Bucks

Giannis Antetokounmpo trempe les Knicks dans son chocolat chaud : 38 points à 63% au tir, encore un qui veut les trois lettres

Giannis Antetokounmpo

Une affaire tranquillement gérée.

source image : NBA League Pass

C’est fatiguant. L’un pose une question, les autres répondent. Après le triple-double de Ja Morant et la petite balade nocturne de Nikola Jokic, Giannis Antetokounmpo lâche à son tour une performance taillée MVP. Ce vendredi, lui et ses Bucks ont tranquillement disposé des Knicks. Une simple formalité lorsque l’on envisage le très haut de tableau.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Usante. Cette course au trophée de MVP est usante. À chaque réveil les mêmes coupables, parmi lesquels Giannis Antetokounmpo et ses fresques longilignes. Ce vendredi, le Greek Freak a dominé les Knicks de long en large avec 38 points, 13 rebonds, 5 assists et 1 interception à 63% au tir dont 2/6 depuis le Parthénon. Ceux qui suivent attentivement Milwaukee cette saison auront le réflexe d’attribuer ce succès au Big Three. Pourquoi ? Parce que quand Giannis Antetokounmpo, Khris Middleton et Jrue Holiday évoluent sur le même parquet, le bilan est de 19 victoires en 23 matchs. De quoi effrayer la concurrence si les trois frères du Wisconsin gardent la banane. Pour la réception des Knicks, le Jrue a lâché une vraie prestation de gestionnaire avec 20 points et 10 assists à 53% au tir. Dommage que son pote des lignes extérieures n’ait pas suivi la mouvance. Eh oui, Khris Middleton a peut-être la même bouche que Jacques Brel mais il a surtout la vue de Stevie Wonder : 20 points, 7 rebonds et 4 assists à… 1/7 du parking (c’est super horrible). Heureusement pour lui, Grayson Allen sait faire autre chose que découper des chauves en contre-attaque. L’arrière des Daims a claqué 15 points à 3/7 de loin, de quoi atténuer l’impact de la maladresse de Khris sur le score final.

Cette victoire est le quinzième match consécutif à 25 points pour Giannis Antetokounmpo. Constant ? Constant. L’objectif des Bucks n’est désormais rien d’autre que le trône de la Conférence Est. Ce succès face aux Knicks tombe à pic, les Bulls viennent effectivement de lâcher une précieuse munition à San Antonio. Bien que le Heat ait parfaitement géré la réception des Clippers – nette et sans comeback – les Daims ont largement de quoi espérer le siège de leader avant le début des Playoffs. Tout le contraire de Knicks qui continuent de creuser jusqu’à ce que le pétrole jaillisse. Avec 6 revers sur leurs 7 derniers matchs, les gars de Tom Thibodeau peinent à inverser le momentum. Le bilan est de 23 victoires pour 27 défaites et certains s’amusent à penser qu’il vaut mieux… tanker. Pas avec cet effectif, impossible. À Milwaukee, Evan Fournier a montré de belles choses en balançant 25 points, 7 rebonds, 3 assists, 1 block et 1 interception à 53% au tir dont 5/12 du parking. Accompagné d’un R.J. Barrett scoreur maladroit – 23 points à 30% au tir – le céfran n’aura pas réussi à faire flancher les champions en titre. Mais est-ce vraiment grave quand on a scoré un lay-up dos au panier ?

Il était temps que se termine ce match. Après une tentative d’assassinat de Nerlens Noel sur Giannis Antetokounmpo et un Julius Randle toujours plus en retrait, les Knicks ont finalement ployé le genou devant les bagouzés de l’an passé. Vers un bis repetita cette saison ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top