Blazers

Officiel : Rodney Hood prolonge à Portland pour 2 ans et 11,7 millions, les Splash Blazers conservent leur back-up

Rodney Hood

« On ne change pas une équipe qui gagne presque ».

Source image : NBA League Pass

Il n’y a pas que les superstars dans la vie, il y a les remplaçants aussi. Rodney Hood fait partie de ces mecs doués mais dont pas mal de monde se fout, sauf à Portland finalement, où l’élégant sniper gaucher va pouvoir continuer tranquillement sa carrière. Allez, on ne change pas une équipe qui gagne presque.

Quand on file quasiment 200 millions à sa superstar, il ne reste finalement pas grand chose dans les caisses et il faut savoir bricoler. Pour ça les Blazers n’ont pas l’air trop mauvais et après le départ d’Al-Farouq Aminu vers la Floride, c’est un autre dossier qui a été géré rapidement cette nuit. Entre Rodney, saisis-toi de ce stylo et signe en bas de la feuille, t’es chez nous encore deux ans et tu es l’heureux propriétaire de 11,7 millions de dollars. L’info nous vient de Jason Quick, l’insider des Blazers pour The Athletic qui précise que la première année rentre de le cadre de la MLE (coucou Boogie) et que la seconde est une player option à 6 millions de dollz. Deal logique pour un mec qui fait le taf mais sans être exceptionnel, alors qu’il aurait pourtant pu prétendre à un autre genre de carrière. On parle d’un gugusse qui tournait quand même à 17 points par match avec le Jazz avant d’être envoyé dans le bourbier de Cleveland, où il jouera tout de même une Finale NBA, en ayant la chance d’être aux premières loges pour voir Gérard ne pas se souvenir du score. Un parcours assez atypique pour Rodney, lui qui n’a pas su profiter du vide laissé dans l’Utah par le départ de Gordon Hayward, avant de s’embourber dans un collectif chelou à Cleveland et d’atterrir assez heureusement finalement dans l’Oregon, pour y trouver un rôle qui semble lui convenir.

Envoyer de la grosse tomate du parking en sortie de banc et gérer l’attaque de la second unit, voilà à quoi semble destiné René Capuche à Portland, à moins que le presque homonyme de la Taupe ne daigne se faire une place dans le starting five en venant chatouiller le duo Lillard – McCollum. Passé ce rire en coin, on peut en tout cas constater que dans ce rôle Rodney a assuré la saison dernière, notamment lors de Playoffs où il a plusieurs fois été le détonateur de belles victoires des hommes de Terry Stotts. La tête est toujours aussi bizarre, la main droite portée disparue et la défense pas toujours très solide, il n’empêche qu’à un peu moins de 6 millions la saison le petit Hood fait le plus grand bien et la réussite de la saison écoulée lui revient en petite partie, au moins un petit peu plus qu’Anfernee Simmons en tout cas.

De leader potentiel dans l’Utah Rodney Hood est passé à clown parmi les clowns, mais c’est depuis un vrai rôle qu’il a trouvé tout en haut à droite des Stazounis. Celui de capitaine de route des remplaçants, et il était peut-être là son destin, tout simplement.

Source texte : The Athletic

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top