Grizzlies

Desmond Bane est sur une autre planète : 15/27 du parking depuis deux matchs, il est donc sur la planète Splash Brothers

Desmond Bane 24 avril 2022

Ça gagne, ça perd, peu importe. Match de basket en ce moment = coup de chaud de Desmond Bane.

Source image : NBA League Pass

Si les Grizzlies ont perdu cette nuit et offert aux Wolves la chance d’y croire à mort avant le Game 5, lui n’y est pour pas grand chose. Lui c’est Desmond Bane, et lors de ce Game 4 le sophomore a confirmé son énorme Game 3, son énorme saison, bref il a confirmé qu’on était bien parti pour se faire Banifier pendant les quinze prochaines années. C’est quoi ce zinzin encore ?

S’il y en a un seul qui n’a rien ou pas grand chose à se reprocher cette nuit c’est bien lui. Desmond Bane, DB pour les intimes (pas du tout), auteur sur ce Game 3 face aux Wolves de 34 pions à notamment 8/12 à 3-points, et longtemps dans les temps pour aller toper d’incroyables records puisque le boug comptabilisait déjà quatre threes après un quart-temps et même sept à la mi-temps. Sept tirs du parking c’est plus que le rédacteur de cet article dans toute sa freaking carrière Senior, et au final ce coquin de Desmond a même poussé le total à 8 après un dernier ave maria inutile mais réussi à la dernière seconde, “permettant” à son équipe de ne s’incliner que d’un tout petit point histoire de rager encore plus. Longtemps seul à bord sur le navire de l’offensive à Memphis, Desmond a tout d’abord permis à son équipe de rester dans le match puis, rejoint par la suite par Dillon Brooks, il a poursuivi son travail de sape en punissant chaque millimètre laissé vacant par ses défenseurs.

A l’arrivée un record ou presque, pour celui qui a déjà claqué celui du plus grand nombre de 3-points inscrits en une saison dans l’histoire de la franchise du Tennessee, un record “pour rien”, mais un record auquel on doit également ajouter deux constats qui nous semblent utiles. 1) Desmond n’est pas du genre à hoqueter une fois par trimestre mais plutôt deux fois par semaine, si bien que la perf de la nuit nous parait presque “normale” pour celui qui est en train de devenir l’un des poignets les plus fous de la Ligue. 2) Desmond Bane n’est pas qu’un simple shooteur, Desmond Bane ce n’est pas Ben McLemore, et on a donc vu cette nuit, une fois de plus, la polyvalence dont il pouvait faire montre, avec – pêle-mêle – des drives puissants terminés par un tomar bien sale et en défense une activité incessante et un côté vicelard à deux doigts de faire expulser Pat Beverley en première mi-temps, ce qui aurait pu avoir comme conséquence… la victoire de Memphis, ni plus, ni moins.

7 sur 15 avant-hier, 8 sur 12 la nuit passée, et un Desmond Bane qui va très vite aller chercher des records de postseason si d’aventure Memphis devait avancer dans ces Playoffs. Le plus drôle dans tout ça ? C’est qu’en cas de qualif face à Minnesota, les Grizzlies affronteront sans trop de doutes les… Warriors en demi-finale de conférence. Tu veux être de la trempe des Splash Brothers ? Commence par leur passer sur le corps, et ensuite on parlera.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top