Dossiers NBA

Le tampering, ce nouveau mal qui ronge la NBA : les meilleures techniques de TrashTalk pour le contourner intelligemment

Vous verrez, ça passe crème.

Source image : YouTube

Depuis quelques années, c’est un terme qui revient sans cesse dans nos fil d’infos. Le tampering. Le tampering, c’est le fait de tenter d’attirer un joueur dans vos filets alors que la date du jour ne vous le permet pas. This is the law comme dirait l’autre. Sauf que d’annonces en annonces et d’amendes en amendes, les GM et joueurs de la Ligue ont appris avec le temps à user de toute leur malice pour faire de l’œil aux plus grandes stars, le plus discrètement possible bien sûr. En cette fin de Free Agency, nous avons rassemblé pour vous les meilleures techniques de bâtards pour aimanter la star de vos rêves, le tout sans être pris par la patrouille bien sûr. Et si jamais la police du tampering vous arrête, please, faîtes comme si on ne s’était jamais rencontré, puisque ce papier s’auto-détruira dans 24h.

Un bon tampering dans les règles de l’art c’est :

  • Se marier avec la femme de ses rêves, jusque-là rien d’anormal, mais en profiter pour inviter à la fête tous les free agents dont vous rêvez. Vous mettez tout ça en table d’honneur et vous rincez allègrement de champagne et de petits fours, au nom de l’amour bien sûr.
  • Privilégiez Snapchat et son caractère éphémère. Tous les messages passent, du moment que ce n’est pas vous sur la vidéo. Une simple plainte pour vol de votre téléphone suffira à vous sortir du pétrin.
  • Utilisez un messager. Petit Gavroche qui court le billet ou pigeon voyageur ultra-entraîné c’est selon, mais pensez également à mettre des gants au moment de la remise du petit mot à votre passeur. Pour les empreintes, c’est important, on l’a vu dans Section de recherche.

pigeon

  • La réplique grandeur nature de la pancarte Hollywood ira très bien dans le jardin de Bradley Beal, non ? Colis anonyme évidemment, on se préserve.
  • Utiliser un autre nom dans ses déclarations dans la presse : « avec son mono-sourcil et ses immenses qualités, John Lennon serait un parfait renfort pour les Lakers ».
  • Ignorer les amendes. Après tout quand t’es blindé, c’est pas un chèque de 50 000 qui va te faire boiter.
  • Parler en morse. Mip. Miiiip. Mip mip. Mip. Mip mip mip. Miiiiiiiiiiip. Pascal Siakam ? Tss tss, miiiiiiiiiiip.
  • Parler en langage des signes.

Florent Pagny

  • Utiliser 2K comme soupape : « j’ai joué avec les Hawks hier et j’avais recruté Buddy Hield, bah mine de rien le mec s’entend bien avec Trae Young sur le terrain, hum hum je dis ça je dis rien ».
  • Se faire un tatoo du mec en question. Là faut vraiment le vouloir, et t’as l’air super con si t’es GM des Wolves et que la tatoo en question c’est la tête de Jimmy Butler.
  • Utiliser la négation dans ses interviews : « j’avoue que Klay Thompson chez nous ce serait moyen, il nous faudrait plutôt un vrai shooteur »
  • Appeler son fils Kawhi, technique ultime de mec fragile.
  • Se faire passer pour un auditeur sur une radio libre. Tu t’appelles Kevin, t’as 16 ans et ton rêve le plus cher serait de voir Blake Griffin revenir à Los Angeles. Par contre Doc, pour un mec de seize ans… ta voix rauque vient de te trahir.
  • Tourner un film l’été, au hasard Space Jam, et en profiter pour retrouver tout un tas d’autres mecs sans éveiller de soupçons. Et tant pis si le film est une daube.
  • Utiliser la Draft du All-Star Game pour ne prendre que des free agents dans son équipe. Quoi ? Non… Ne me dîtes pas que… Il a osé ?
  • Se trouver des passions bizarres mais crédibles, parce qu’après tout on fait ce qu’on veut non. Kevin Durant au club de bridge avec Jayson Tatum on y va en courant, on a même vu Ben Simmons accompagner Stephen Curry à un tournoi de Yu-Gi-Oh.

