Bulls

Les Bulls coupent Antonio Blakeney : Antoine Genounoir a désormais un point commun avec Carmelo Anthony

Antonio Blakeney

Avoir un nom marrant, ça ne suffit pas toujours.

Source image : Youtube

Les Bulls avaient jusque-là seize contrats garantis et devaient donc se séparer d’un joueur avant le début de la saison. Et c’est donc l’arrière Antonio Blakeney qui n’a pas passé le cut et qui se retrouve sans contrat à quelques semaines de la reprise. Ça sent pas très bon tout ça.

Il fallait trancher, les Bulls l’ont fait. La direction a décidé de se séparer d’Antonio Blakeney pour commencer la saison selon Shams Charania de The Athletic, coup dur pour un gars non-drafté qui avait dû cravacher pour obtenir sa place dans la Grande Ligue. Après une bonne saison chez les Tigers en NCAA à plus de 17 points de moyenne, Antonio Blakeney s’était retrouvé sans équipe au soir de la Draft 2017. Signé par les Bulls en two-way contract pour commencer, l’arrière de 22 ans avait montré des choses intéressantes au point que les Taureaux lui offrent un contrat de deux ans l’été dernier. Mais si Antoine Genounoir avait un petit rôle dans la rotation de Jim Boylen la saison dernière avec une quinzaine de minutes par match, il n’a néanmoins pas assez convaincu pour passer le cut cette saison. Retour à la case départ, mais il paraît désormais compliqué de trouver un contrat en NBA à quelques semaines du début de la saison. Blakeney devra peut-être repasser en G League via un two-way contract pour tenter de se refaire une place dans la Grande Ligue. Le garçon l’a fait une fois, alors pourquoi pas deux ?

Côté Bulls, on peut être surpris de voir la direction se séparer d’un gars qui avait quand même un temps de jeu respectable ces derniers mois. Mais il faut aussi savoir qu’il risque d’y avoir un peu de monde sur le poste 2 la saison prochaine, et Blakeney était loin d’être indispensable. Certes, il a de vraies qualités au scoring (plus de 7 points par match avec un temps de jeu assez limité), mais le garçon avait un peu de mal à se fondre dans le collectif, croquait pas mal et avait tendance à jouer un peu tout seul (0,7 assist par match pour 0,6 ballon perdu, un ratio assez dégueu). Après la draft du meneur Coby White, des gars comme Zach LaVine voire Tomas Satoransky pourraient évoluer d’avantage sur le poste 2, où figure aussi Denzel Valentine. Tous sont des joueurs plus accomplis qu’Antonio Blakeney, qui n’était donc plus du tout indispensable. En tout cas, la nouvelle est plutôt intéressante pour le Français Adam Mokoka. L’arrière a signé cet été un two-way contract et a donc un gars en moins à déloger pour accrocher du temps de jeu sur son poste. Reste qu’il va falloir qu’il s’accroche pour obtenir quelques minutes.

On le sait, le business de la NBA n’est pas toujours facile avec certains gars. Après avoir tout donné pour accrocher sa place, Antonio Blakeney se retrouve dans une position délicate juste avant la reprise. Pour retrouver une franchise, l’arrière de 22 ans va devoir montrer qu’il peut véritablement se fondre dans un collectif. À 22 ans, rien n’est encore perdu.

Source Texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top