Lakers

Les Lakers vont rencontrer Frank Vogel : « Promis Franky, tu étais l’un de nos premiers choix »

Frank Vogel

Cette fois, c’est la bonne. Peut-être.

Source image : YouTube

Le feuilleton Lakers semble être la seule série à succès partie pour continuer 365 jours par an, et on ne va pas spécialement s’en plaindre. Après la recale de l’espace infligée par Tyronn Lue, on doit se tourner vers la prochaine option à L.A. : coucou Frank Vogel.

Le suspense est insoutenable concernant l’identité du prochain head coach des angelinos, sans doute même un peu trop au goût du board, qui aurait probablement aimé boucler le doss’ au plus vite. On avait l’air bien chaud sur Monty Williams, mais l’assistant de Philly fera finalement ses bagages direction le désert pour rejoindre les Suns. Comme indiqué en préambule, Tyronn Lue semblait ensuite la priorité absolue de la franchise pour reprendre le poste, et tout indiquait une concrétisation du deal, Lue ayant déjà son gâteau d’anniversaire à l’effigie des Lakers, et sans doute un caleçon fétiche avec le tête de LeBron dessus. Comme quoi, les apparences sont souvent trompeuses, et l’affaire parait bel et bien morte. Tout ça, c’est sans même mentionner les pistes Juwan Howard et Jason Kidd, ayant vraisemblablement pris du plomb dans l’aile elles aussi. Du coup, il faut maintenant se tourner vers la 34ème option, et le nom qui revient à présent dans la bouche des insiders, en premier le Los Angeles Times, est un visage bien familier des bancs NBA depuis près de quinze ans. Hello Frank Vogel, ancien coach du Magic et des Pacers, qui, selon ESPN, était déjà dans l’avion pour L.A. jeudi. Bon, on vanne un peu, mais notre client ne sort pas non plus de nulle part dans les négociations, puisqu’il faisait déjà partie de la short-list de candidats potentiels pour intégrer le staff technique de Lue.

Le profil expérimenté de Vogel et sa réputation d’expert défensif représentent des arguments à faire valoir pour les Lakers, même si sa dernière expérience en date est loin d’être glorieuse. Coach du Magic pendant deux saisons, son passage au royaume de Mickey fut loin de ressembler à un conte féerique. Un bilan final de 25 victoires pour 57 défaites pour sa seconde année, pas de bras, pas de chocolat, et surtout pas de résultats, pas de tracas pour le board d’Orlando, qui ne se fit pas prier pour lui indiquer la porte. Bref, une erreur de parcours, mais qui n’efface pas son oeuvre du côté d’Indianapolis. Avec les Pacers, Vogel a bâti une équipe en mesure de faire flipper toute la Conférence Est, même le Miami des Three Amigos. On se souvient d’ailleurs des séries de Playoffs dantesques entre les deux, et si on se rappellera en premier de l’explosion de Paul George, de la love-story entre BronBron et Lance Stephenson, il ne faudra pas oublier que l’ex-entraîneur des Pacers est une grosse pièce du puzzle. Si on fait le bilan, ça donne un record de 250 victoires pour 181 défaites en six saisons, deux Finales de Conférence, et du coup, un joli CV à poser sur le bureau de Rob Pelinka, Jeanie Buss et toute la clique.

Pour connaitre un peu le cirque Lakers, on va dire que rien n’est encore fait. Néanmoins, petit clin d’œil sympa, s’il venait à débarquer dans la Cité des Anges, Vogel aurait sous sa direction le bourreau qui l’a rendu fou lors de ses glorieuses campagnes de postseason. Vas-y Franky, c’est bon.

Sources texte : ESPN/Los Angeles Times 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top