antonio, il faudra que Manu Ginobili soit nettement plus agressif dans une arène des plus hostiles s’ils souhaitent créer la surprise dans le Tennessee. Pour les hôtes, leur jeu physique et leur défense étouffante devront être au rendez-vous car le fantôme d’Oklahoma City règne encore dans le vestiaire des Spurs. Nul ne doute que Tim Duncan souhaitera gommer cette désillusion en l’emportant au moins une fois sur les terres d’Elvis. Seulement, on se demande si les Grizzlies ne domineraient pas déjà le prochain match vu leurs 20 dernières minutes de jeu…

Les réactions des deux côtés

« Je déteste quand on laisse filer une avance aussi importante… Mais on a été suffisamment motivés pour aller en prolongation et finir par l’emporter. » Plus de peur que de mal pour Tim Duncan.

« Nous étions dans la même situation face aux Clippers. Maintenant nous allons rentrer chez nous, prendre soin de nos matchs à domicile, et tenter de revenir dans cette série en jouant comme nous sommes capables de jouer. » Lionel Hollins, nouveau Zen Master.

Prochain match

Samedi 25 Mai, à Memphis, à 3h sur vos écrans.

1 Comment

1 Comment

  1. @TrashTalk_fr

    22 mai 2013 à 12 h 58 min at 12 h 58 min

    [Débrief] Game 2 : Victoire au forceps pour les Spurs, voir à l’épuisement http://t.co/9m48iSp9LL

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top