Nuggets

Mes chers parents je Bol : grosse sortie de Bol Bol pour les Nuggets, un air de Sardou dans la tête, cette pré-saison s’annonce magnifique

Il restera comme la première belle surprise de cette étrange reprise. Pas un seul match de joué cette saison pour Bol Bol et le voici parachuté titulaire… au poste 3, du haut de ses 2m18. Le début de l’histoire est original, et la suite est est délicieuse.

Bienvenue en 2020, douce époque où un ailier peut chatouiller les sept pieds. Un palier que Bol Bol a franchi allégrement puisqu’il mesure 2m18, dans la lignée d’un daron de 2m30 qui martyrisa jadis la NBA grâce à ses contres et ses… paniers à 3-points. Ceci explique sans doute cela, et vous allez vite comprendre. Bol Bol donc, attendu très haut à la dernière Draft mais sélectionné par les Nuggets à la… 44ème place en raison d’un dossier médical flippant, Bol Bol qui n’a pas joué une seule minute de la saison car c’était sans doute un peu tôt, et Bol Bol que Mike Malone a donc décidé d’envoyer au charbon… dès l’entre-deux. Il faut dire que la situation s’y prêtait avec les absences de Jamal Murray, Gary Harris, Torrey Craig, Will Barton et Monte Morris, et pour pallier le manque d’extérieurs c’est donc au poste 3 que le gigantesque bâton a débuté sa « carrière » NBA. Un starting five incroyable avec quasiment cinq postes 5 titulaires, et un double Bol qui prouvera rapidement que le choix du coach était le bon, si tant est qu’il ait eu le choix.

Très vite Bol Bol déploie ses ailes, pose de la crêpe à droite et à gauche, car avec Bol Bol sur le terrain sachez que vous ne serez jamais tranquille. Mais là où tout ça devient intéressant c’est que le gamin ne se contente pas de mettre des gifles. Remonter la balle en dribble let’s go car rien ne lui fait peur, prendre une flopée de tirs à 3-points pourquoi pas car c’est la mode, en rentrer quelques uns histoire de ne pas passer pour un croqueur, puis finir les actions au cercle, parfois sur des deuxièmes chances facilitées par sa taille de girafe. Ce premier match aura vu un bel effort de Troy Daniels dans le rôle du seul petit du roster, une expérimentation de Nikola Jokic à la mène, mais également et surtout la naissance de Bol Bol, plus d’un an après son arrivée officielle dans le monde des adultes du basket.

Nul ne sait – à part Mike Malone – si cet essai sera reconduit, mais un petit 16/10/6 des familles n’est en tout cas pas passé inaperçu, c’est une certitude. A suivre, mais dans le genre « de très près ».

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top