Playoffs NBA

Playoffs 2022, les pronostics de la rédac pour Warriors – Mavs : un jour les Splash Bros devront laisser leur place, mais ce jour n’est pas encore arrivé

table discussion rédaction rookie mvp

Désolé Luka, ce n’est pas sur toi qu’on mise.

Source image : TrashTalk

C’est l’heure. Ce soir, les Finales de la Conférence Ouest opposant les Warriors aux Mavericks vont débuter du côté de San Francisco. Et comme à chaque début de série, la rédaction de TrashTalk se mouille en donnant ses pronos histoire de passer pour des hexperts (ou des gourdes) dans quinze jours. Alors, plutôt Golden State ou Dallas ? 

Nicolas M.

Les Warriors de Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green sont de retour en finale de conf pour la sixième fois depuis 2015, les Mavericks y goûtent pour la première fois depuis le titre de 2011. Donc niveau XP, on n’est pas vraiment dans la même dimension. Mais quelque part, la bande à Luka Doncic compense à travers une insouciance qui la porte sur ces Playoffs, insouciance évidemment symbolisée par le génie slovène qui ne semble pas avoir la moindre limite. On n’attendait pas les Mavs ici, pourtant les Mavs sont bien là. Alors, expérience versus insouciance, qui gagne ? À ce stade de la compétition, j’aurais tendance à miser sur les anciens, ceux qui connaissent le chemin du titre, ceux qui connaissent l’atmosphère des finales de conf’ par cœur, ceux qui possèdent l’avantage du terrain également. La série s’annonce serrée, je ne serais pas surpris si ça termine en sept matchs, mais les Warriors ont tellement envie de prouver que leur dynastie n’est pas terminée qu’ils vont finir ça en six, sur les terres de Luka. Warriors 4-2 Mavericks.

Giovanni

Alors oui, je suis conscient du fait que la qualification des Mavs n’est pas due simplement au fait du ragequit des Suns mais également au génie d’un homme, au talent de ses coéquipiers et au sérieux du système texan. MAIS avec tout le respect qui leur est du, je ne vois absolument pas comment Maxi Kelber, Spencer Dimblebee, Reggie Murdock et Florian Winney-Smith pourraient réitérer l’exploit face à des Warriors qui, au contraire des Suns, connaissent pour la plupart la route vers la bague. Un match pour se dire qu’on a gagné un match, et zou ça part sur un 4-1 Warriors, parce que de toute façon les Mavs ont déjà réussi leur saison, parce que les Dubs seront champions NBA.

Alexandre T.

Je n’avais donc aucune de ces équipes dans mon bracket à l’Ouest, shame on me ou plutôt shame sur les Suns. On va pas se plaindre très longtemps car ça reste une très belle série avec de la bonne défense et des freaks de chaque côté pour nous ambiancer. Mon premier réflexe serait de donner la victoire aux Mavs. La confiance est à 120%, la défense est bétonnée, Luka est juste injouable, les soldats autour font le boulot, ça step-up quand il faut. C’est d’autant plus vrai quand on voit que Golden State est souvent à la limite, gagnant souvent au finish et pas toujours de manière très esthétique. C’est vrai et, à la fois, les Warriors ne craquent jamais. Denver et Memphis auraient pu choper un ou deux matchs de plus mais les leaders ont toujours sauvé le bateau dans le money time, le destin bascule toujours côté Dubs. On pourrait dire un peu de réussite mais c’est surtout l’expérience du Big 3 local qui sait quand sortir du bois pour faire mal à l’adversaire. Le vécu en Playoffs est d’ailleurs abyssal entre les joueurs de Steve Kerr et ceux de Jason Kidd. De plus, Dallas sera sans doute moins efficace via son small ball contre GS. Face à des pivots traditionnels comme Gobert ou Ayton, ça peut vraiment faire mal mais les Warriors sont totalement réglés sur ce format et ils savent comment y répondre. Tu veux mettre Kleber en 5 pour canarder de loin ? Pas de problème, Draymond Green va jouer pivot et défendre sur lui au large. C’est l’heure de balancer un prono et c’est là qu’on transpire à grosse goutte. Je ne vois pas les Warriors finir à Dallas donc je vais partir sur un 4-3 avec un nouveau Game 7 dans ces Playoffs.

Arthur

La série s’annonce crevante, pleine de courses, de contre-attaques et de flèches des quarante-douze mètres. Pour la faire courte, je vois les Mavericks prendre une rouste. Une bonne vieille giflée des familles, 4-1, provoquée par la profondeur d’effectif des Warriors. On connaît Draymond Green, on connaît Luka Doncic. Le bulldog de Golden State aura pour mission de faire péter un câble au Slovène, d’un calme olympien sur la fin de série contre Phoenix. Mais là est la marge de progression du blondinet. Il ne supportera pas de se prendre des petits caramels dans les genoux, à l’abri du regard arbitral. Si Steve Kerr rebalance Kevon Looney dans le cinq, et que Jordan Poole sort du banc, les Mavericks ne parviendront pas à gérer ce déséquilibre titulaires/remplaçants. À l’année prochaine, avec encore plus de monde derrière Louka. WARRIORS – 4 à 1

Nicolas V.

