Grizzlies

Ja Morant ne s’arrête plus : 30 points, 10 rebonds et 10 assists sur le Jazz, seulement 3 ans de NBA et il nous fatigue déjà

Ja Morant

Sale gosse.

source image : NBA League Pass

Ce vendredi, Ja Morant a décidé de continuer sa jolie série de matchs à 30 pions en s’asseyant sur le Jazz. Pas la plus nette et précise des performances, mais une nouvelle feuille de stats qui glisse dans sa pochette de candidature au trophée de Most Improved Player Most Valuable Player. À ce rythme-là, on va l’avoir notre Derrick Rose 2011.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Que l’on ne s’y méprenne pas, si vous êtes là, ce n’est clairement pas pour le contenu du match. Enfin peut-être que si, mais nous, on vous dit que non. Sans Donovan Mitchell et Rudy Gobert – mais surtout sans Rudy Gobert – les Mormons peinent décidément à s’affirmer en tant que contender sérieux. Cela fait 3 matchs qu’ils rejoignent le vestiaire tête baissée et à la fin de ce résumé, cela fera 4. C’était pourtant le meilleur moment pour se ressaisir. Troisièmes avec 33 victoires pour 17 revers, les Grizzlies convoitaient ce succès annonciateur d’un Jazz qui rétrécit dans le rétro’. Les Mormons se rapprochent effectivement de la cinquième place de Dallas, ce qui compte tenu des dynamiques opposées des deux équipes, ne présage rien de folichon. Mais bon, soigner les cadres et faire jouer des types comme Danuel House Jr. – excellent avec 21 points à 4/6 à 3-points cette nuit – est peut-être la meilleure solution d’un point de vue Playoffs. Cet espèce d’escadron de role players là, il y en a un qui a quand même bien aimé. Avec 30 points, 10 rebonds, 10 assists, 6 ballons perdus, 1 interception et 1 block à 46% au tir dont 2/6 depuis la buvette, Ja Morant a signé son cinquième match consécutif à 30 unités. Petit record passé inaperçu, c’est le plus gros scoring de tous les triple-doubles de l’histoire de la franchise. Une sacrée manière d’honorer sa sélection en tant que titulaire au All-Star Game.

Bon, avec Rudy dans la peinture, Ja mange un gros robinet sur le highlight du dessus. L’esthétique du move ainsi que la vitesse de lecture forcent cependant le respect. Dans les traces de Derrick Rose en 2011, Ja Morant privilégie la raquette à l’arbalète. L’Ourson est même le joueur de NBA qui score le plus de points dans la peinture avec 15,5 unités par rencontre. On rappelle au passage que Joel Embiid et Nikola Jokic squattent la même Ligue (et qu’eux ne mesurent pas 1m91). Mais une comparaison avec Derrick Rose implique malheureusement les frayeurs qui vont avec. Dans le deuxième quart-temps, Ja Morant s’est tourné la cheville et a boité sur quelques mètres, avant de revenir torse bombé tirer ses lancers : « MVP, MVP, MVP ! », le FedExForum salue son guerrier. A priori rien de trop grave pour le Golden Boy de Memphis dont le style de jeu – à ne montrer dans aucune école de kiné – n’a pas fini de nous faire trembler. Mais même si Ja venait à s’absenter, la clique saurait encore mordre. Ce vendredi, Jaren Jackson Jr. a brillé de par sa netteté des deux côtés du parquet : 18 points, 5 rebonds, 3 assists, 6 blocks et 2 interceptions à 73% au tir. Autre visage fort du cinq majeur, Desmond Bane est peut-être l’un des gars les moins respectés de NBA. Cette nuit ? 17 points à 43% au tir, rien d’incroyable. Sur le mois de janvier ? 20 points, 5 rebonds et 3 assists de moyenne à 49% au tir dont… 44% à 3-points. Il n’a que 23 ans, c’est un sophomore et Ja Morant lui fait – aussi logiquement que malheureusement – de l’ombre. Nul doute que l’absence de Desmond Bane impacterait instantanément les résultats de Memphis. D’une pierre deux coups, voilà une bonne manière de rappeler que les Grizzlies ont de beaux jours devant eux, et que Ja Morant ne porte pas son équipe à bout de bras.

Pierre angulaire de cette équipe de Memphis, Ja Morant peut s’estimer heureux de compter dans ses rangs de chouettes coéquipiers dévoués au collectif. Il est le n°1 et le nouveau visage du Tennessee – sans nul doute – mais dans leur globalité, ces Grizzlies-là représentent un bon casse-tête pour chacun de leurs adversaires.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top