Suns

Quelle franchise va le plus nous décevoir en 2022-23 ? La rédaction a tranché, et y’a comme une odeur de Cactus pourri au bureau

Phoenix Suns 16 mai 2022

Ça pourrait bien tirer la gueule cette saison encore à Phoenix.

Source image : NBA League Pass

Un début de saison c’est de l’excitation, mais parfois aussi de l’argent placé sur un poulain qui nous attire. Du vrai pognon pour ceux qui peuvent et qui veulent, ou bien de simples pronostics entre amis ou en famille, histoire d’entendre ta mère parler du fils de Joakim Noah et de Magic Jordan. Cette saison 2022-23 ne déroge en tout cas pas à la règle et on a donc décidé à la rédaction de réfléchir 30 secondes à quelques questions existentielles. L’une d’entre elles ? Quelle franchise va le plus nous décevoir cette année et pourquoi les Knicks, en d’autres termes quelle est cette équipe que l’on attend de pied ferme et qui va nous rendre bougon. Envoyez les avis, screenez moi ça et on ressort le tout en juin, probablement avec d’immenses barres de rire à la clé.

Nico M

Les Wolves. Minnesota a réalisé un très gros coup durant l’intersaison avec l’arrivée de notre Rudy Gobert national, j’ai des cœurs dans les yeux quand je vois Anthony Edwards jouer au basket, et je crois beaucoup en Jaden McDaniels. Mais le projet twin towers me rend globalement sceptique et je ne pense pas que l’ajout d’un triple DPOY va véritablement permettre à Minnesota de franchir le cap attendu. Cela ne signifie pas que les Loups ne seront pas plus redoutables que l’an passé mais dans une Conférence Ouest plus relevée qu’en 2022, je vois Minnesota gagner maximum une série de Playoffs. Et si on disait ça au boss des opérations basket Tim Connelly, il serait sans doute bien déçu après avoir lâché un tel capital draft pour récupérer Rudy.

Giovanni

Les Hawks. Non ça n’a rien à voir avec mon seum d’avoir vu Dejounte Murray partir de San Antonio et de le voir multiplier sa connerie par douze à peine descendu de l’avion. Bon, ok, un peu. En vérité et seum à part, je ne ressens aucune émotion à la vue du roster 2022-23 des Hawks, et hormis l’association Trae Young / Dejounte qui va faire des stats pour faire des stats, je n’imagine en aucun cas Atlanta se mêler à quoique ce soit à l’Est si ce n’est une participation au play-in, gé-nial. John Collins mérite selon moi mieux que ce qu’on lui propose chez les Hawks, pas en terme de salaires mais au moins de responsabilités et d’importance dans le schéma, Clint Capela a déjà atteint son prime et ça reste très middle quand même, De’Andre Hunter ne l’atteindra peut-être jamais et, le plus important, si je devais mettre une pièce sur un vestiaire qui implose ce serait bien le leur. Trop de tête de lard et pas assez de barrières, et au vu du rêve qu’envoient les deux All-Stars du backcourt tout autre résultat qu’une place hors des 6 serait vu comme une déception. Spoiler, c’en sera une, puisque je vous le dit.

PS : les Wolves aussi vont se crasher mais je le garde pour moi, trop de tension ici.

Alex T

Les Wolves. Lorsque Rudy Gobert a débarqué à Minnesota, on a vu Karl-Anthony Towns commencer à balancer que désormais c’était le titre ou l’échec pour les Loups. Je crois que nos amis des Grands Lacs ont les yeux un poil plus gros que le ventre. Récupérer Rudy va évidemment aider l’équipe mais je ne suis pas forcément convaincu par cette association de grands dans la raquette et d’autres équipes me semblent bien plus cohérentes sur le papier. Est-ce que Edwards va vraiment franchir le cap qu’on attend tous ? Est-ce que D-Lo va enfin trouver un peu de régularité dans ses perfs ? Est-ce que le duo GOB-KAT ça marche ? Que les fans des Wolves ne sortent pas le lance-flammes, Minny fera les Playoffs c’est clair mais je ne crois pas aux idées selon lesquelles les hommes de Finch iront taper le Top 3 à l’Ouest ou même une potentielle Finale de Conférence. Ils étaient 7èmes en 2022, ils seront peut-être 6èmes en 2023 mais vu la hype qu’on nous vend depuis des semaines, c’est une petite déception. 

Clément

Suns. L’ambiance bien crade qui règne au sein de la franchise est nauséabonde pour tout le monde, et cela pourrait bien se ressentir sur le terrain. Deandre Ayton continue de bouder en jouant à sa PS5, Jae Crowder a demandé son départ pour aller donner des showcases en boite en se faisant passer pour Burna Boy, Chris Paul a 67 ans, JaVale McGee le porte-bonheur est parti, et Devin Booker n’est pas encore sorti de la poche arrière du jean de Luka Doncic. La désillusion des Playoffs face aux Mavs après une saison régulière survolée de bout en bout est encore dans toutes les têtes et les Soleils seront tout de même attendus au tournant. Ajoutez à cela les accusations qui pèsent contre Robert Sarver, et vous obtenez de la potentielle bouse de qualité premium, du même acabit que celles lâchées par les chèvres installées par… Robert Sarver dans… les locaux des Suns il y a quelques années, et on vous assure que ces dernières lignes sont 100% véridiques.

