Thunder

Thunder, les enjeux de la fin de saison régulière : trois questions qui vont rythmer le sprint final à Oklahoma City

Shai Gilgeous-Alexander 27 octobre 2021

Josh Giddey peut-il encore être ROY ? Shai Gilgeous-Alexander va-t-il tourner en 32/6/9 jusqu’en avril ? Et tout ça, c’est pas un peu trop pour Théo Maledon ?

Source image : YouTube

Une quarantaine de jours, voilà ce qui nous sépare aujourd’hui de la fin de la saison régulière 2021-22. A un mois et demi des Playoffs – ou de la Lottery – chaque franchise a fourbi ses armes lors de la trade deadline du 10 février dernier, puis elle a profité dernièrement d’une semaine de All-Star Break pour se poser les quelques questions essentielles à une fin de régulière dans les clous. Les objectifs ne sont pas les mêmes partout, évidemment, mais on s’est nous aussi posé rapidement sur les thématiques principales des six semaines qui nous attendent, en sélectionnant pour chaque franchise trois petites questions, trois idées à développer. Choix non-exhaustif évidemment car sinon ça n’en finit plus, et on part sans plus attendre sur la fin de saison du… Thunder.

Josh Giddey peut-il encore être ROY ?

Spoiler, on va beaucoup parler du poste 1 dans ces lignes, même si l’objectif n°1 pour OKC reste finalement, peut-être, d’aller chercher un… intérieur à la prochaine draft. Premier loulou qui questionne sur ces quarante derniers jours ? Le plus bouclé de la bande : Josh Giddey. La question n’étant pas de savoir si le gamin a du talent, il en est pétri, mais surtout de se demander s’il peut encore aller braquer le trophée de Rookie Of the Year en fin de saison. La course reste ouverte mais demeure menée par Evan Mobley, assez pépouze for the moment, mais le sosie de Chuck Bass a ses arguments et encore quelques douceurs à offrir. 12,5 points de moyenne mais surtout 7,8 rebonds et 6,4 passes, ok Jason Kidd, déjà quatre triples-doubles dont trois consécutifs en février, un 0/10/10 et un 8/18/10, bref Josh Guidait est une anomalie et a déjà prouvé qu’il était le futur de sa franchise. Plus que satisfaisant aux côtés de Shai Gilgeous-Alexander et étincelant en son absence, l’ado australien a une tête d’informaticien mais il est clairement, déjà, l’un des plus beaux génies de NBA et ça promet… mais en ce qui concerne le ROY ce sera difficile ne nous le cachons pas. On l’a dit Vavane Mobley fait pour l’instant un beau leader, et derrière lui le vent tourne plutôt en faveur de Cade Cunningham voire d’un Scottie Barnes parti pour saigner la fin de saison. Podium espéré donc, c’est déjà pas mal, à moins que le Thunder ne se décide de lui filer l’entièreté du trousseau de clé jusqu’en avril, mais ça n’est pas non plus comme si Mark Daigneault n’avait pas d’autres cracks à développer et qui plus est à son poste, n’est-ce pas Monsieur Paragraphe Suivant.

Shai Gilgeous-Alexander va-t-il tourner en 35/9/9 jusqu’en avril ?

On ne parle pas de Tre Mann même si on adore sa bouille de sse-go de 14 ans, mais bien évidemment de Shai Gilgeous-Alexander. Gêné par une blessure et absent pendant plusieurs semaine jusqu’au All-Star Game, l’ancien rookie des Clippers est revenu aux affaires depuis dix jours et… euh comment dire, jugez plutôt :

Shai Gilgeous-Alexander stats 2 mars

Trois masterclass, le Thunder qui ne gagne pas forcément plus donc tout le monde il est content, et si on ouvre un peu plus les yeux on peut même élargir à une série en cours de six matchs sur sept autour ou au dessus de la trentaine pour le crack à l’excédent de flow. Ce qu’il faut démontrer ? C’est que le meneur de jeu canadien a semble-t-il décidé de se mettre la fin de régulière dans la poche, parce que Ja Morant, Dejounte Murray, Luka Doncic, Darius Garland ou Trae Young c’est bien mais au pays des jeunes meneurs dominants lui se pose là également. Facile, beaucoup trop facile sur un terrain et possédant le volant de sa franchise jusqu’à preuve du contraire, Shai va donc, très probablement s’éclater jusqu’au 10 avril, la plupart du temps dans des matchs sans enjeu et donc sans trop de pression, et tous les voyants sont évidemment au vert pour assister à des dingueries statistiques quasiment tous les soirs. Parce qu’il a un message à faire passer, parce qu’il a trop de talent, parce qu’il n’a pas toute la vie non plus.

Et tout ça, c’est pas un peu trop pour Théo Maledon ?

De 10,1 à 4,6 points de moyenne il n’y a qu’une saison sophomore décevante. Vraie bouffée d’oxygène la saison dernière, pour le Thunder et pour tout le camp français, Théo Maledon a vu arriver cette année une concurrence assez démentielle à son poste avec notamment les renforts des rookies Josh Giddey et Tre Mann. Rajoutez à cela des pefs trop discrètes et vous obtenez un ou deux aller-retours gratuits en G League, merci du cadeau, mais en cette fin d’exercice Tété a étété réintétégré dans le roster de Daigneault et DOIT prouver au plus vite qu’il y a sa place. Difficile d’exister sur une ligne arrière aussi folle, avec les deux gamins sus-citétés mais aussi SGA, évidemment, ou encore Luguentz Dort, indéboulonnable capitaine de cette jeune équipe, et on peut même rajouter à l’équation ce relou de Ty Jerome et le Serbe Vit Krejci qui commence à montrer le bout de ses tatouages moches. Bref, ça fait beaucoup là non, mais depuis quelques matchs la Maledance ose plus et semble avoir passé un cap niveau confiance en lui, plutôt de bonne augure quand on sait que le siège de back-up du duo SGA / Giddey ressemble plus à un strapontin qu’à une rocking chair. Champ lexical de la place assise t’as vu, mais nous ce qu’on veut c’est voir Théo Maledon debout, sur le terrain, et on a juste l’impression que si lui le veut… ça devrait bien se passer non ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top