Sixers

Les Sixers dans la sauce : défaite après avoir mené de 26 points, dans un Game 5, à la maison, le choke est HIS-TO-RIQUE

choke sixers 17 juin 2021

Une performance rentrée immédiatement dans les annales des plus gros caca-culottes de l’histoire des Playoffs. Les Yohan Diniz Sixers.

Source image : NBA League Pass

Il y avait la remontada des Barcelonais face au PSG, il y avait les bras levés de Julian Alaphilippe, il y avait les lances-francs de Nick Anderson en 1995. Désormais ? Il y aura donc le Game 5 des Sixers face aux Hawks en demi-finale de conférence, le 16 juin 2021. Un scénario incroyable, dans un match que Joel Embiid et ses fistons auraient du gagner cent fois, mille fois, mais au final c’est par la toute petite porte que les Sixers rentrent dans l’histoire. En deux mots ? Hon, et Teux.

Tout se passait pour le mieux. Joel Embiid s’était chargé en première mi-temps de faire comprendre à Clint Capela qu’il avait beaucoup trop ouvert son gosier avant le match et lui avait posé une mixtape interdite aux moins de 18 ans, Seth Curry était devenu le meilleur Curry de la Ligue, et en face les pauvres Faucons n’y arrivaient pas. Logique respectée finalement, entre la meilleure équipe de l’Est cette saison et une jeune bande d’oiseaux déjà assurés de cocher « réussie » en face du tiret « saison 2020-21 ». Puis on parle d’un match à domicile, dans un Wells Fargo Center réputé à juste titre l’un des chaudrons les plus bouillants de NBA et chauffé à blanc cette nuit par le sonnage de cloche d’un certain Allen Iverson. Tout va donc pour le mieux, dans le meilleur des mondes, même si Tobias Harris est en galère avec son tir, même si Ben Simmons est une immense bille dès qu’il se pose sur la ligne des lancers.

L’évolution du score dans ce match ? Elle ne laisse guère de doutes à son issue, et par la même occasion à l’issue de la série. Jusqu’à 17 points d’avance dès le premier quart, car Joel Embiid possède un paillasson suisse et trône à 20 points à 8/8 au tir en dix minutes. Puis jusqu’à 26 pions d’avance au deuxième quart, parce que Shake Milton, Matisse Thybulle et Seth Curry pilonnent, parce que Joel Embiid continue son opération Caterpillar, parce que Ben Simmons est un meneur de jeu dans un corps de catcheur. 62-40 à la mi-temps, le CM des Sixers est mort de rire, logique car de match il n’y a pas. Il est 3h du matin, on s’emmerde un peu, ça arrive.

Le troisième quart ? Les Hawks se mettent enfin à scorer, John Collins est présent en défense, Trae Young chauffe un peu en attaque, mais Seth Curry, le frère de Steph Curry, le beau-frère d’Ayesha Curry, l’oncle de Riley Curry et le fils de Dell Curry scorent tour à tour. L’écart fait le yoyo mais remonte un temps à +26, il fallait taper du poing sur la table et les Sixers l’ont fait, rien à redire si ce n’est qu’on décide alors d’aller se prendre une petite douche car le 29 degrés dans le salon fait un chouïa suer. 22 points d’avance en fin de troisième quart, Doc Rivers fait sortir Ben Simmons et Connor McGregor Joel Embiid sous les vivats d’une foule conquise, en voilà une soirée qu’elle est parfaite.

Le dernier quart ? Il est parfaitement lancé par Lou Williams, Danilo Gallinari et Onyeka Okongwu, tandis que le banc des Sixers sent un peu la gastro. D’ailleurs le Lou Will on l’attendait de pied ferme, preuve à l’appui :

screen

Un trio bancal qui ne l’est donc pas, et un écart qui diminue, comme souvent finalement quand la tension retombe, comme souvent quand un match se termine avant l’heure. Il est 4h du matin, et on ne s’en fait toujours pas pour Philly. 4h02, on commence à s’en faire, petitement. Danilo Gallinari louche mais vient de scorer du parking, les Hawks sont à 11 points, et Doc Rivière doit alors relancer son duo de All-Stars. Le Process trouve une nouvelle fois en Seth Curry le parfait partenaire de crime et l’écart repasse à 15, le patron a parlé et l’addition ne tardera plus trop. 14 points d’avance à six minutes de la fin, un match qui se dispute sur un faux rythme et, spoiler incroyable : les Sixers… ne… marqueront… plus un panier du match. Lou Williams marque de loin, Joel Embiid a des gaz, John Collins marque de loin avec la planche, Joel Embiid a des fuites, les Hawks sont à 8 points. Trae Young fait craquer deux floaters, alleluia Ben Simmons met deux lancers, Clint Capela termine une action collective de niveau Spurs 2014, Joel Embiid a troué son slip, Trae Young retourne au charbon, les Hawks sont à 2 points. Trae Young ? Feinte de tir à 3-pointsl la spéciale Fouiny Babe, Matisse Thybulle n’est pas le dernier né non plus mais mord à la feinte, trois lancers, trois sur trois, les Hawks sont… devant.

Les Sixers réagiront-ils en étant menés alors qu’ils n’ont pas su garder une avance de 26 points ? Ok, lol. Danilo score, Seth Curry tire à blanc, Trae Young aussi alors Doc Rivers prend un temps-mort, et quand Doc Rivers prend un temps-mort en Playoffs vous savez très bien ce qu’il se passe (rien). Le bel italien fait faute sur Joel Embiid, Joel Embiid… rate ses deux lancers (!), lancers que ne ratera évidemment pas un Trae Young qui profitera de l’aubaine pour monter son score à 38. Le tir marqué au buzzer par Seth Curry (le seul tir en SIX minutes pour les Sixers) n’y changera rien, les Sixers viennent de se faire piétiner après avoir mené de quasiment 30 pions, à la maison, dans un Game 5 décisif.

Enorme flaque de choke déposée cette nuit par les hommes de Doc Rivers, parmi celles dont on se souviendra très longtemps. Les Sixers ? Ils sont désormais au pied du mur, et c’est tout à fait… bien fait pour eux. Le Game 6 de vendredi s’annonce incroyable, la réaction de Philly aussi, à moins que les slips locaix n’aient pas eu le temps de sécher d’ici-là.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top