Spurs

La rééducation de Dejounte Murray avance bien : moulin à vent, entre deux leçons aux côtés de Gregg Popovich

Dejounte Murray
Source image : Instagram

C’était un des joueurs les plus attendus cette saison à San Antonio, mais il n’a pas pu jouer une seule minute avec le maillot noir et blanc. Touché au niveau des ligaments croisés du genou droit en pré-saison, Dejounte Murray remonte la pente, et il le fait aux côtés de ses coéquipiers.

Peu de moments ont été aussi difficiles à vivre, pour les fans des Spurs, que de voir Murray sortir en plein match de pré-saison avec ce qui ressemblait à une lourde blessure. Pourtant, sur les 12 derniers mois, les habitants de la cité texane ont eu droit à un sacré lot de nouvelles déprimantes. Le silence de Kawhi Leonard, sa demande de transfert, le départ de Tony Parker, la retraite de Manu Ginobili, le trade de Danny Green ou le décès de la femme de Gregg Popovich, soutenir la franchise de San Antonio n’a pas été de tout repos. Mais c’est bien en octobre dernier, lors d’une pauvre rencontre au résultat insignifiant, que tout a basculé pour Dejounte. Rupture des ligaments croisés au genou droit, fin de saison avant même de l’avoir vu commencer, fuck fuck fuck. Soudainement, les perspectives ont changé pour le meneur comme pour sa franchise, mais un long chemin a aussi démarré, celui de la rééducation. Au fil des mois, Murray a progressé et retrouvé ses sensations, sans laisser fuiter trop d’images. On le voyait ici ou là, avec l’équipe, sur le banc, rendant hommage à Ginobili lors du retrait de son maillot, sans plus. Pas de grandes conférences de presse, pas de sortie médiatique puissante, le meneur a bossé derrière plusieurs portes fermées en lâchant quelques petits messages sur ses réseaux sociaux. La dernière perle a cependant attiré l’attention de beaucoup de monde. Et pour cause, on voit sur les images ci-dessous un Dejounte plein de vitesse, d’explosivité et de confiance, tapant un sympathique moulin à vent comme si de rien n’était. Certainement pas de quoi envisager un retour prématuré sur les parquets, mais un signe d’avancée qui a de quoi donner espoir et confiance aux fans de San Antonio. Le plus intéressant n’est peut-être pas là, d’ailleurs. Car entre deux sessions physiques, Murray est avec ses Spurs, apprenant le jeu et les tendances de chacun, sous la tutelle d’un Gregg Popovich plus concerné que jamais. Le message du coach ? Ce n’est pas parce que tu es blessé que tu dois rester les bras croisés à ne pas t’enrichir mentalement.

« Dejounte a besoin de prendre le plus d’expérience possible. Il a loupé toute la saison, donc c’est bien pour lui de voir ce qu’on veut mettre en avant, en terme de culture de franchise, les petits détails, comprendre ses coéquipiers, comprendre davantage comment DeMar DeRozan joue, comprendre comment on joue, voir ce que le staff dit de positif et de négatif concernant nos performances. Il va être une pièce importante de ce que l’on veut faire l’an prochain, donc plus il en apprend mieux c’est. »

C’est donc à Denver qu’on a pu apercevoir ce bon petit Murray, traînant avec les siens et regardant son équipe se démener dans un Pepsi Center particulièrement chaud. Un match remporté puis un match lâché après avoir mené de 19 points, San Antonio a laissé passer une sacré occasion mais Dejounte a aussi pu voir ce que donnent ses coéquipiers d’aujourd’hui et de demain. Sauf cataclysme, un paquet de joueurs seront encore présents dans l’effectif l’an prochain, vu qu’ils ont un contrat de bonne durée avec les Spurs : LaMarcus Aldridge, DeMar DeRozan, Derrick White, Davis Bertans, Patty Mills, Marco Belinelli, Bryn Forbes, Jakob Poeltl, Lonnie Walker, ce groupe de 9 est attendu au prochain camp d’entraînement. D’où l’importance de l’apprentissage actuel de Murray, lui qui devra orchestrer tout ce beau monde à partir d’octobre. Dès son retour, le dragster récupérera son poste de titulaire et devra confirmer les espoirs placés sur lui en l’espace de quelques mois chez les pros. Fabuleux défenseur, attaquant en développement et gestionnaire de plus en plus intéressant, Dejounte sait qu’il aura de la pression et des attentes sur ses épaules. Mais cela n’a pas l’air de le déranger plus que cela, mieux encore, il est plutôt du genre à l’accepter avec grand plaisir. Ce qu’il faudra observer de près, c’est la façon dont il ajuste son jeu, si son corps tient bien avec des appuis extrêmement toniques et puissants, et s’il peut devenir le meneur du futur des Spurs. Dans le cas où DM continue sur sa voie, avec un White surprenant, des vétérans en sortie de banc, deux joueurs de niveau All-Star dans le cinq majeur et des pépites à développer en back-up, cette foutue franchise texane pourrait encore et toujours rester dans l’élite de l’Ouest, voire retrouver le haut du panier.

Dejounte Murray avance, à la fois physiquement et mentalement. La rééducation physique se déroule apparemment à merveille, l’apprentissage sous les ordres de Gregg Popovich également. L’impatience est palpable chez les Spurs, qui veulent retrouver leur phénomène observé avant la triste blessure d’octobre dernier.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top