Blazers

Damian Lillard paye son game winner après une fin de match de folie : 5 points de retard à 11 secondes de la fin ? Lol, Dame Time

Bague ou pas bague, on se souviendra ad vitam eternam de Damian Lillard comme d’un grand malade quand il s’agit de tuer un match ou une série. Dame nous a de nouveau fait le coup face aux Bulls, et avec un déficit de 5 points à 11 secondes de la fin le meneur a finalement lâché deux grosses bombes du parking… dont une au buzzer, histoire de dégouter tout l’Illinois. 

La série de victimes au buzzer de Lillard continue de s’allonger et les nouveaux entrants sont donc les Bulls qui, la victoire au bout des doigts, ont finalement vécu la tornade Dame Time de plein fouet, rentrant au vestiaire avec la défaite et un seum qu’on pouvait sentir jusque sur le Vieux Continent. Et à raison hein, puisque avant ça les Bulls avaient réalisé l’un des comebacks de la saison. Mené de 19 points dans le troisième quart-temps par des Blazers qui maîtrisaient la rencontre dans un sillage d’un Lillard déjà insolent en attaque, Chicago va alors lancer la révolte et revenir dans un match qui semblait perdu. Un run de 16-5 pour conclure le troisième quart et voilà les hommes de Billy Donovan revenu à sept points de Portland, notamment grâce à un très bon Lauri Markkanen qui lâche 12 points sur la période. Les Taureaux ne vont pas ralentir dans le dernier acte et c’est Zach LaVine qui prend une fois de plus ses responsabilités, scorant 12 de ses 26 points dans les douze dernières minutes dont un énorme 3-points à 30 secondes de la fin pour prendre 5 points d’avance sur les Blazers. Avec cette avance on se dit que la victoire est quasi-assurée pour les Bulls et que si ça gère sur la ligne des lancers il n’y a aucune raison de voir les Blazers revenir. Ah si, il existe une raison, et celle ci s’appelle Damien F*ck*ng Lillard. 

Donc. Onze secondes sur l’horloge, Coby White vient de faire 2/2 sur la ligne des lancers pour sécuriser l’avance de 5 points de son équipe. C’est donc le moment où Lillard met sa cape et se transforme en Dame Killer. Tout d’abord, une grosse bombe du parking (+2 Bulls) dont lui seul à le secret et que Paul George qualifierait probablement de mauvais shoot. Mais voilà, il reste seulement huit secondes et les Bulls ont la possession. LaVine récupère la balle après la remise en jeu et Gary Trent Jr. va alors se ruer sur le double-vainqueur du concours de dunk, qui n’arrive pas à trouver un partenaire, pour forcer un jumball. Il reste alors six secondes sur l’horloge, l’arbitre lance la balle de l’entre-deux et c’est Trent Jr, lui aussi très clutch, qui atteint la balle en premier et après un moment de flottement c’est… Lillard qui récupère le ballon avec trois secondes sur l’horloge. Dame Time ! Le meneur, d’un instinct naturel assez épatant, se rapproche du corner avec Markkanen sur ses côtes, enclenche un step-back de patron de derrière la ligne à 3-points, la salle (vide) retient son souffle mais trop tard, grosse ficelle, et les Blazers viennent de réaliser l’un des braquages de la saison. Une action qui rappelle d’ailleurs le buzzer beater de… Zach LaVine face aux Hornets l’année dernière quand, au fond du gouffre, l’arrière avait lâché une bombe du parking, sa treizième de la soirée, pour la victoire après une interception de dernière seconde. Cette fois-ci LaVine était dans le mauvais camp et on l’a d’ailleurs vu rentrer dégoûté au vestiaire après avoir vu le tir de Lillard traverser le filet. L’arrière des Bulls tenait pourtant un match référence de plus cette saison avec un comeback bien mené et des tirs de daron en fin de match, mais malheureusement, en face il y en avait un encore plus méchant et qui ne cesse d’épater dans les fins de match, et ce depuis ses premières années NBA (coucou les Rockets). Lillard finit la rencontre avec 44 points, dont 8 réussites à 3-points, 9 assists et 4 rebonds, son onzième match en dix-huit rencontres à plus de 30 points. La déception est énorme pour les Bulls car ils avaient l’occasion de mettre fin à une série de deux défaites mais, néanmoins, Zach LaVine a encore montré qu’il mérite plus que tout le monde sa première étoile, avec une nouvelle grosse performance.

Damian Lillard agrandit donc sa collection de buzzer-beaters du futur et sa compilation clutch de fin de carrière risque de faire partie des meilleures dans l’histoire de la Ligue. Nouvelle victime du Dame Time, les Bulls avaient la victoire en main mais n’ont pas su conserver la balle quand il le fallait. Une punition très dure pour un groupe qui a besoin de victoires références pour pouvoir grandir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top