Warriors

Les Warriors voulaient trader Stephen Curry et Klay Thompson contre Chris Paul en 2011 : il existe donc un monde où les Pels sont champions NBA

Stephen Curry Klay Thompson Golden State Warriors

Une poignée de main qui vaut trois bagues.

Source image : YouTube

Les Splash Brothers ont été dans plusieurs rumeurs de trades avant leur arrivée au sommet, Stephen Curry vers Milwaukee en 2012, Klay Thompson vers Minnesota en 2015 et d’autres encore. Mais celle qui vient d’être dévoilée récemment par Ethan Strauss dans son nouveau livre est peut-être la plus folle.

10/10 sur l’échelle des what if, voici la note que l’on a envie de donner à cette information tant elle aurait pu changer le visage de la NBA. Chris Paul dans la Baie d’Oakland, Stephen Curry et Klay Thompson en Louisiane, ça paraît totalement fou presque dix ans après, mais replaçons-nous dans le contexte afin de comprendre cette rumeur. En 2011, CP3 est probablement l’un des quatre meilleurs meneurs de la Ligue avec des garçons comme Derrick Rose, Deron Williams et Tony Parker. Le Chef lui est un jeune qui n’a connu que deux saisons en NBA, où il a certes montré de grosses promesses – 18 points de moyenne sur ses deux premières saisons – mais aussi une certaine fragilité notamment aux chevilles. L’autre Splash Bro, quant à lui, vient d’arriver en NBA et n’a été sélectionné qu’en onzième place de la Draft. Lorsqu’on se replace donc dans le contexte de l’époque, on comprend pourquoi Golden State a tenté sa chance avec New Orleans pour récupérer Paul, qui voulait partir des Hornets, aujourd’hui Pelicans. Les deux équipes étaient même d’accord, mais toujours selon Ethan Strauss, la partie qui a annulé cet échange n’est autre que le Point God. En effet, ce dernier ne voulait pas jouer pour les Warriors et a fait comprendre à ces derniers qu’il ne comptait pas prolonger chez eux à la fin de son contrat, ce qui a poussé les Guerriers de Golden State à annuler leur offre. Avec le recul, toute la fan-base californienne peut remercier le meneur actuel du Thunder.

Maintenant, penchons-nous plus en détails sur ce what if et commençons par imaginer Chris Paul avec les Warriors. Spoiler, c’est le moins intéressant. Draymond Green ou encore Harrison Barnes n’ayant pas encore débarqué dans la Baie, CP3 aurait pu faire partie d’un trio avec le feu follet Monta Ellis et l’intérieur technique David Lee. Il aurait également pu se reposer sur un vétéran, Richard Jefferson, et sur un numéro 1 de Draft… Kwame Brown (non on déconne). Une équipe sympathique en somme mais pas exceptionnelle loin de là, bien qu’elle aurait pu devenir dangereuse si renforcée par les deux joueurs cités en début de paragraphe. Du côté de New Orleans, c’est un autre délire. Si dans un premier temps les Splash Brothers auraient été entourés par des bons joueurs comme Eric Gordon, Chris Kaman, Trevor Ariza ou encore Marco Belinelli, c’est bien à la Draft suivante qu’aurait pu se former un véritable monstre à trois têtes. Rien ne dit que ce scénario se serait réalisé avec Curry et Thompson à bord mais les Hornets – privés de CP3 transféré à Los Angeles en décembre 2011 – ont fini à la dernière place de l’Ouest à l’époque et ont eu la chance de récupérer le premier choix de la Draft 2012, un certain Anthony Davis. Un Big 3 avec le backcourt le plus dominant de la décennie et un intérieur qui peut prétendre au même titre dans la raquette, sur le papier, c’est quelque chose. Et si Davis avait déjà été pris dans le cas où les Hornets n’auraient pas eu le premier choix, il restait des joueurs tels que Bradley Beal, Damian Lillard, Andre Drummond, Draymond Green ou Khris Middleton dans cette Draft. Et même sans aucun d’entre eux, depuis dix ans, les deux fous ont montré qu’ils pouvaient représenter la base d’une équipe championne NBA.

Il y en a plein des transferts qui auraient pu changer le visage de la Ligue, mais celui-là est tout de même assez exceptionnel. À un Chris Paul coopératif près, la dynastie des années 2010 aurait pu se monter loin de Golden State.

Source texte : « Victory Machine » – Ethan Strauss

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top