Fait déjà 30 degrés dehors et faut qu’on regarde des mecs courir à pleine bille dans tous les sens ? Allez, c’est bien parce qu’on est des mordus de balle orange. Plus sérieusement, quelle fantastique série que celle qui s’ouvre ce soir. Du small ball que vous vouliez ? Vous allez être servis, parce que là c’est sans doute l’apogée de ce mode de jeu libre comme le vent. Luka Doncic va être monstrueux, mais j’ai peur pour ses lieutenants. Essentiels dans la réussite des Mavericks jusqu’ici, il est probable que les hommes de main du blondinet soient complètement tenus en laisse par les chiens de garde californiens et le maître cynophile de cette meute aka Draymond Green. Steph gonna be Steph, Klay Thompson va se réveiller. Jordan Poole conservera ses lignes, et attention aux dégâts que ça va causer. Les Warriors vont mettre trop de bazar chez les Licornes, même si Jason Kidd s’arrache les cheveux (non) au coaching. Ces gars sont immortels, et Steve Kerr sait parfaitement comment jouer chaque situation. C’est pas comme s’il était là depuis longtemps le bonhomme. En plus, ça nous donnera un podcast post série légendaire de Draymond Green. Allez, ça fait 4-2 Warriors.

Auguste

Contrairement à la première demi-finale, celle-là est faite pour le grand public. C’est ici où on va rire, exploser de joie, hurler des “woooooww” après chaque shoot. Dallas et Golden State ont tout pour nous faire vivre une série de rêve. Bon, par contre si vous aimez la bagarre intérieure passez votre tour car si vous faites plus de 2m10, vous n’êtes pas accepté sur le terrain. La clé de cette série se situe dans le backcourt. D’un côté le trio Steph, Klay, Poole, de l’autre Luka, Brunson, Dinwiddie. Ça pose les bases. La réussite à 3-points sera également un facteur non négligeable. Ces deux franchises en sont friandes et calent leur jeu dessus. Cependant, les Warriors ont l’avantage sur un secteur : l’expérience. Les joueurs de la Baie détiennent trois titres et deux finales NBA, tandis qu’en face c’est de l’air pur qui circule dans l’armoire à trophée depuis 2011. Néanmoins, Luka Doncic n’en a rien à faire de ça et pourrait balayer les Warriors comme en régulière. Dans cette série qui est un hymne au small-ball, je ne peux pas ne pas croire en mes petits Mavs. Victoire 4-2 Dallas, clean, nette et sans bavure avec encore un gros Luka. Vas-y gamin, écris ta légende. Place ton nom à côté de Dirk. En espérant ne pas leur porter l’œil. (Je me rassure en me disant que la dernière fois que Dallas a été en finale de conférence, ils ont gagné le titre derrière).

Clément

D’un côté, je suis tenté de dire qu’avec les Splash Triplets que sont Stephen Curry, Klay Thompson et Jordan Poole, les Warriors sont censés passer avec les doigts dans le nez jusqu’à la dernière phalange, mais d’un autre côté, quand je vois le niveau auquel ont décidé d’évoluer Jalen Brunson, Spencer Dinwiddie et surtout Luka Doncic, je me dis que tout reste possible. Dans une série où la première équipe qui aligne un joueur de plus de 2 mètres a perdu, je pense quand même que l’effectif est bien plus fourni et expérimenté dans la Baie, qui a même réussi à faire d’Andrew Wiggins un bon défenseur. En face, le talent du génie slovène pourra faire la différence sur un ou deux matchs, mais pas plus je pense. Son sourire juvénile fera encore kiffer tous les Etats-Unis et son teint rosé d’après Burger King aussi, malheureusement je sens que ce sera un peu trop juste. Victoire en 6 matchs pour les Warriors, n’en déplaise à Brandon Jennings, et des Mavericks qui pourront sortir la tête haute après des Playoffs d’ores et déjà réussis, qui doivent être suivis d’une belle Free Agency pour entourer Luka encore davantage. WARRIORS 4-2

Loan

Ah des Finales de Conférence Ouest qui puent le tir à 3-points des deux côtés : Luka Doncic contre Stephen Curry, le prodige contre l’icône, rien que ça ! D’un point de vue d’expérience des Finales de Conférence, le point va immédiatement aux Warriors mais l’expérience des finales d’EuroLeague et de l’EuroBasket ne sont pas à ignorer pour un slovène qui marche sur l’eau depuis deux mois. Ce dernier a montré sur le second tour contre les Suns qu’il était capable de s’adapter à n’importe quel matchup et de dominer Mikal Bridges, un des meilleurs défenseurs de l’année. Mais chez les Warriors, a-t-on quelqu’un capable de faire le même travail que Bridges a réalisé sur Luka Doncic ? Est-ce que Klay après son Game 6 de malade contre Memphis vient de relancer ses Playoffs, ou va-t-on revoir le Klay un peu moyen qu’on a pu observer au second tour ? Cette équipe des Mavs est ultra solide mentalement et n’abdique jamais : Dorian Finney-Smith a quand même permis à Dallas d’égaliser au Game 4. Bref : Luka Doncic en Playoffs entouré de vrais soldats comme cette année, ça peut clairement créer la surprise, mais attention à Curry qui connaît le chemin des Finales NBA et qui ne va pas se laisser faire. Allez 4-3 pour les Mavs avec un Luka plus que clutch dans la dernière minute du Game 7.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top