Warriors

Les frères Curry se sont lancés un défi et c’est encore Steph qui l’a emporté : les Warriors continuent de rouler sur la ligue !

Dell Curry

Il est pas fier là le papa ?

Source image : YouTube

Les Warriors poursuivent leur (très) bon début de saison en remportant leur cinquième victoire consécutive (116-96 contre les Sixers). Qui dit Sixers – Warriors dit duel de la fratrie des Curry, et les deux avaient visiblement des comptes à régler avant la prochaine réunion de famille. Spoiler, le duel fut de qualité.  

Les frères Curry se rencontraient cette nuit et, pour l’occasion, Stephen Curry a remplacé son légendaire shimy shake par un nouveau pas à mi-chemin entre le mouvement convulsif et la danse irlandaise. Premier enseignement donc, un nouveau Gif va débarqur sur votre fil d’actualité. En terme de jeu ? Les Warriors n’ont pas commencé leur match contre les Sixers comme ils l’avaient envisagé ou comme leur standing actuel pouvait le laisser suggérer, et la rencontre avait même tout l’air du traquenard qui finit en blow-out mais dans le mauvais sens. Les Sixers ont ainsi lancé les hostilités avec un avantage de 20-4 et ont même poussé l’avance à 19 points au deuxième quart-temps, mais l’une des forces des Warriors cette saison c’est qu’ils défendent comme des morts de faim et ils ont donc très vite renversé la situation en muselant tout espoir offensif de Philadelphie en se rapprochant au score, spécialement après que Jordan Poole leur envoie un espèce de missile téléguidé du logo que même les Starlight d’Elon Musk ont pu détecter. La bataille entre les frères Curry, elle, fut un match dans le match avec les deux bros qui se cherchait sans arrêt et se rendaient shoot sur shoot en se remémorant sans doute les un-contre-un dans le jardin de papa Wardell en Caroline du Nord. Finalement Steph (25 points, 10/16 au shoot et 10 passes) aura pris le dessus sur Seth ( 24 points, 8/16 au tirs et 1 rebond) pour un nombre identique de shoots tentés puisque les frères se sont donc vraiment challengés jusqu’aux ultimes minutes. Les coquins.

Après une première bataille entre les deux Cucu lors des deux premiers quarts-temps, les Warriors sont ensuite revenus la foudre de Zeus aux fesses, avec des tirs du parking en veux-tu en voilà, avec un Otto Porter Jr. qui s’improvise clutch en rentrant le 3 de l’égalisation, après quoi les espoirs de Sixers étaient bons pour les oubliettes.  En un battement de cils le lead avait disparu, puis un étirement de plus les Warriors prenaient l’avantage. A peine le temps de vérifier le boxscore d’un autre match et les Dubs s’étaient envolés, Golden State dominant Philly lors de leur traditionnel gros troisième quart pour prendre la tête, et rajoutant un petit 30-12 dans le dernier pour clore les choses avec emphase, remportant 116-96 un match dans un Chase Center en transe. Il est important de préciser aussi que Juan Toscano-Anderson (13 points, 6 rebonds 6 passes et 6/6 aux tirs) a peut-être bien lâché son meilleur match de l’année, avec en sus le type de dunk stratosphérique qui accentue cette dite transe. Des Warriors qui ont certes eu l’avantage de jouer contre une équipe des Sixers à laquelle il manquait encore Joel Embiid et Tobias Harris (est-il nécessaire de mentionner l’Australien ?), mais une victoire avec 20 points d’écart est toujours bonne à prendre pour la confiance.

C’était un effort d’équipe avant tout, avec presque tout le monde impliqué, puisque les Dubs ont distribués 32 passes décisives tout en remportant la bataille des rebonds. Les Warriors ont maintenant un bilan de 16-2 à la tête de l’Ouest, ce qui représente plus de victoires qu’ils n’en ont eu au cours de… toute la saison 2019-2020. C’est officiel, GS est bien de retour ! 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top