Yu-Gi-Oh

  • Faire pratiquer le basket à ses enfants et leur faire porter le maillot de Russell Westbrook. « Il est juste fan du gars, en même temps il a de quoi, hop un petit clin d’œil ». Attention, il faudra juste expliquer aux autres parents pourquoi le petit ne joue que pour ses stats.
  • Utiliser son sponsor pour faire une pub commune. Allo Nike, organise moi une collab Wiggins x Kevin Love, comment ça ça ne se vendra jamais ?
  • Prendre en photo sa partie de scrabble avec sa mamie. « Bah mon petit Bronbron pourquoi tu as écris « Anthony – Los Angeles » ? Les noms propres sont interdits tu le sais bien ». Quel plaisir de voir que malgré le star-system les joueurs NBA restent très famille.
  • Demander a son pote rappeur de faire une phase sur une connexion. Si Drake avait dit « oh le shoot de Kawhi » dans un son, la donne serait peu-être différente aujourd’hui.
  • Faire de son GM (ou d’un GM adverse) le parrain de son gosse. Simple et efficace.
  • Faire opter à votre progéniture une LV2 grec moderne et option grec ancien. « Mon fils est particulièrement friand de feta, c’est ce qui a motivé son choix ».
  • Créer un compte « DraymondGreen fan » et relayer des fausses infos pour le pousser à aller jouer dans son équipe. « James Harden aurait annoncé qu’il ne supporte pas Russell Westbrook ».
  • Acheter une résidence secondaire juste à côté de votre cible et organiser une fête des voisins. Aaaaalleeeez viens boire un p’tit coup à la maison, y’a du blanc, ya du rouge du saucisson.

fête des voisins

  • Faire tourner 2k avec des transferts aléatoires jusqu’à ce que la connexion se fasse, et en faire la remarque sur les réseaux sociaux. On peut même faire intervenir un gamer connu qui fait la carrière 2k et répand l’idée depuis Twitch.
  • Payer Fortnite pour qu’ils fassent un skin avec un joueur qui a un sourcil et qui est habillé en jaune.
  • Les NBPA awards. Pas besoin de blague de plus.
  • Être un joueur des Raptors et s’acheter un cactus parce qu’on veut jouer chez les Suns… Exemple annulé en fait.
  • Aller à un match de base-ball. Parce que tout le monde se fout du baseball.
  • Emprunter à Hermione sa machine à remonter dans le temps pour venir discuter tranquillement avec son crush des parquets.
  • Inscrire son fils dans la même université que le All-Star a fréquenté. S’ils se croisent au détour d’un match, c’est uniquement pour supporter l’équipe. Juste, désolé d’avance au fils d’un mec amoureux de Damian Lillard, pour faire carrière en sortant de Weber State c’est foutu.
  • Truquer la Trade Machine pour que le joueur tombe à chaque fois dans votre franchise. Il faut avoir quelques skills en IT mais ça en vaut la peine.
  • Inviter la target en question à des tournois de poker clandestin et le laisser gagner. Personne n’a intérêt à savoir que cette réunion a eu lieu et tout le monde gardera le secret.
  • Demander à Antoine Griezmann de le texter jour et nuit en lui disant que c’est son plus grand fan. Marche uniquement si vous jouez à Brooklyn, Miami, Boston, New York, Chicago, Golden State ou Portland. Bah ouais, Grizou ne supporte pas n’importe qui.
  • L’inviter dans un restaurant à l’aveugle, tout le monde pourra entendre votre conversation mais personne ne saura que c’est vous. Efficace.

Liste non-exhaustive mais ô combien utile si vous désirez devenir GM et rassembler dans votre franchise une demi-douzaine de stars en ayant caressé tout le monde dans le sens du poil toute l’année précédente. Suffit juste d’être futé, finalement.

Recueil de conseils écrit conjointement par Julien, Benoît et Giovanni

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top