Knicks

Les salaires des New York Knicks pour la saison 2019-20 : rappelons que Joakim Noah touchera encore 6 millions par an jusqu’en 2022

Salaires New York Knicks

On peut clairement dire qu’il se met bien.

Source image : YouTube

Qui dit nouvelle saison dit nouveaux chèques à faire tous les 30 du mois, et à ce petit jeu-là le comptable des Knicks ne s’en sort pas trop mal. A un Joakim près, qui touchera encore son chèque tous les mois pendant trois ans, un chèque que les mecs ne savent même plus où envoyer tellement Jooks est désormais loin de New York.

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

salaires Knicks

___

Situation financière par rapport au cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 132,627,000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 109,140,000$ cette année.
  • Avec 112,598,829$ prévus contractuellement cette saison, les Knicks sont dans les clous, plutôt logique compte tenu d’un bon fit entre joueurs confirmés et jeunes pépites pas encore dans leur prime. Allez, tout va bien, on va pouvoir taffer sereinement.
  • le quatuor de postes 4 confirmés prendra un chèque à huit chiffres cette saison, et derrière chacun voit midi à a porte. Pas de contrat poubelle à part évidemment un Jooks qui se met bien (voir plus bas), un Bullock dont le salaire a été revu à la baisse après la visite médicale, et plus globalement des questions qui se poseront dans quelques mois en fonction des progrès – ou non – et des prétentions des jeunes stars montantes de la franchise. Comptes propres, pour l’instant.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante :

  • Julius Randle
  • R.J. Barrett
  • Ignas Brazdeikis
  • A New York on voit le court-terme, et on attendra donc quelques mois avant de mettre la charrue devant les boeufs. Randle validé pour deux ans, ce sont plutôt les cas de Bullock, Ellington, Payton et surtout Mitchell Robinson qui seront sur la table l’été prochain puisque leur saison 2020/21 n’est pas garantie. Team option sur les cas Ntilikina, Knox, DSJ et Portis, autres joueurs qui devront faire leurs preuves pour montrer qu’ils peuvent faire partie du projet.

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Julius Randle : seul « leader » (avec R.J. Barrett) des Knicks signé pour plus d’un an garanti, l’empereur Julius va pouvoir faire son taf tranquillement, sans pression. Les chiffres seront là, au minimum, et si l’intérieur survitaminé vient à exploser dans une franchise au sein de laquelle tout peut justement arriver… on pourra alors commencer à parler de très gros sous. Typiquement le genre de joueur capable de fulgurance, et faut dire que quand t’as 37 millions qui vont tomber dans les deux ans ça permet de jouer sereinement au basket.
  • Bobby Portis : le meilleur ami de Nikola Mirotic a trouvé un défi à la hauteur de sa folie. Les 15 millions sont généreux pour cette année, mais ona déjà vu par le passé que dans un contexte un peu WTF l’homme aux yeux globuleux était capable de cartonner. Il le faudra en tout cas pour que les Knicks se sentent d’attaque pour poursuivre l’aventure la saison prochaine, lors d’un été où il faudra également se poser les bonnes questions avec les jeunes de la franchise. Allez Bobby, fais-nous rêver, et va chercher l’oseille.
  • Joakim Noah : comment ne pas finir avec l’escroc le plus évident de New York cette saison. Ancien DPOY et All-NBA First Team, Joakim Noah a clairement mérité ce salaire, sauf qu’il en aura au bout du compte touché l’intégralité sans jamais – ou presque – n’avoir joué pour les Knicks. Dindons de la farce, cons du jour, appelez-les comme vous voulez mais notre bon Jooks a tout du voleur parfait. 6 millions et des bananes cette saison, la même l’année prochaine et celle d’après, c’est ce qu’on appelle le braquage le plus swag de ce début de siècle. Prends ça Mesrine.
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top