Mondial

Coupe du Monde 2019, Day 9 : le tableau final est à moitié connu, on retrouvera donc des habitués et… la Pologne

Jean-Paul IIS

Je vous bénis, Mateusz Ponitka.

Source image : Alessia Pierdomenico I Shutterstock

On haussait encore un peu plus le ton aujourd’hui avec pour certaines nations une dernière étape à valider avant les quarts. Deux chocs, eux finales de groupe, dont l’une des deux qui nous hypaient franchement en ce dimanche pluvieux. Allez, récap rapide, et demain on passe en mode bleu-blanc-rouge.

En partant du principe que l’on a volontairement zappé les chocs entre la Chine et le Nigéria (quoique), l’Angola et la Tunisie ou encore la Corée et la Côte d’Ivoire, passons rapidement sur le « vrai » menu du jour, celui des matchs opposant des équipes qui jouent avec plusieurs systèmes et qui savent attaquer une press tout terrain. Dans le premier choc de la journée ? Les Argentins n’ont fait qu’une bouchée de Polonais dont l’objectif principal était de toute manière déjà atteint. Revenus à moins de dix points en début de troisième quart, les joueurs de Mike Taylor vont finalement prendre un éclat monumental et voir le match filer inexorablement, face à une Argentine bien lancée par Marcos Delia et drivée par la suite par l’inusable Luis Scola, 72 ans mais toutes ses dents.

Dans le second match de la journée, on attendait de voir comment les Serbes agiraient pour leur premier vrai test du Mondial, et on a vu, et on a été déçu. Bogdan Bogdanovic a tenu son rang mais Nikola Jokic a pété un plomb, les Espagnols ont – encore – été les plus malins et s’en sortent finalement assez aisément grâce à un gros match du duo de NBAers Rubio – Gasol. Au bénéfice de cette victoire utile la Roja affrontera donc la Pologne en quarts (mardi à 15h) alors que les Serbes ont gagné le droit avec cette défaite d’aller défier les Argentins (mardi à 13h).

Le MVP du jour : Ricky Rubio

Il fallait nous le dire hein, que Ricky Rubio avait ingéré Chris Paul et Reggie Miller avant la compétition. Premier constat, ça fait tout drôle et ça rend vieux de voir le garçon en leader vétéran accompli alors qu’on a quand même suivi ses débuts quand il n’avait alors que… 15 ans. La claque. Sur ce Mondial ? Le nouveau meneur des Suns assure, et son match du jour n’en est qu’une preuve supplémentaire. Incisif sur ses drives dans l’axe ou ligne de fond, adroit de loin et auteur de quelques gros tirs à des moments bien opportuns, Rubio a tout simplement géré les Serbes au rythme que lui avait décidé de dicter. 20 points, 5 rebonds et 4 passes, masterclass en gestion, vraie performance en attaque ET en défense, le genre de Ricky qui risque d’emmerder encore pas mal de monde en Chine, surtout quand on sait que lorsqu’il souffle cinq minutes, c’est… Sergio Llull qui rentre à sa place. Relou.

Le programme de demain (uniquement le vrai basket) :

  • 10h30 : Grèce – République Tchèque
  • 14h : France – Australie
  • 14h30 : États-Unis – Brésil

Argentine – Serbie et Espagne – Pologne, voici donc les deux premiers chocs de ces quarts de finale. On part sur un combo France – République Tchèque et Team USA – Australie pour compléter le tout ? Parce qu’on avoue qu’on a notre petite préférence hein.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top