Pacers

Les salaires des Indiana Pacers pour la saison 2019-20 : on n’est pas du genre à dépenser à tout va chez les paysans

Salaires Indiana Pacers

Les finances sont plutôt saines du côté d’Indy. Les Pacers sont collectifs même dans les chiffres.

Source image : montage via CC0 Public Domain via www.publicdomainpictures.net

S’il y a eu des changements importants durant l’intersaison chez les Pacers, la situation financière d’Indiana reste plutôt propre, pour le plus grand bonheur des comptables de la franchise. Pas de folie, pas d’argent jeté par les fenêtres, ce n’est pas le genre de la maison. 

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

Afin de bien comprendre les salaires et types de contrats distribués, nous vous rappelons que vous pouvez accéder aux définitions des options, en cliquant sur les liens ci-dessous :

___

Situation financière par rapport au cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 132,627,000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 109,140,000$ cette année.
  • Avec 114,591,944$ prévus contractuellement cette saison, les Pacers sont dans une situation financière plutôt saine, légèrement au-dessus du Salary Cap mais bien loin de la Luxury Tax. On ne fait pas n’importe quoi avec l’argent dans l’Indiana. Pour la forme, sachez que les Pacers sont limités par un hard cap à 138,928,000$ suite au sign & trade de Malcolm Brogdon,
  • Quand on regarde le tableau des salaires à Indiana, on se rend compte qu’il n’y a pas vraiment de contrats XXL dans le lot. Le plus gros salaire de l’équipe ? Le All-Star Victor Oladipo avec « seulement » 21 millions par an. Alors oui, avec le départ de plusieurs éléments importants (Bojan Bogdanovic et Thaddeus Young notamment), les Pacers ont utilisé leur cap space pour dépenser des sous cet été. Ils ont recruté Malcolm Brogdon (85 millions sur quatre ans) et Jeremy Lamb (31 millions sur trois ans), tout en accueillant le salaire de T.J. Warren dans un trade (encore trois ans de contrat pour 35 millions), mais on est bien loin de certaines folies que l’on peut voir parfois durant l’été. Avec l’extension de Myles Turner l’an dernier, Indiana possède un noyau dur de cinq joueurs pour environ 80 millions de dollars sur la saison 2019-20, et qui est en plus sécurisé sur plusieurs années sans véritable augmentation.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante : 8

  • Victor Oladipo
  • Malcolm Brogdon
  • Myles Turner
  • T.J. Warren
  • Jeremy Lamb
  • Doug McDermott
  • Goga Bitadze
  • Edmond Sumner
  • Comme dit plus haut, les Pacers possèdent une bonne base pour les années à venir avec pas moins de huit joueurs qui sont sous contrats garantis pour la saison 2020-21. Alors évidemment, dans ce groupe, on a des jeunots qui n’ont encore rien prouvé comme le rookie Goga Bitadze et le guard Edmond Sumner mais le reste, ce sont des gars qui sont en pleine force de l’âge et qui joueront des rôles importants à Indiana. Victor Oladipo, Malcolm Brogdon, Jeremy Lamb et Doug McDermott ont ou vont avoir 27 ans, T.J. Warren a 26 ans, tandis que Myles Turner n’a que 23 piges mais possède déjà quatre années d’expérience en NBA. Intéressant tout ça. Maintenant, on attend encore la prolongation de contrat de Domantas Sabonis, pour l’instant destiné à devenir agent libre restrictif en 2020.

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Malcolm Brogdon : la grosse recrue de l’été, c’est lui chez les Pacers. Auteur d’une belle saison à Milwaukee l’an passé, Brogdon n’a pas été prolongé par les Bucks, qui avaient d’autres mecs à signer. Résultat, le solide guard a décidé d’amener ses talents dans l’Indiana dans le cadre d’un sign & trade avec un contrat de quatre ans et 85 millions de dollars. Brogdon va succéder à Darren Collison et Cory Joseph, qui ont géré la mène la saison dernière, et il pourrait bien faire des dégâts aux commandes de l’équipe dirigée par Nate McMillan.
  • Domantas Sabonis : joker de luxe l’an dernier en sortie de banc, le prometteur Domantas Sabonis aura un nouveau rôle cette saison suite au départ de Thaddeus Young. Direction le cinq de départ avec une place de titulaire sur le poste quatre aux côtés de Myles Turner, une expérience qui laisse d’ailleurs pas mal de gens perplexes. Mais on connaît le talent du bonhomme et à 23 ans, il devrait continuer son ascension. De plus, il faut dire que Sabonis est dans une situation contractuelle particulière car comme dit auparavant, l’intérieur lituanien est parti pour être agent libre restrictif dans un an. Une prolongation de contrat peut toujours arriver avant la date limite du 21 octobre mais à l’heure de ces lignes, toujours rien.
  • Justin Holiday : le frère de Jrue et d’Aaron vient tout juste d’arriver dans l’Indiana, où il retrouvera son jeune frangin. Durant l’intersaison, Justin Vacances a signé un contrat d’une année avec les Pacers et va donc essayer de prouver qu’il peut vraiment apporter une contribution solide à Indy, en particulier sur le plan défensif. Il reste sur une campagne à 77 titularisations du côté de Chicago et Memphis, pour des moyennes de 10,5 points en presque 32 minutes par match. Son rôle sera plus limité chez les Pacers car il sortira du banc mais il peut être important dans le collectif d’Indiana. Et pour info, à 30 ans, Holiday est le joueur le plus âgé de l’effectif. Oui oui.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top