Bulls

[Debrief] Game 6 : Bulls et Nets ne se quittent plus !

Décimés par les blessures, Chicago a résisté tant bien que mal à Deron Williams et ses Nets. Mais, menés pendant toute la rencontre d’un écart jamais supérieur à 10 points, les Bulls n’ont jamais pu passer devant Brooklyn. Il y aura donc un match 7 à New York. Amateurs de suspense, cette série est décidément la vôtre…

Les Nets ont entamé leur course en tête dès le premier quart. Dans le sillage d’un Brook Lopez qui plantait d’entrée (8 points dans les premières 12 minutes) et qui finira le match avec 17 points. 17 points, c’est aussi l’apport offensif de Joe Johnson qui était incertain pour cause de douleurs à la voûte plantaire mais qui avait plutôt bien en phase avec son shoot la nuit dernière. Aux côtés de Lopez, Reggie Evans a fait ce pour quoi il est payé en prenant 15 rebonds mais les Bulls, qui avaient été dominés au rebond lors du match 5, étaient bien décidés à ne pas se laisser marcher dessus. En témoignent les 13 prises de Boozer (et 14 points) et les 15 prises de Noah dont 9 rebonds offensifs ! Le tout agrémenté de 14 points, 5 passes décisives et 5 contres de la part du Français. Jooks était motivé, il a tout donné dont un contre énorme sur Lopez en fin de match. Seul bémol, ce 0/3 aux lancers francs. Des points qui manquent cruellement en fin de rencontre quand on regarde le score final (95-92)…

Sur les lignes arrières côté Bulls, Tom Thibodeau était déjà privé de Derrick Rose bien sûr et de Kirk Hinrich pour le deuxième match d’affilée. Mais coach Thib’s a du aussi s’organiser sans Luol Deng pour ce match 6. C’est donc Marco Bellinelli qui apparaissait dans le 5 de départ. Et on peut dire que l’Italien n’a pas déçu, car avec 22 points, 7 passes décisives et 5 rebonds, l’ancien de Bologne a assuré en plantant notamment plusieurs gros tirs primés qui ont maintenu Chicago dans le match. Tout comme  Nate Robinson qui, encore titulaire à la mène, a fait son match avec 18 points dont quelques actions d’éclats. Jimmy Butler inscrit lui 17 points accompagnés de 6 passes et de 7 rebonds sans avoir quitté le parquet une seule seconde tout en se donnant à fond des deux côtés du terrain.
D’ailleurs, les arrières chicagoans étaient totalement cramés en fin de match. Cela explique en grande partie pourquoi, les Bulls n’ont jamais réussi à prendre l’avantage au score même s’ils sont revenus plusieurs fois à -1 ou à -2. L’autre explication porte un nom : Deron Williams ! A chaque fois que les Bulls ont recollé le meneur, toujours aussi bien coiffé, a fait ce qu’il fallait pour remettre un coup derrière la tête du taureau. Il a fait jouer ses partenaires au bon moment, il a pris le jeu à son compte pour inscrire le panier qui fait mal. Bref, D-Will (17 points et 11 passes décisives hier) veut voir le Heat et il le fait comprendre.

A domicile, ce Chicago très diminué a pourtant dominé le rebond, bien défendu mais il manquait ce petit quelque chose qui fait la différence. Le beau collectif des Bulls vient de perdre pour la deuxième fois d’affilée face au talent des individualités des Nets. Rendez-vous samedi au Barclays Center pour le dernier chapitre de cette série. A l’image d’un Noah en « mode taureau prêt pour la guerre », Chicago ne va pas se laisser sortir sans tout tenter…

« Cette année a été très dure pour nous. Mais je suis prêt à jouer. J’ai envie de jouer tout de suite ! C’est ma façon d’être » a déclaré Joakim Noah au Chicago Tribune

Avant de conclure :

« Nous sommes prêts à botter des fesses ! »

Résumé video

[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »7xAt-MguKjw »]

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top