Old-School

Flashback : le 8 novembre 1994, les Knicks remontaient 20 points d’écart contre les Lakers, vraiment une autre époque

Pause NBA oblige, on a le temps pour aller jeter un petit coup d’œil sur les matchs qui ont marqué les dernières décennies de la balle orange. Petit exemple avec ce 8 novembre 1994 où Knicks et Lakers se sont livrés un duel de haute volée avec une issue longtemps incertaine. 

Non, vous ne rêvez pas, nous avons osé mettre grosse performance et Knicks dans la même phrase. Certains parleront de blasphème, d’autres n’auront tout simplement pas connu cette belle époque où le Madison Square Garden était une terre de beau jeu. Forcément, puisqu’ils n’étaient pas nés. Toujours est-il qu’en ce 8 novembre 1994, c’est une grosse équipe de New York qui reçoit des Lakers toujours en transition après le départ de Magic Johnson et des autres cadres. Sur le papier, les purple and gold sont loin d’être une équipe en carton (Vlade Divac, Cedric Ceballos, Eddie Jones, Nick Van Exel) mais c’est aussi un groupe jeune qui apprend à se connaître. En face, les Knicks ont déjà de l’expérience et des années à jouer ensemble, notamment le trio de leaders (Pat Ewing, John Starks et Charles Oakley). Pour les accompagner l’ancienne idole des Mavs, Derek Harper, et la pépite éphémère des Clippers, Charles Smith. On remarquera sur le banc la présence des jeunes Monty Williams (hello les Suns) et de Gregg Anthony, père de Cole, le tout chaperonné par le légendaire Pat Riley.

C’est donc en grand favori que les locaux abordent ce match et pourtant, ils sont cueillis à froid par les jeunes angelinos et un Nick Van Exel en éruption à longue distance (26 points dont 5/8 de loin). Cedric Ceballos, leader d’attaque maladroit (6/22) réussit néanmoins lui aussi à remplir sa ligne de stats (22 points, 14 rebonds) et les Lakers mènent de 20 dès le second quart-temps. C’est le moment choisi par Pat Riley pour secouer son groupe et le résultat se fait rapidement sentir. Portés par John Starks (23 points dont 15 dans le seul troisième quart-temps) et Pat Ewing (24 points, 9 rebonds), New York grignote son retard et il n’y a déjà plus que sept points à la pause. Un troisième quart particulièrement offensif (43-33 pour les Knicks) permettra de prendre enfin la tête dans ce match finalement remporté de 4 petits points.

Retour sur le gros come-back des Knicks contre les Lakers en ce 8 novembre 1994. Certes, il ne s’agissait pas des Bulls, des Rockets ou du Magic en face mais New York a su montrer des grosses ressources mentales pour retourner un match qui était bien mal parti. On ne parlera pas d’une affiche de légende mais au moins d’un match qui rend ta fanbase fière, voire qui te permet de l’agrandir. Si certains fans se reconnaissent, n’hésitez pas. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top