Bulls

Tout est bien qui finit bien : Luol Deng signe chez les Bulls et prend sa retraite dans la foulée

Luol Deng

Son seul et vrai maillot, point barre.

Source image : YouTube

C’est une mode de plus en plus appréciée par ceux qui souhaitent définitivement quitter les parquets. Revenir là où ils sont censés être, afin de bien terminer leur carrière. Luol Deng, inoubliable à Chicago, a décidé de prendre sa retraite en signant un dernier deal avec les Bulls.

Paul Pierce côté Celtics, Amar’e Stoudemire chez les Knicks, Glen Davis chez Flunch, nombreux sont les exemples de ces dernières années qui nous font chaud au coeur. Il faut aussi dire ce qui est, on est bouleversés chaque fois qu’on voit des copains comme Tony Parker (Hornets), Hakeem Olajuwon (Raptors) ou Steve Nash (Lakers) partir sous le mauvais maillot. Et au contraire, on est admiratifs lorsqu’on voit des légendes comme Dirk Nowitzki (Mavs) ou Kobe Bryant (Lakers) nous quitter dans la tenue la plus parfaite qu’il soit. Du coup, chacun part à sa façon, et certains ont eu la bonne idée de retourner dans leur vrai nid, celui qui leur correspond le mieux. Luol Deng ? Passé par les Cavs, le Heat, les Lakers ou encore les Wolves pour ne citer qu’eux, l’Anglais a toujours été affilié à la franchise de Chicago. Deux fois All-Star, membre de la fameuse team de 2011 avec Derrick Rose le MVP, Deng ne peut être mis de côté s’il faut prendre une photo des Bulls de ces 15 dernières années. Alors certes, le registre du bonhomme n’a jamais été flashy, on parle d’un ailier qui savait tout très bien faire sans exceller dans un ou deux domaines en particulier, mais quelle efficacité et quelle aisance. Coéquipier modèle, toujours prêt à défendre sur le meilleur ailier adverse, tenace au rebond, doué en isolation et absolument létale à mi-distance, Luol était ce complément parfait pour une équipe souhaitant viser le titre. Malheureusement, comme nombreux de ses partenaires sous Tom Thibodeau, il n’y aura pas eu de bague au bout. Mais tant pis, et quelque part on ne retient pas cela lorsqu’on parle de Deng. La classe et l’exemplarité, voilà ce qui vient en premier.

“Nous sommes très heureux et touchés de voir Luol Deng prendre sa retraite en tant que membre des Chicago Bulls,” a indiqué Michael Reinsdorf. “Il fût un exemple sur comme en dehors des terrains pendant ses 9 années passées à Chicago, et il a tout donné pour nous aider à gagner. J’aimerais remercier Luol non seulement pour ce qu’il a accompli sur les terrains en équipe, mais aussi pour le leadership qu’il a montré dans ses différentes actions philanthropiques.”

Luol n’aura probablement pas son maillot retiré à Chicago, faut pas déconner non plus, mais lorsqu’on se penche sur les statistiques de l’histoire des Bulls, on ne peut nier le fait que Deng est placé bien haut grâce à sa longévité dans l’Illinois. Points, saisons, matchs joués, minutes, tirs rentrés, rebonds, interceptions, contres, lancers tentés et rentrés, l’ailier est dans le Top 10 statistique de la franchise. Ce n’est pas rien, on parle pas du FC Branleurs par ici. Ce qu’il sera intéressant de voir, par la suite, c’est évidemment l’investissement de Luol dans le basket d’une manière générale. D’origine soudanaise, avec une aventure fabuleuse qu’on vous conseille de checker, le géant souhaite depuis longtemps oeuvrer au développement du basket, en Angleterre comme en Afrique. Via différents camps et autres événements promouvant la jeunesse, il y a de bonnes chances pour qu’on croise Deng avec un polo étiqueté NBA dans les années à venir. Et si on le voit ? On lui dira ce que la plupart des fans des Bulls lui diront, du fond du coeur. Merci pour cette manière d’aborder le boulot, cette exemplarité au quotidien, ce don de soi pour les autres, cette attirance pour la substance plutôt que le style, et tout ça sans manquer un jour de taf sauf si le staff médical de Chicago y met du sien.

Une retraite parfaitement méritée pour Luol Deng, après une bonne quinzaine d’années passées en NBA, en voilà un qu’on peut applaudir pour tous ses efforts. Dans la liste des gentlemen de la Ligue, difficile d’aller chercher le british aux mains d’argent.

Source : NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top