Nico V

Phoenix Suns. Pourrait-on assister à une saison aux allures de choc post-traumatique à Phoenix cette saison ? Après la TRÈS grosse déconvenue face aux Mavericks la saison passée, rien n’est moins sûr dans l’Arizona. Rajoutez par dessus cette dose d’incertitude un cas Deandre Ayton géré au petits oignons et une sale affaire extrasportive avec le président, et vous obtenez… une équipe située quelque part entre “compliquée à pronostiquer” et “difficile à prévoir”. Tout peut aller pour le mieux comme pour le pire, mais c’est ici le scénario que j’ai choisi d’explorer. Un secteur intérieur privé de ses deux éléments, un Chris Paul bien vieillissant qui a montré certaines limites quand les choses comptaient pour de vrai, et un impact psychologique qui sera bien dur à surmonter. Voilà la recette qui fera des Suns un groupe mal à l’aise dans ses baskets, et à la lutte pour l’avantage du terrain au mieux.

Mattis

New York Knicks. Pas une très grosse prise de risque de ma part étant donné le marasme dans lequel la franchise baigne depuis de nombreuses années, mais de nombreuses personnes ont certainement espoir en ces Knicks alors on va essayer de les… décourager. L’euphorie de la saison 2020-21 a laissé des traces indélébiles qui font croire que New York a la capacité d’accrocher les Playoffs. Qu’on soit bien clairs, les Knicks seront en vacances en avril et la franchise devra à nouveau revoir ses plans pendant l’été prochain 2023. Julius Randle ne retrouvera jamais son niveau All-Star, malgré quelques belles perfs pour faire plaisir à fiston, et Jalen Brunson, bien trop esseulé, va se rendre compte de la connerie qu’il a fait d’aller chercher un contrat long dans la Grosse Pomme. Tom Thibodeau continue à tirer sur la couenne de ses joueurs majeurs sans développer ses jeunes et la frustration va monter, que ce soit dans les vestiaires, en conférence de presse, dans les gradins et évidemment sur le terrain, avec des séquences où des milliers de gens comme nous se diront “Oh t’as vu comment il lui fait pas la passe wesh ?” pour juger la cohésion d’équipe qui en réalité sera catastrophique. Même RJ Barrett va en avoir marre et si New York rame pour se maintenir à la 10ème place du classement, ça pourrait pas mal bouger, enfin, l’été prochain.

Gauthier

Grizzlies. La belle histoire de la saison dernière va devoir survivre à l’épreuve de l’an 2, et c’est sûrement la plus difficile. Comme on dit, atteindre le top, c’est bien, mais ce qui compte c’est d’y rester et Ja Morant a beau tenir dix secondes en l’air, il faut bien retomber sur Terre à un moment. Je sens que le moment va arriver dès cette saison. Pour expliquer ça, plusieurs facteurs, messieurs on vous écoute, ah non vous avez des lettres à distribuer, alors je m’y colle moi-même. La blessure de Jaren Jackson Jr. est un gros point noir du début de saison de Memphis, et son retour pourrait intervenir en 2023, le temps de rater une trentaine de matchs et ça fait beaucoup. Beaucoup trop d’ailleurs et ça pourrait faire 5 ou 6 victoires de moins au bout, un écart énorme dans une franchise stackée comme jamais. Le recrutement n’est pas terrible pour être sympa, on a perdu Kyle Anderson et on l’a remplacé par à peu près personne. Et puis pour finir, on ne va pas trop les accabler quand même, les Grizzlies sont attendus au tournant cette saison, l’effet de surprise n’existe plus, aussi parce qu’ils trashtalkent (ceci est un verbe français, oui) tout le monde et que tout le monde va vouloir les taper. En fait c’est simple, tout le monde à l’Ouest ou presque s’est renforcé, pas les Grizzlies, ils vont donc se faire dépasser.

Jérémy

Brooklyn Nets. Quand on arrive à réunir Kevin Durant et Kyrie Irving dans la même escouade, on vise forcément les sommets. Avec les Nets, tout est possible. Mais une seule personne semble capable de maintenir le cap : Kevin Durant. Oui le serpent a demandé un trade mais il est resté en ville. C’est un joueur fantastique qui peut tenir le pont de Brooklyn à bout de bras. Le problème, c’est qu’à côté de lui, il y a certainement trop de feus qui couvent. Kyrie Irving parait aussi génial que dérangé et il sera donc absent à la moindre conférence “La Terre est-elle plate ?”. Ben Simmons ne deviendra pas le sauveur et lui aussi peut se mettre à faire des caprices. Autour d’eux, le recrutement pose questions avec notamment un T.J. Warren qui n’a plus joué depuis Mathusalem. Quand on regarde l’effectif, il y a de la qualité certes, mais le but n’est pas d’empiler une somme d’individualités. Si Steve Nash arrive à fédérer un collectif, les Nets seront dangereux, dans le cas inverse, ils vont à nouveau décevoir. Mon option est la seconde.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top