Los Angeles Clippers

Les Clippers font le taf et terminent Dallas au Game 6 : 111-97, premières demi-finales de Conférence depuis… cinq ans !

Il fallait finir le boulot, proprement, pour s’offrir le droit de gravir une marche de plus vers l’objectif avoué : le titre suprême. Ce ne fut pas toujours facile, ce fut parfois même vachement tendu, mais ça y est les Clippers y sont. Demi-finales de conférence validées, mais cette série face aux Mavericks n’aura pas été de tout repos.

La dernière fois que les hommes de Doc Rivers – oui, c’était déjà lui – ont réussi la performance de se qualifier pour des demi-finales de conférence ? C’était il y a cinq ans, à l’issue d’une série phénoménale face à des Spurs alors champions en titre, à l’issue d’un Game 7 finalement remporté par un Chris Paul plus clutch que jamais et un Blake Griffin qui s’accroche un peu trop au filet mais on ne dira rien. La suite sera… spéciale, avec une défaite face à des Rockets survitaminés, car à l’époque Lob City état avant tout une franchise de losers. Cinq ans plus tard ? La lose n’est plus, merci dans un premier temps au duo Montrezl Harrell / Lou Williams, incroyable la saison passée, mais merci surtout à Kawhi Leonard, lequel à ramené en Californie son flegme légendaire et surtout sa capacité devenue avérée à gagner partout où il passe.

Constat validé donc cette nuit, avec cette qualif pour les demis grâce à un Game 6 globalement maîtrisé, grâce à un Kawhi Leonard une fois de plus exceptionnel, mais pas grâce à un Marcus Morris une fois de plus imbuvable. Un début de match équilibré avec des Mavs qui s’accrochent, une fin de premier quart rythmée par l’exclusion de Momo, et Luka Doncic qui se met tranquillement en route, car le salut ne viendra apparemment pas ce soir de… Tim Hardaway Jr., terriblement bourré et forcément terriblement maladroit (4/15 au final dont 2/11 du parking). A la mi-temps les Clippers sont devant de six petits points mais vont très vite passer au dessus des dix avec un premier run de reprise, et à partir de là ce sera la course à l’exploit pour les hommes de Rick Carlisle. Une course à l’exploit évidemment orchestrée par Luka Doncic, dans un dernier sursaut d’orgueil, lequel ira chercher ce soir une nouvelle ligne de stats historique pour un gamin de son âge. Une deuxième mi-temps à 100 à l’heure, un 38/9/9 au final et l’envie de faire un gros câlin d’amour à un mec qui pourrait très vite venir causer dans un bon paquet de classements all-time. Luka superstar donc, mais un Luka surtout superseul, qui verra notamment Kawhi Leonard le renvoyer avec calme vers l’Île aux Enfants. Une nouvelle mixtape de la force tranquille de l’Ouest, 33/14/7/5/bang-bang, un match de MVP, le match qu’il fallait pour driver les Clippers puisque ses lieutenants habituels dévissaient et laissaient plutôt leur place cette nuit aux role players Ivica Zubac, Reggie Jackson et JaMychal Green, tous auteurs d’un gros match, dans leurs rôles bien à eux, bref… des role players quoi.

Le score final ? 111-97, et des mavs qui n’auront finalement pas su combler l’absence de Kristaps Porzingis sur cette fin de série. Côté Clippers on avance et c’était la moindre des choses, alors que pour Dallas la sortie pourra être accompagnée de bravos tant Luka Doncic et ses p’tits potes auront offert une belle résistance à la grosse machine de guerre de Doc Rivers. Et vous savez quoi ? Si on refait la même série dans un an, à armes égales comme dirait El Matador, et bien… on pourrait avoir des surprises.

stats Clippers Mavericks 31 août 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top